Blog suivi par 16 abonnés

Le blog de Claude LAYALLE

Ex ingénieur -physicien- - membre d'ATTAC. Auteur de l'essai "Le rasoir d'Ockham" paru en Juin 2017 aux éditions Edilivre
Paris - France
  • La dictature douce

    Par | 2 recommandés
    Les situations révolutionnaires se développent de préférence dans des pays dictatoriaux ou dans des démocratie fragilisées et sont souvent suivies de périodes contre-révolutionnaires dans lesquelles l'armée vient parfois rétablir l'ordre. Dans les démocraties formelles de l'hémisphère Nord ou du continent austral, les choses se présentent différemment.
  • Au bord du précipice, nous avons fait un grand pas en avant.

    Par
    « Panurge sans aultre chose dire jette en pleine mer son mouton criant et bellant. Tous les aultres moutons crians et bellant en pareille intonation commencerent soy jecter et saulter en mer aprés à la file. La foulle estoit à qui premier y saulteroit aprés leur compaignon. »
  • Ite missa est

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Allez, la messe est dite. Ce n'est pas la conclusion des rites de la Pâque chrétienne mais l'achèvement d'un processus qui marque l'avènement officiel du néolibéralisme comme nouvelle religion politique en France, après 70 ans de résistance initialisée par le CNR en 1944.
  • Un peu d'histoire

    Par | 1 commentaire | 4 recommandés
    Elu Président de la 2ème république en 1848 par un large vote populaire, Louis Napoléon Bonaparte prêtait serment devant le parlement : « Je jure de rester respectueux de la république démocratique, une et indivisible, et de remplir tous les engagements que la constitution m'impose »
  • coup d'etat

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    Ceux qui suivent mon blog, même de temps à autre, ne seront pas étonné de ce titre provoquant plutôt que provocateur, peu compatible avec le spectacle d'un mouvement politique qui n'évoque en rien la brutalité d'un « coup » mené par un quarteron de généraux en retraîte comme l'aurait dit le Général de Gaulle en 1961.
  • Moi, hamster

    Par | 2 recommandés
    Dans la société dite civile, le débat est permanent avec des kilomètres de déclarations péremptoires sur la nécessité de voter ou au contraire de ne pas voter, pour se prémunir contre la candidate de l'exclusion ou le candidat de l'oligarchie, ou encore contre les deux. Partie prenante dans ce débat, j'y apporte une réponse qui, pour être désespérée est une ouverture vers l'espoir.
  • Une élection en trompe l'oeil:

    Par
    A quelques jours du premier tour, le résultat probable est toujours aussi imprévisible. Est-ce vraiment aussi important ? Le ou la futur (e) président(e) élu serat-il représentatif du pouvoir délégué qui sera confié au parlement à l'occasion des législatives et sera-t-il un parlement croupion ou un parlement citoyen ? Tout dépendra du rapport des forces dès dimanche prochain.
  • Le royaume des grenouilles

    Par
    Avec la 6ème république, Mélanchon et Hamon proposent de mettre fin à la royauté institutionnelle que la 5ème a mise en place, taillée à la mesure du général de Gaulle. Faut-il adapter la république à la personnalité de celui qui la représentera ou à l'inverse choisir au moment de l'élection le représentant qui s'adaptera le mieux à la personnalité de son électorat ?
  • Economie et finance: Si on oubliait un peu les thèses universitaires ?

    Par | 2 commentaires | 1 recommandé
    Ce qu'on oublie volontiers, et c'est un peu dommage, c'est que sans rapport avec la relativité d'Einstein, l'échelle de temps de l'économie n'est pas la même que celle de l'activité financière. Ce n'est pas sans rapport avec certains sujets qui ont du mal à être abordés clairement par les candidats à la présidentielle.
  • Le candidat de l'oligarchie

    Par | 6 commentaires | 4 recommandés
    Les formes successives du capitalisme s'établissent et se superposent sur une structure politique qui définit les contours de la communautés concernée. Cette structure politique est renouvelée à chaque élection et il serait déraisonnable de penser que les différents acteurs appartenant à la classe dominante seront indifférents aux responsables politiques qui seront élus.