Blog suivi par 75 abonnés

Le blog de Sophie Buys

Médecin Anesthésiste-Réanimateur
  • Mourir en humain

    Par | 30 commentaires | 71 recommandés
    Je vois passer çà et là des textes admirateurs à propos de l’attitude d’Axel Kahn vis-à-vis de sa mort prochaine, louant son courage et sa dignité qui paraissent exceptionnels à la majorité d’entre nous. Je voudrais néanmoins raconter ici - moi qui ai vu mourir des centaines de patients – que ce geste ne me paraît pas si extraordinaire, sinon dans sa médiatisation.
  • De la psychiatrisation de la société à sa rationalisation managériale

    Par | 23 commentaires | 61 recommandés
    Dans le passé, il a existé des tentatives de rationalisation de la création d'un bouc-émissaire par l'usage détourné de la génétique, de la physiologie ou encore de la psychiatrie. Comme il est devenu plus difficile d'user de la génétique pour justifier de l’infériorité ou de la dangerosité d’un groupe désigné, la société s’appuie aujourd’hui sur les sciences cognitives et la psychiatrie.
  • Comment «marquer un essai» en réanimation

    Par | 20 commentaires | 55 recommandés
    Pour prendre en charge correctement en réanimation un patient qui va mourir, et ainsi le ressusciter comme disent les Américains, il faut être sacrément nombreux et une sacrée équipe.
  • Comprendre en commun la catastrophe

    Par | 38 commentaires | 29 recommandés
    Nous allons sortir du troisième confinement. C'est dans ce contexte qu'E. Macron a réalisé une vidéo promouvant les retrouvailles des Français. Pourtant, il apparaît que nous n'avons jamais été autant divisés que dans les suites de cette pandémie. Faut-il en chercher la cause dans le vécu très différent de cette pandémie par les français ? Peut-on parler d'expérience commune ?
  • Soigner malgré sa peur

    Par | 28 commentaires | 33 recommandés
    Comment puis-je soigner l'autre, si j'ai peur de lui. Et ce d'autant que cette peur primitive trouve particulièrement à s’exprimer à l'hôpital, qui est le creuset du retour de tous les refoulés, la maladie, la mort, l'étrange et l'étranger. Il est le lieu de la confrontation, et aujourd’hui bien souvent l'unique lieu où se rencontrent des classes et des communautés habituellement isolées.
  • De quoi le Pr Raoult fut-il le nom?

    Par | 279 commentaires | 97 recommandés
    Voilà un an, je n'aurais pas pu faire ce billet, au risque de perdre la moitié de mes amis. Mais je fais le pari que les choses ont changé depuis le premier confinement - pari un peu risqué, j'avoue, mais n'est-ce pas l'essence du pari - et pour célébrer cette première année d'entrée dans le nouveau monde qui sera désormais le nôtre, je me propose d'aborder l'évènement par un de ses symptômes.
  • Grandeur et misère du système de santé français en zone rurale

    Par | 19 commentaires | 43 recommandés
    L'expression de « désertification » médicale, répétée ad nauseam renvoie à une certaine naturalité du phénomène, qui nous laisserait donc sans armes. Cependant, le drame qui se joue ici ne relève pas de problèmes naturels mais, bien au contraire, il est le résultat d'actions humaines et s'il y a « désertification » du territoire c'est bien par désengagement décidé par l’Etat.
  • L’homme sans frontière

    Par | 13 commentaires | 4 recommandés
    L’homme forme un continuum avec le temps et l’espace, dont la séparation sous la forme d’une enveloppe corporelle est bien illusoire parce qu’à chaque instant, le monde qui l’entoure et les vivants qui le constituent pénètrent son enveloppe dans un mouvement continu entre ce qui apparaît comme extérieur et intérieur.
  • Il n'y a de pire souffrance que la douleur de vivre

    Par | 22 commentaires | 65 recommandés
    Le concept de maladie psychosomatique est maintenant bien connu, et nous sommes d'ailleurs d'autant plus prompt à la voir chez les autres que nous sommes aveugles à son travail au sein de notre propre corps. Un des moteurs les plus puissants de l'affectation du corps par la psyché, est le sentiment de culpabilité et la pulsion de mort qui lui est associée.
  • Parce que le tyran c'est toujours l'autre

    Par | 6 commentaires | 11 recommandés
    Il faut reconnaître que cette crise sanitaire aura eu le mérite de déchirer le voile du mythe du scientifique, chevalier blanc au service du progrès, pour faire apparaître les jeux de pouvoir à l'œuvre dans la quête de reconnaissance personnelle, quelle que soit sa forme, sous le masque de l'intérêt collectif.