Blog suivi par 151 abonnés

Clarté à gauche pour (com)battre la droite et l'extrême droite

  • Catalogne : des limites politiques de certaines approches juridiques du politique !

    Par
    L'absence de réflexion argumentée sur l'avènement de la démocratie espagnole dans les conditions de ce que l'on appelle la Transition, autrement dit l’absence de rupture radicale avec la dictature, participe de l'amnésie politique qui a fait la force du régime jusqu'en 2008 et rend bancale aujourd'hui l'approche juridico-politique ici de ce qu'est la justice espagnole.
  • Ah ! le CRIF ! Bien vu, Dominique Vidal, avec une petite réserve...

    Par | 4 commentaires | 5 recommandés
    Le communautarisme, au sens intégriste où les promoteurs de sa criminalisation (républicanistes, faux laïques, droite, extrême droite, Charlie, certaines féministes comme la Ligue des Droits des Femmes...) le conçoivent, c'est exactement ce que le CRIF tente de faire envers la...communauté juive en l'appelant à s'aligner sans conditions sur l'Etat terroriste d'Israël.
  • Valls, Colau... satire à la catalane ! Piquante...

    Par
    Quand les Guignols de l'Info catalans s'y mettent, ça décoiffe. Au petit jeu, à première vue simplement divertissant, du "qui des trois, Valls, Colau et le socialiste, est l'infiltré", Polonia (c'est le nom de l'émission) tape dans le dur du politico-politicien que les dernières élections emballent autour des négociations et des alliances de gouvernement les plus baroques !
  • Valls et Colau : "les puissants ne donnent jamais rien en échange de rien."

    Par | 1 recommandé
    L'auteur de cette tribune rattache le choix de Valls de soutenir Colau à l'intérêt bien compris des élites sociales ayant appuyé le premier : pour celles-ci, l'indépendantisme est un danger pour leur pouvoir économique dans la mesure où, paradoxalement, il porte, à travers son nationalisme, une logique sociale et politique de rupture "lutte des classes" avec le système.
  • Ada Colau, à nouveau maire, merci Valls, merci les socialistes, adieu l'Indignation !

    Par | 5 recommandés
    Elle disait vouloir porter l'esprit rebelle de l'Indignation de 2011 au coeur des institutions pour engager un changement radical. Pourtant elle a été reconduite maire avec l'appui de ces si institutionnels, rétifs au changement, que sont Valls et les socialistes. L'élu indépendantiste, libéré de prison le temps de cette cérémonie, a mis les points sur les i.
  • Tribunal Suprême espagnol, suprême atteinte aux droits politiques

    Par
    Les audiences du procès des responsables catalan-es étant bouclées, voilà que, dans l'attente des verdicts, ce qu'elles sous-tendaient politiquement de façon de plus en plus visible, explose à la surface par l'interdiction qui est faite à un accusé-emprisonné sans condamnation-élu parlementaire européen d'exercer son mandat d'élu !
  • Réflexions sur Podemos à partir de la vision qu'en donne le Hara-Kiri espagnol

    Par | 3 recommandés
    Après des élections catastrophiques, Podemos, malgré son affaiblissement, aspire à gouverner avec les socialistes pour les "forcer" à rester à gauche. La revue satirique El Jueves ne manque pas l'occasion de souligner que ce parti, hypnotisé par son dirigeant, Pablo Iglesias, ne semble plus avoir les pieds sur terre.
  • Barcelone. Ada Colau reconduite maire avec l'appui de Valls ?

    Par
    Par ce reniement des propos qu'elle avait tenus pendant la campagne municipale sur les "lignes rouges" à ne pas franchir, cette figure emblématique de la gauche dite d'alternative signerait qu'elle rentre dans le rang : celui initié, depuis quelque temps, par Podemos, des accommodements électoralistes avec le système et ses représentants (PSOE, Ciudadanos).
  • Le triangle des Bermudes de la Justice espagnole

    Par
    La promotion judiciaire hors norme de la fille d'un juge occupant un poste hautement sensible est la métaphore, faussement anecdotique, de l'inquiétant fonctionnement de l'auto-revendiqué exemplaire Etat de droit espagnol déjà mis à mal par le déroulement du procès des indépendantistes catalans.
  • Etat espagnol. Socialistes qui rient, Podemos qui pleure, mariage en vue ?

    Par | 2 recommandés
    Quatre élections en un mois qui permettent au PSOE de marquer des points, qui en font perdre à Podemos, qui évitent, par recomposition interne, l'écroulement des droites, qui permettent à l'indépendantisme catalan de maintenir ses défis tout en opérant un déplacement audacieux de l'enjeu à l'échelle européenne... Quatre élections qui, à rebours de ce qui se lit ici ou là, ne règlent rien !