marie bonheur

Conseil en gestion. Recherches en socio psychanalyse

Sa biographie
Formation polyvalente en économie, comptabilité, droit, finance et organisation. Recherche depuis 1980 en socio psychanalyse "Le Meurtre de la mère et la genèse d'une société écologique et socialiste" déposée à l'université de PARIS DAUPHINE en 1981.
Voir tous
  • Comment le système capitaliste est-il devenu pérenne ?

    Par
    La connaissance du passé et des lois de l’économie capitaliste, son organisation, son idéologie et ses sophismes permettent aux prospectives une valeur objective, sachant qu’en séparant l’économie du politique et le social du psychologique, aucun diagnostic d’une société n’est possible.
  • Le capitalisme a-t-il une histoire ?

    Par
    Si le capitalisme n’a pas d’histoire, revendiquer une transformation du système est inutile. Bien que les théories économiques exposées par les écoles traditionnelles tendent à nier le phénomène, après un demi-siècle de recherche en matière d’histoire économique, cette position idéologique détruisant toute critique n’est plus soutenable.
  • ISRAËL : des germes colonialistes du sionisme au syndrome de l’holocauste

    Par
    Le sionisme comme forme réinventée de l’antisémitisme est dénoncée comme "erreur historique" et "faute politique". De la création du sionisme à celle de l’Etat d’Israël par l’ONU, son expansion, les atteintes aux droits de l'homme révèleraient-ils de la part de cette institution une "erreur politique" et une "faute historique" a contrario ?
  • Pourquoi ne plus tenir les "boomers" pour responsables ?

    Par
    A l’initiative d’Ecologie Evidemment, les jeunes sont incités à s’inscrire et à voter vert, versus les chasseurs et les boomers qui n’auraient pas les mêmes intérêts pour le climat. Cette légère ironie vient alourdir les culpabilités dont les boomers sont injustement accusés.
  • Effondrement des mythes science, compétence de l’élite élue et technologie

    Par
    Sophie BUYS, sur son blog de MEDIAPART du 25 avril 2021, exprime l’effondrement des deux premiers mythes. Mais un autre mythe perdure : celui de la technologie « qui libère l’homme et parvient à trouver les solutions à tout ». Il constitue un obstacle au changement de paradigme culturel.