Blog suivi par 3 abonnés

Hitler, Heidegger et le point de vue de Charlot - Une contre-lecture d'Etre et temps

Chercheur en philosophie. Axe de recherche : les rapports entre la philosophie de Martin Heidegger et le national-socialisme. Aime photographier la ville, l'architecture, le paysage.
Nancy - France
À propos du blog
Ce blog est destiné à accueillir, en work in progress, les paragraphes d'une contre-lecture d' "Etre et temps" de Martin Heidegger. Je me place dans le sillage de Günther Anders pour lequel il ne faisait pas de doute qu'existait une affinité entre l'oeuvre de Heidegger et la barbarie hitlérienne. Hitler et Heidegger, pour reprendre une formule de Heidegger lui-même, sont "la même chose", mêmeté qui laisse en effet être dans leur rôle le tyran génocidaire et le penseur de l'être. L'hypothèse centrale de cette contre-lecture est que le discours heideggérien se déploie entre deux trames : l'une d'apparence philosophique et universelle, l'autre destinée à transmettre à l'élite de l'élite aryenne le racisme et l'antisémitisme en tant que "science allemande". A l'époque de la publication d' "Etre et temps" [E&T], c'est-à-dire en 1927 - soit 3 ans après le début de la publication de "Mein Kampf" d'Adolf Hitler - Heidegger était déjà acquis aux idées national-socialistes (il n'adhéra au parti nazi qu'en 1933). Cependant, et compte tenu du caractère inouï de l'objectif central de l'hitlérisme - formulé clairement dés 1919 : en finir avec la "question" juive - Heidegger se devait de s'exprimer dans le secret. Tout porte à croire que, d'une certaine manière, il y était préparé et initié. On souligne souvent la difficulté qu'il y a à traduire Heidegger. Ici même il s'agira surtout de traduire Heidegger 1 en Heidegger 2 : faire apparaître les points de convergences, qui sont aussi des passages, entre une trame pouvant à la limite apparaître s'inscrire dans la tradition humaniste et une autre, terrifiante, où couvent déjà les braises du génocide. Heidegger était au cœur du système idéologique hitlérien. Et il ne s'en est jamais évadé.