Blog suivi par 240 abonnés

Contre la machine à décerveler (le blog de Nicolas Roméas)

Acteur culturel, auteur, Nicolas Roméas fait aujourd'hui partie de l'équipe de bénévoles du site L'Insatiable (www.linsatiable.org) en tant que rédacteur en chef. Il participe également à la nouvelle revue L'Insatiable papier.
Paris - France
À propos du blog
Les humeurs vagabondes de Nicolas Roméas, ancien directeur éditorial de la revue Cassandre/Horschamp et actuel rédacteur en chef bénévole du journal en ligne L'Insatiable (www.linsatiable.org).
  • La révolution du sensible

    Par | 3 commentaires | 5 recommandés
    Étranger à tout système de valeurs autre que symbolique, le geste artistique est la dernière trace dans notre civilisation de la possibilité d'une façon différente de considérer (et ressentir) la relation entre les humains. C'est pourquoi cette société veut en éliminer jusqu'aux conditions d'existence.
  • Business plan

    Par | 9 commentaires | 11 recommandés
    briller-le-monde
    Théâtres et autres lieux d'art redeviennent les ronds-points de la pensée en acte. Ce pourquoi ils ont été créés, ce qu'ils doivent être absolument, toujours. Ce n'est pas rien. Ils devront le rester. Hors de tout business plan, n'est-ce pas ?
  • Cassandre avait raison

    Par | 6 commentaires | 25 recommandés
    Corinne Masiero aux Cesar-DR Corinne Masiero aux Cesar-DR
    Il y en a qui ne voient pas la beauté de cette femme ?
  • Permafrost

    Par | 4 commentaires | 12 recommandés
    Cassandre/Horschamp couverture Edward Bond  © Olivier Perrot Cassandre/Horschamp couverture Edward Bond © Olivier Perrot
    Quelque chose est en train d'advenir qui en est aux prémices, à l'état naissant comme on le dit pour l'oxygène, incompréhensible, à peine perceptible à l'œil nu. Quelque chose qui échappe aux catégories politiques qui nous permettaient jusqu'alors d'appréhender plus ou moins clairement l'état du monde.
  • Socrate et les autres

    Par | 2 recommandés
    Les humains ne cesseront jamais d'assassiner Socrate et le vieux Grec acceptera toujours leur sentence. Ils le nommeront toujours, après l'avoir tué, plus grand des philosophes.
  • L'essentiel

    Par | 13 commentaires | 9 recommandés
    Sortie de secours Sortie de secours
    La chose vraiment essentielle, puisqu'on en parle, c'est de comprendre que les clivages politiques tels qu'ils nous sont imposés ne suffisent absolument plus à penser notre monde. Il faut sortir par le haut de ces boîtes étanches dans lesquelles nous sommes cloîtrés, où nous étouffons, prendre conscience que ce qui est en jeu concerne absolument tout le monde, sans aucune exception.
  • Ce que dit de l'humain cet art que nous devons défendre

    Par | 3 commentaires | 8 recommandés
    Image Olivier Perrot Image Olivier Perrot
    De quoi s'étonne-t-on ? Une société dirigée par une grande bourgeoisie financière obsédée par la rentabilité de toutes les activités humaines peut-elle faire autre chose que ce qu'elle fait aujourd'hui ?
  • Ébauche de réflexion sur la «théorie du complot»

    Par | 48 commentaires | 36 recommandés
    complot
    Les complots à grande échelle dont on entend souvent parler existent-ils, ou sont-ils obligatoirement le fruit d'imaginations "paranoïaques" ? Évidemment que des complots existent, ils ont toujours existé, depuis les premières civilisations, chacun le sait, mais l'usage de cette dénomination est dépendant de l'endroit où l'on se situe.
  • Un geste oublié (work in progress)

    Par | 1 commentaire | 8 recommandés
    Revue Cassandre, numéro 40 Olivier Perrot © Olivier Perrot Revue Cassandre, numéro 40 Olivier Perrot © Olivier Perrot
    La puissance secrète du geste artistique est négligée, aussi bien par la plupart des artistes que par le reste de la société. La vision nouvelle d'une réalité contemporaine que donne l'émergence d'un grand mouvement artistique est pourtant un facteur important de prise de conscience politique.
  • Offrande de Julien Blaine

    Par | 4 recommandés
    Julien Blaine © DR Julien Blaine © DR
    Julien Blaine va jusqu'au bout, tout à fait jusqu'au bout du bout, et ça, c'est extrêmement rare, dans cette époque très spécialement calamiteuse, les êtres qui vont jusqu'au bout du bout d'une démarche artistique vécue comme un geste d'humain qui agit dans, qui agit sur, avec, sa société. Jusqu'à ce qu'on le voie clairement, qu'au bout il n'y a pas de fin.