Jean-Pierre Bernajuzan

Sa biographie
Dès l’âge de 6/7 ans, j’ai pris conscience que la société fonctionnait sur l’illusion : je ne pouvais m’y laisser aller parce qu’alors j’aurais menti, puisque j’en avais conscience. Je ne pouvais accepter cette socialisation illusoire, qui de ma part aurait été mensongère, puisque j’en étais conscient. Je ne pouvais pas accepter « d’être » un mensonge : – Ce qui n’est pas vrai… n’existe pas, n’est-ce pas ? – Si « je » ne suis pas vrai… je ne suis pas ? – Comment pouvais-je ne pas être… sans être mort ? – Et de mon propre chef ! Dès lors j’ai donc recherché « la vérité », contre l’illusion, pour ne pas me « néantiser » moi-même… Ce blog rassemble des textes qui analysent et décrivent l’état et l’évolution, à la fois des sociétés et des individus au sein de ces sociétés. À chaque stade de l’évolution des sociétés correspondent des états psychologiques et sociaux des individus ; je les analyse et les décris, je les mets en perspective. J’affirme que c’est la société et son évolution qui déterminent le reste : économie, État, psychologie, philosophie… les articles se classent donc : Socio-économie, Socio-psychologie, Socio-éducation. Cette évolution sociale varie selon les sociétés des différentes civilisations : j’analyse les influences et déterminations fondamentales qui en déterminent la dynamique. Ce qui m’amène à retrouver les déterminants fondamentaux, universels donc, au delà des différences culturelles et historiques...
Son blog
4 abonnés Le blog de Jean-Pierre Bernajuzan
Voir tous
  • De la révolution néolithique... à l'épuisement de la planète

    Par
    Contribution aux Controverses européennes de Bergerac : La dérive qui aboutit à la destruction de la planète actuelle a commencé par l’invention de l’agriculture au néolithique, qui a suscité la fin du nomadisme et l’avènement de la sédentarité, l’invention du capitalisme, des maisons et des villes, outils, dieux, chefs, guerre et massacres, cimetières, migrations, peuples, ethnies et nations…
  • LE TRAVAIL VIVANT - Conclusion (s)

    Par
    Je vais vous présenter deux conclusions. Celle de l’auteur, Christophe Dejours, en prolongement de son livre passionnant, puis la mienne qui analyse et resitue le néolibéralisme et l’ultralibéralisme avec en particulier la financiarisation de l’économie, la mutation économique après les 30 Glorieuses, l’évolution de la condition salariale et d’autres éléments que l’auteur ne prend pas en compte…
  • LE TRAVAIL VIVANT - Souffrir au travail n’est pas une fatalité

    Par
    Le psychiatre Christophe Dejours décortique comment les salariés exécutent le travail qui leur est prescrit, comment ils s’impliquent pour le réaliser et sont évalués. Seul le travail prescrit est évalué, le travail réel ne l’est pas. Or, c’est cette réalité du travail que les manageurs attendent et exigent. L’engagement subjectif du travailleur dans sa tâche est obligatoire pour sa réalisation…
  • Le Mimétisme... de l’identification

    Par
    Le désir mimétique est l'instinct humain de base. C'est par lui que nous construisons nos personnalités, que nous faisons société. C'est par le désir mimétique que nous nous sentons concernés les uns par les autres. Et par notre relation aux autres que nous construisons un langage, puis un sens, puis une pensée, puis une culture, éventuellement une civilisation...
  • En moyenne et en général, la génération des enfants vaut mieux que celle des parents

    Par
    Comment les sociétés évoluent-elles de génération en génération ? L’évolution se réalise par la transmission des parents vers les enfants, dans quel sens ? En mieux ou en pire ? Y a-t-il une logique dynamique à cette évolution et cette transmission ? L’humanité s’améliore-t-elle ou se dégrade-t-elle en évoluant ?