Blog suivi par 214 abonnés

Le blog de Liliane Baie

  • Pourquoi les dictatures finissent-elles toujours par s'effondrer ?

    Par | 17 commentaires | 12 recommandés
    Je vais, dans ce texte, passer de l'individuel au collectif, du fonctionnement psychique au fonctionnement des groupes.Un groupe humain est constitué d'une somme d'individualités, dont chacune est soumise aux mêmes grands principes, déclinés suivant des variations personnelles.
  • Sortie de crise : c'est par où ?

    Par | 4 commentaires | 5 recommandés
    Nul n'ignore que nous vivons une situation de crise, double crise, économique et politique. Il n'est pas question d'en faire le bilan ici, d'autres le font très bien et les médias libres savent bien décrypter l'actualité pour démêler le vrai du faux, traquer la vérité sous la démagogie, et les véritables chiffres dans le fatras de statistiques orientées.
  • De l'évolution spontanée de l'emprise

    Par | 6 commentaires | 9 recommandés
    A propos de l'entretien public de la peur, et les raisons que peuvent avoir des dirigeants d'instiller celle-ci, je livre ici les réflexions qui me sont venues après avoir lu l'article de Pascal Mournard sur l'incitation à la dépendance (http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/blog/pascal-mournard/071008/la-tendance-est-a-la-dependance) .Je pense, et je ne suis pas la seule, que la stratégie de la peur est délibérée.
  • Puisqu'on vous dit de vous taire !

    Par | 46 commentaires | 27 recommandés
    Je voudrais apporter ma contribution à l'analyse d'un phénomène qui ne cesse d'avoir des conséquences graves, risquant fort nous mener à la catastrophe : je veux parler de notre passivité.
  • "Réfléchis, petit homme !"

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
  • Il est tard

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
  • A la poursuite du sens perdu

    Par | 15 commentaires | 5 recommandés
  • Pendant que je dormais

    Par | 16 commentaires | 15 recommandés
    Je sommeillais tranquillement, ayant mis de côté les révoltes qui avaient agité ma jeunesse, et mettant sur le compte d'un irréductible esprit critique les irritations qui me venaient souvent à l'annonce des nouvelles du monde.