Blog suivi par 98 abonnés

Le blog de Denys Laboutière

  • Les méthodes ineptes de GRDF et ENGIE Gaz Tarif Réglementé

    Par | 7 commentaires | 4 recommandés
    Il a promis un chèque énergie à tous les précaires. Le Président Macron. Conscient que toutes les augmentations substantielles portées aux factures des particuliers feraient surtout de l'ombre à sa prochaine réelection. Très obéissants, les fournisseurs tels ENGIE ne prennent, eux, aucune précaution.
  • Geneviève Asse est partie chercher un autre Bleu

    Par | 10 commentaires | 14 recommandés
    D'une discrétion peu commune, la plasticienne qui fréquenta plusieurs écrivains de renom, et qui était retournée vivre dans son Morbihan, bien que galeries et Musées d'art contemporain continuaient de la célébrer de toutes parts, a emporté chevalet et toiles immaculées de l'autre côté du bleu'horizon, ce 11 août dernier.
  • Chanson d'Eté: "Belle abandonnée" de Brigitte FONTAINE

    Par | 12 commentaires | 5 recommandés
    À chaque jour suffit son chant. Et quand les beaux jours se vivent, on aime en décupler la chaleur et la saveur par quelques airs qui marqueront une saison toujours trop tôt filée. A (ré) écouter matin ou soir, selon l'humeur et le rythme.
  • Le fabuleux théâtre de Serge Valletti

    Par | 4 commentaires | 9 recommandés
    Auteur de plus d'une cinquantaine d'oeuvres dramatiques, Serge Valletti a été choisi pour que l'une d'entre elles soit lue dans le cadre du « Souffle d'Avignon ». « On entend les flûtes au loin », cette farce parfaite car idéale pour revigorer l'esprit de fantaisie qui manque de plus en plus à nos jours et nos scènes actuelles, devrait ravir plus d'un auditeur-spectateur.
  • Pour nos Amis rhénans

    Par | 6 commentaires | 5 recommandés
    En songeant aux jours sombres que nos amis germaniques connaissent depuis avant-hier, avec ces catastrophes d'inondations et de disparitions soudaines, comment ne pas se remémorer ce poème d'Apollinaire qui évoque les maléfices du Rhin, la divinité Fleuve aux forfaits imprévisibles ? Pour eux, nos vers se brisent ainsi que leurs destins trembleurs...
  • "Nouveau Roman": les échanges épistolaires de 7 Samouraïs littéraires

    Par | 3 commentaires | 7 recommandés
    Un ouvrage, paru, le 3 juin dernier, réunit des lettres échangées entre Michel Butor, Claude Mauriac, Claude Ollier, Robert Pinget, Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute et Claude Simon. Considérations croisées et passionnantes à propos (entre autres) de la littérature mais aussi l'Amérique, le monde éditorial ou leur condition d'écrivains.
  • "Péril en la demeure" de M.Deville: la perversité était presque parfaite

    Par | 4 commentaires | 7 recommandés
    A partir d'un roman de René Belletto, Michel Deville réalise un film qu'on ne se lasse pas de voir et revoir (c'est le propre des presque chefs-d'oeuvre) tant l'homogénité et l'élégance, la fluidité et les trouvailles cinématographiques confèrent à ce jeu de pistes et de dupes, une mécanique machiavélique pour s'amuser, surtout, avec la fascination du spectateur.
  • « Suzanna Andler » de Benoît Jacquot : Indéterminations d'une femme (et de son film)

    Par | 2 commentaires | 9 recommandés
    Adapté d’une pièce de théâtre que Marguerite Duras lui avait « offerte », le long métrage de Benoît Jacquot réjouira divers publics mais pas forcément pour les mêmes (bonnes ou méchantes) raisons : détracteurs ou inconditionnels de la femme de lettres se rejoindront peut-être pour regretter une adaptation qui souffre d'un manque de nuances et, surtout, d'aspérités.
  • EN FINIR AVEC "L'AFFAIRE YOANN BOURGEOIS" ? Premières Suites

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    Suite à la diffusion anonyme d'une vidéo, l'hiver dernier, sur le Web, suggérant plusieurs exemples de plagiats de diverses séquences de spectacles que l'artiste Yoann Bourgeois aurait effectués sans le consentement des intéressés, plus de 150 circassiens, chorégraphes, metteurs en scène lancent et signent une tribune visant à l'évincer de la direction du Centre Chorégraphique de Grenoble.
  • Pour Raimund HOGHE, laissez, à jamais, le balcon ouvert...

    Par | 9 commentaires | 6 recommandés
    D'abord journaliste, l'Allemand Raimund Hoghe rejoint ensuite, en 1980, le Tanztheater de Wuppertal que dirigeait Pina Bausch où il travaille pendant dix ans. Danseur et chorégraphe, très attaché aux valeurs d'un art populaire sincère, sa très grande humanité ne se dissimulait jamais derrière des poses ou des afféteries. Il a quitté la partie, hier, 14 mai, à l'âge de 72 ans.