Jean-Pierre Bernajuzan

Sa biographie
Dès l’âge de 6/7 ans, j’ai pris conscience que la société fonctionnait sur l’illusion : je ne pouvais m’y laisser aller parce qu’alors j’aurais menti, puisque j’en avais conscience. Je ne pouvais accepter cette socialisation illusoire, qui de ma part aurait été mensongère, puisque j’en étais conscient. Je ne pouvais pas accepter « d’être » un mensonge : – Ce qui n’est pas vrai… n’existe pas, n’est-ce pas ? – Si « je » ne suis pas vrai… je ne suis pas ? – Comment pouvais-je ne pas être… sans être mort ? – Et de mon propre chef ! Dès lors j’ai donc recherché « la vérité », contre l’illusion, pour ne pas me « néantiser » moi-même… Ce blog rassemble des textes qui analysent et décrivent l’état et l’évolution, à la fois des sociétés et des individus au sein de ces sociétés. À chaque stade de l’évolution des sociétés correspondent des états psychologiques et sociaux des individus ; je les analyse et les décris, je les mets en perspective. J’affirme que c’est la société et son évolution qui déterminent le reste : économie, État, psychologie, philosophie… les articles se classent donc : Socio-économie, Socio-psychologie, Socio-éducation. Cette évolution sociale varie selon les sociétés des différentes civilisations : j’analyse les influences et déterminations fondamentales qui en déterminent la dynamique. Ce qui m’amène à retrouver les déterminants fondamentaux, universels donc, au delà des différences culturelles et historiques...
Son blog
8 abonnés Le blog de Jean-Pierre Bernajuzan
Voir tous
  • L’universalisme évolue aussi - Lettre à Dominique Schnapper

    Par
    À votre analyse de l’universalisme, je voudrais ajouter une notion que vous ne traitez pas. C’est celle de l’évolution des sociétés. Vous semblez raisonner comme si les sociétés, de toutes civilisations, étaient stables, que leurs « valeurs » étaient permanentes et figées. Or ce n’est pas le cas, toutes les particularités « relatives » de chaque société expriment un moment de leur évolution.
  • Le rapport entre la pensée consciente et la pensée subconsciente

    Par
    J’ai toujours eu une expérience pratique de ce rapport entre ma pensée consciente et ma pensée subconsciente, et non inconsciente qui serait le refoulé selon Lacan. La pensée subconsciente n’est pas un refoulement, mais une pensée préconsciente, avant qu’elle s’établisse clairement dans la pensée consciente à laquelle on peut se référer et sur laquelle on peut appuyer nos raisonnements.
  • La république contre la démocratie

    Par
    Si le fascisme prenait le pouvoir en France, la police ne défendrait pas la démocratie. Une petite minorité de policiers le combattrait, une minorité entrerait en résistance, mais une large majorité exécuterait les ordres fascistes dont une minorité avec plaisir. Pourquoi en sommes-nous encore là aujourd’hui ? La responsabilité de cet état de fait n’est pas celle des policiers car ils ne..
  • Les énergies fossiles qui permettent la croissance du PIB s’épuisent, il se réduira..

    Par
    Jean-Marc Jancovici base ses analyses sur la réalité physique des phénomènes, non sur la volonté politique ni sur l’économie. C’est la disponibilité de l’énergie qui permet la croissance du PIB, et non l’inverse. L’ensemble des énergies fossiles ont passé leur pic de production, le PIB va donc se réduire inéluctablement. Ça tombe bien, justement il faut réduire les combustibles carbonés !
  • L’État ne socialise pas, c’est la société qui socialise

    Par
    Au cœur de la socialisation, il y a le désir mimétique qui anime l’enfant dès la naissance. C’est l’enfant qui se socialise lui-même en s’appuyant sur le modèle des personnes qui s’occupent de lui et qui comptent pour lui. La dynamique de la socialisation vient de l’enfant, car il s’identifie aux personnes adultes responsables de lui (ses parents d’habitude), il les imite, il se calque sur eux..