Blog suivi par 8 abonnés

Le blog de Christophe Prevost

  • Journalisme d'investigation, prendre son temps.

    Par | 3 recommandés
    Matthieu Suc dans son dernier article, « Djihad en prison: comment des détenus communiquent avec des terroristes », enfonce quelques portes grandes ouvertes. Il relaie confusément quelques propos souvent invérifiés de surveillants de la Maison d’arrêt de Nanterre. Au fond, nous lui sommes reconnaissants car il nous oblige à regarder en face la réalité d’un certain journalisme d’investigation.
  • Relire Martin Eden de Jack London

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Une critique de Laura Tuffery, sur son blog « Mediapart », nous invite vivement à aller voir le film « Martin Eden » de Pietro Marcello cette semaine sur nos écrans. Le long métrage y est présenté comme un vibrant réquisitoire contre le narcissisme en littérature. De ce point de vue, il est tout à fait fidèle au roman écrit en pleine gloire en 1907-1908 par Jack London.
  • Elections et immigration

    Par | 1 recommandé
    Un excellent et très détaillé article dans le bandeau club de « Médiapart » (« Régler les causes des migrations » Mélusine 2) tend à démontrer que la « lutte contre les causes des migrations » des partis est bien moins une ambition politique qu’un signal électoraliste maladroit, puisqu’elle admet l’idée déraisonnable que les flux doivent être et peuvent être« taris ».
  • La mort de Steve révélatrice de la vérité du néolibéralisme.

    Par | 2 commentaires | 5 recommandés
    Pour De Lagasnerie, le type de présentation que l’on fait généralement de la mort de Steve interdit de penser, d’analyser la réalité de l’État, de la police et du macronisme aujourd’hui. Il faut bien reconnaitre, à la lecture de son billet, que c’est tout au contraire sa vision qui absolument l'interdit.
  • En matière de vérité, faut-il laisser faire les spécialistes ?

    Par | 1 recommandé
    A la une de l’excellente revue littéraire en ligne « En attendant Nadeau », un article de Pascal Engel intitulé « La vérité, what else ». Il est intéressant qu’une invite à la lecture du philosophe-journaliste sur le thème de la « post-vérité » soit faite précisément dans un espace, « Le club », à la fois plateforme de blogs et réseau social mis à la disposition des abonnés de « Médiapart ».
  • Quand la représentation n'est pas délégation.

    Par | 3 recommandés
    Paraphrasant le célèbre « Plutôt Hitler que le Front Populaire » en un « Plutôt le Rassemblement national que le mouvement social », Edwy Plenel atteint avant toute discussion le point Godwin. Il oppose dans son dernier article le bon barragisme à un tour (le sien) au mauvais (celui d’Emmanuel Macron). En ce qui concerne le barragisme à deux tours, nous savons de quoi il en retourne.
  • Europe, drôle de jeu

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    La politique est ainsi un simple jeu auquel partis et médias convient électeurs et lecteurs. Faire de la politique pour de bon, modifier l’ordre des choses en ses structures néolibérales n’est plus à l’ordre du jour. Pauline Graulle dans son article, « La France insoumise et le «plan B»: quatre années d’ambiguïté », ne dit pas autre chose.
  • Le sabotage de la volonté des citoyens : Carolin Emcke.

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    La correspondante de guerre allemande Carolin Emcke, en première page de « Médiapart », donne une invraisemblable leçon de démocratie au peuple et aux parlementaires britanniques». Mais quelque pontifiant incipit ne fait pas une essayiste en matière de questions européennes.
  • François Cusset. L’impossible question de la violence émancipatrice

    Par | 1 commentaire | 4 recommandés
    François Cusset dans son dernier livre («Le déchaînement du monde» Editions La Découverte 2018), réalise un inventaire précis des violences présentes dans les structures sociales et les habitudes des individus. Il tente de discerner ses nouvelles formes et ses origines sociétales.
  • Alain Badiou. Changer de peuple

    Par | 46 commentaires | 10 recommandés
    Dans son dernier livre, "Méfiez-vous des blancs, habitant du rivage", le philosophe Alain Badiou s'en prend aux "gilets jaunes".