Jean-Pierre Bernajuzan

Sa biographie
Dès l’âge de 6/7 ans, j’ai pris conscience que la société fonctionnait sur l’illusion : je ne pouvais m’y laisser aller parce qu’alors j’aurais menti, puisque j’en avais conscience. Je ne pouvais accepter cette socialisation illusoire, qui de ma part aurait été mensongère, puisque j’en étais conscient. Je ne pouvais pas accepter « d’être » un mensonge : – Ce qui n’est pas vrai… n’existe pas, n’est-ce pas ? – Si « je » ne suis pas vrai… je ne suis pas ? – Comment pouvais-je ne pas être… sans être mort ? – Et de mon propre chef ! Dès lors j’ai donc recherché « la vérité », contre l’illusion, pour ne pas me « néantiser » moi-même… Ce blog rassemble des textes qui analysent et décrivent l’état et l’évolution, à la fois des sociétés et des individus au sein de ces sociétés. À chaque stade de l’évolution des sociétés correspondent des états psychologiques et sociaux des individus ; je les analyse et les décris, je les mets en perspective. J’affirme que c’est la société et son évolution qui déterminent le reste : économie, État, psychologie, philosophie… les articles se classent donc : Socio-économie, Socio-psychologie, Socio-éducation. Cette évolution sociale varie selon les sociétés des différentes civilisations : j’analyse les influences et déterminations fondamentales qui en déterminent la dynamique. Ce qui m’amène à retrouver les déterminants fondamentaux, universels donc, au delà des différences culturelles et historiques...
Son blog
9 abonnés Le blog de Jean-Pierre Bernajuzan
Voir tous
  • Que peut la culture, à quoi sert-elle ? Qu’est-ce qu’être cultivé ?

    Par
    C’est la lecture du livre de Laurence Engel - Que peut la culture ? Bartillat 2017 - qui m’a fait prendre conscience que je ne prenais pas la culture comme moyen d’action, sans doute parce que je n’entrevoyais pas comment je pourrais m’y prendre. La culture est essentielle, mais comment et pourquoi ? On peut dire que tout le monde est cultivé, ne serait-ce que de la culture de sa famille, de..
  • Dans l’évolution des sociétés, l’individualisation passe par l’étatisation

    Par
    Que les sociétés soient primitives ou modernes, grégaires ou individualistes, avec État ou sans État, elle sont de toutes façons composées d’individus. Ce qui change ce sont le statut de ces individus et la manière dont ils sont traités. Ma vision de l’évolution des sociétés humaines depuis l’origine est que le groupe a d’abord primé car, sans lui, la survie des individus était impossible.
  • On l’a échappé belle !

    Par
    Dans les années 1970, j’ai rencontré une fille lors d’un week-end de journées d’études auxquelles nous participions. C’était le type d’études où nous nous impliquions profondément et intimement qui concernait le Tiers-Monde, mais c’était notre propre rapport à lui sur lequel nous nous interrogions. Les conférenciers invités étaient plus ou moins experts, surtout engagés dans le développement..
  • La Légitime Défense - homicides sécuritaires, crimes racistes et violences policières

    Par
    Vanessa Codaccioni a publié - Légitime Défense en 2018 CNRS éditions - un livre sur son histoire en France en particulier et comparée à celle d’autres pays démocratiques. Dans le débat public français et au-delà, la légitime défense est l’une des dispositions du Code pénal les passionnées et conflictuelles. Tantôt dénoncée comme un permis légal de tuer, tantôt vue comme l’arme du faible..
  • La Ve république pernicieuse

    Par
    Le général De Gaulle avait voulu que le chef de l’État soit issu de la rencontre d’un homme et du peuple. Cette proposition est-elle politiquement adéquate ? Il se faisait une représentation du monde et de son pays qu’il exprimait avec certains termes et à l’exclusion d’autres. D’abord la France, dont il se faisait une certaine idée ; puis l’État, qui devait être fort ; et le Peuple, qui devait..