Blog suivi par 210 abonnés

Le blog de Paul DEVIN

Syndicaliste FSU, inspecteur de l'Education nationale, secrétaire général du SNPI-FSU, syndicat des inspecteurs (IEN et IA-IPR).
Paris - France
  • L’école du Grenelle : éducation comportementale et bonheur économique...

    Par | 5 recommandés
    Quand un théoricien du macronisme conçoit l’école du XXIème siècle… Le rapport de synthèse du colloque scientifique du 1er décembre 2020, tenu dans le cadre du Grenelle de l’éducation insiste sur la nécessité de valoriser des aptitudes comportementales considérées comme des vecteurs de réussite scolaire et de vie sociale heureuse.
  • Et si on renonçait à la méthode Coué ….

    Par | 3 recommandés
    Un recteur affirme que l'école est un lieu où on ne se contamine pas!
  • Enquête IFOP sur la laïcité : au-delà des chiffres, quelle lecture des faits?

    Par | 1 recommandé
    Un récent sondage de l’IFOP pour la fondation Jean Jaurès et Charlie Hebdo interroge « les contestations de la laïcité et les formes de séparatisme religieux à l’Ecole ». L’enquête et l’analyse proposée par Iannis Roder incite à une lecture très orientée des faits qui se traduit d’ailleurs dans les titres qu’en ont retenu la presse.
  • Face à l’horreur, toujours affirmer le primat de l’éducation

    Par | 1 commentaire | 6 recommandés
    La condamnation du crime abject et révoltant dont vient d’être victime notre collègue ne peut souffrir d’aucune relativisation. Mais contre l’horreur de la violence inacceptable, nous devons plus que jamais affirmer le primat absolu de l’éducation. Aucune société d’égalité et de liberté ne peut faire un autre choix que celui d’une confiance absolue dans l’éducation.
  • La fin de l'instruction à domicile: quelles motivations réelles?

    Par | 4 recommandés
    Pour que la limitation de la scolarisation à domicile annoncée par Emmanuel Macron soit acceptable, il faudrait qu'elle offre toutes les garanties de ne pas cibler une population spécifique mais de lutter contre tous les formes d'endoctrinements des enfants... c'est loin d'être le ton du propos présidentiel lors du discours des Mureaux.
  • Christine Renon: un an déjà mais toujours le même épuisement

    Par | 16 commentaires | 35 recommandés
    Un an après le suicide de Christine Renon, les conditions d'un retour de la confiance ne sont pas revenues... Faudra-t-il encore continuer à entendre, jour après jour, l'expression de la perte de confiance et même peut-être apprendre par un petit matin, à nouveau, le suicide d’une « directrice épuisée » ?
  • Le bon sens et le pouvoir hiérarchique

    Par | 5 recommandés
    A nouveau, le ministre évoque le bon sens comme devant présider aux décisions. Cela pourrait avoir le le goût d’une plus grande confiance faite aux agents de la fonction publique et à leur capacité d'exercer leur responsabilité ... à moins que cela ne soit le signe d'une volonté de fonder le pouvoir hiérarchique dans l'illusion d'une incontournable évidence devant être admise par tous!
  • Une rentrée normale?

    Par | 22 commentaires | 22 recommandés
    À moins de deux semaines de la rentrée scolaire, l’incertitude qui règne sur sa mise en œuvre reste très inquiétante.
  • Quatre questions sur le nouveau projet de loi créant la fonction de directeur d’école

    Par | 3 recommandés
    Un projet de loi qui ne traite pas réellement de la question des charges de travail des directrices et directeurs mais reste centré sur une obsession néo-libérale : gouverner le service public par injonctions et contraintes en ajoutant un échelon hiérarchique local et en le soumettant par l’insécurité du cadre d’emploi. Nous sommes bien loin des objectifs de la réussite scolaire !
  • Une question d’honneur ?

    Par
    Le ministre de l’Éducation nationale affirme que le choix de rouvrir les écoles est une question d’honneur … Énoncé au moment où, de tous bords, des maires s’interrogent sur la possibilité raisonnable de rouvrir les écoles de leur commune, une telle affirmation prend une tonalité accusatoire et pourrait laisser croire que le doute ou le refus seraient désormais incriminés de déshonneur.