Blog suivi par 167 abonnés

Clarté à gauche pour (com)battre la droite et l'extrême droite

  • Espagne. Une gauche de gouvernement de plus en plus fragilisée

    Par | 1 recommandé
    La dernière session parlementaire a montré comment, au milieu d'une gestion chaotique de la crise pandémique, les manoeuvres les plus saugrenues du gouvernement pour trouver une majorité qu'il n'a pas à lui seul, l'exposent à des palinodies ubuesques. Ce dont tentent de profiter la droite et une extrême droite mobilisant dans la rue les beaux quartiers avec l'espoir de faire plus populaire.
  • Dépoussiérage déconfinant d’archives…Esquisse d'histoire retrouvée...

    Par
    Des coupures de presse faisant signe depuis un passé "révolu". Moléculaire manifestation du paradoxe benjaminien d'un passé résistant à son refoulement par les vainqueurs de l'histoire par où les héritiers des vaincus pourraient puiser une force propulsive. Permettant ainsi que s'envisage la destruction du cercle de fer fataliste d'une histoire reconduisant sans fin les dominations.
  • Les anticapitalistes font leurs adieux à Podemos...

    Par
    Pour les anticapitalistes de Podemos, cofondateurs du parti, l'entrée dans un gouvernement de coalition avec les socialistes, où l'hégémonie est du côté de ceux-ci, ne fait plus de ce parti l'espace de contestation du régime qu'il était à ses tout débuts. Anticapitalistas maintient le cap d'une lutte pour le "nécessaire" quand Podemos s'est replié sur la gestion autolimitée du "possible".
  • Mort d'un tortionnaire espagnol. En dessins !

    Par
    Billy el Niño reçoit les honneurs de certains dessinateurs. Par ricochet c'est la démocratie espagnole qui en bénéficie ... De quoi méditer sur ces "transitions" contemporaines qui se font jour en Europe entre démocraties de plus en plus autoritaires (ah! Macron) et régimes autoritaires se targuant d'être démocratiques (Oh, Orban). Transitions, transitivité, porosité...
  • Mort d'un tortionnaire franquiste. En toute impunité...

    Par | 4 recommandés
    Billy el Niño, mort sans avoir été jugé, est désormais une tache indélébile sur la démocratie espagnole qui, en consensus de la gauche avec la droite (autrement dit la droite franquiste convertie aux "libertés") amnistiant les tortionnaires et responsables du franquisme, avait tenu à ce que soit signifiée sans craindre le paradoxe, la continuité qui a caractérisé le passage d'un régime à l'autre.
  • Pandémie, état d'urgence et possibilités de (re)mobilisations...

    Par
    Le patronat comme le gouvernement font leur deuil d'une hégémonie, machine à créer du consensus, enrayée et même en panne, tant que la politique de la matraque fonctionne. Il sera toujours temps de la réparer et de la remettre en route en faisant faire des claquettes à Jadot...
  • Pierre Granet, mon camarade...

    Par | 2 recommandés
    Il est décédé avant-hier, grosse, terrible peine...
  • Nicaragua, double peine: le Covid 19 et la dictature Ortega-Murillo

    Par
    Tous les pays de la région se mobilisent et tentent, avec leurs moyens, de s’aligner sur les consignes internationales. Tous, sauf un : le Nicaragua. Aucune disposition spécifique n’a été prise et (...) les autorités dispensent un discours délirant, présentant le Covid-19 comme une punition du ciel, ciblant les riches et les Etats Unis, et dont se rient les pauvres …
  • Nicaragua si violemment opprimée, réprimée...

    Par | 1 recommandé
    Daniel Ortega, hier courageux révolutionnaire antidictatorial, devenu l'implacable dictateur réprimant violemment son peuple, est la triste expression condensée de ce qu'il est advenu des espoirs incarnés par la révolution sandiniste : leur absorption-destruction dans la logique liberticide et antisociale du nouvel ordre mondial ultralibéral. La crise pandémique accentue le désastre.
  • De quelle mobilisation allons-nous être capables?

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Le courant anticapitaliste, malgré la crise d'orientation générale à gauche, a une responsabilité politique propre dans le contexte de remontées des luttes que nous voyons depuis plusieurs mois mais qui restent sans débouché. D'autant que le mode de domination qu'incarne en France Macron est particulièrement à la peine comme le montre l'actuelle crise pandémique. Pourtant...