Jean-Pierre Bernajuzan

Sa biographie
Dès l’âge de 6/7 ans, j’ai pris conscience que la société fonctionnait sur l’illusion : je ne pouvais m’y laisser aller parce qu’alors j’aurais menti, puisque j’en avais conscience. Je ne pouvais accepter cette socialisation illusoire, qui de ma part aurait été mensongère, puisque j’en étais conscient. Je ne pouvais pas accepter « d’être » un mensonge : – Ce qui n’est pas vrai… n’existe pas, n’est-ce pas ? – Si « je » ne suis pas vrai… je ne suis pas ? – Comment pouvais-je ne pas être… sans être mort ? – Et de mon propre chef ! Dès lors j’ai donc recherché « la vérité », contre l’illusion, pour ne pas me « néantiser » moi-même… Ce blog rassemble des textes qui analysent et décrivent l’état et l’évolution, à la fois des sociétés et des individus au sein de ces sociétés. À chaque stade de l’évolution des sociétés correspondent des états psychologiques et sociaux des individus ; je les analyse et les décris, je les mets en perspective. J’affirme que c’est la société et son évolution qui déterminent le reste : économie, État, psychologie, philosophie… les articles se classent donc : Socio-économie, Socio-psychologie, Socio-éducation. Cette évolution sociale varie selon les sociétés des différentes civilisations : j’analyse les influences et déterminations fondamentales qui en déterminent la dynamique. Ce qui m’amène à retrouver les déterminants fondamentaux, universels donc, au delà des différences culturelles et historiques...
Son blog
5 abonnés Le blog de Jean-Pierre Bernajuzan
Voir tous
  • La légitimité

    Par
    La légitimité est la valeur fondamentale sans laquelle les groupes humains, et aussi animaux, ne pourraient survivre. Commençons par les animaux. On a observé qu’une horde d’une trentaine de hyènes poursuivant une proie, a été chassée de son territoire par un trio de hyènes... Chez les animaux, mais pas seulement, le territoire est l’élément central de la légitimité, on se sent légitime chez soi..
  • De la descendance à l’héritage. Réflexions à propos de Notre-Dame de Paris

    Par
    Dans son livre L’Histoire du Moyen-Âge est un sport de combat, le médiéviste Joseph Morsel décrit comment l’Église d’Occident a voulu remplacer la filiation charnelle par la filiation spirituelle. Ce faisant, elle a cassé l’identification par la descendance en détruisant le culte des Ancêtres qu’elle a remplacé par le culte des Saints. L’Église orthodoxe n’a pas interprété les Saintes Écritures..
  • De l’État démocratique à la société démocratique

    Par
    La démocratie occidentale n’a pas la démocratie antique pour origine, tous les antiquisants le confirment depuis des décennies. La démocratie occidentale est issue de l’évolution structurelle de la société occidentale dès son origine mais qui ne s’est pas démocratisée avant d’atteindre le niveau étatique. L’évolution démocratique de l’État n’aurait pu advenir sans celle préalable de la société.
  • La condition salariale demeure l’impensé de notre modernité

    Par
    La Révolution française n’a en définitive été que le « stade-palier » entre la société de sujets de l’Ancien-Régime et celle de la modernité individualiste démocratique. Mais si les individus en général sont devenus citoyens en République démocratique, les salariés sont demeurés dépendants. Ils sont considérés mineurs et irresponsables, comme des enfants ! En tant que citoyens ils sont majeurs..
  • Notre aberrante « modernité archaïque »

    Par
    À chaque époque, les gouvernants tâchent d’adopter des politiques qui adapteront croient-ils leur pays au monde qui advient. Il s’agit donc d’une projection vers le futur, faite à partir de leur interprétation du passé, et avec les moyens d’agir qu’ils pensent avoir à ce moment-là, et ce, dans un monde dynamique duquel ils ne peuvent s’abstraire sous peine d’en être exclus et de perdre toute..