Édition suivie par 10 abonnés

Démocratie, version française

2 rédacteurs

À propos de l'édition

Démocratie : régime où le peuple exerce la souveraineté.

Pas de démocratie sans paix sociale, pas de paix entre les peuples sans démocratie.

  • Édition Démocratie, version française

    Initiative citoyenne, mode d'emploi

    Par
    « Pour un traité de démocratisation de l’Europe » est publié par T.Piketty et soutenu par B.Hamon. Dans notre campagne présidentielle confuse, cette proposition généreuse est à mon sens la seule qui puisse faire avancer la démocratie et la justice dans la politique économique de l’U.E. J’y vois cependant un défaut de forme et un défaut de fond.
  • Édition Démocratie, version française

    Lisbonne et l'initiative citoyenne

    Par | 3 commentaires | 1 recommandé
     Dans le traité de Lisbonne,qui - sauf improbable obstruction tchéquo-britannique- devrait entrer en vigueur en 2010, tout n’est pas aussi mauvais que certains l’on dit..A preuve le Titre 2 , intitulé DISPOSITIONS RELATIVES AUX PRINCIPES DEMOCRATIQUES, et en particulier son Article 8 B, prémonitoire de la récente votation citoyenne sur le statut de la Poste
  • Édition Démocratie, version française

    Avis de vacance de poste présidentiel

    Par | 1 recommandé
     Rêvons un peu.Imaginons que la République Française vive sous un régime qui ne soit ni bonapartiste, ni monocratique. Un régime normal en somme, dans lequel le président n’aurait qu’à assurer par son arbitrage le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et la continuité de l’Etat, et où le gouvernement aurait toute latitude pour déterminer et conduire la politique de la nation avec le soutien et la confiance de la majorité parlementaire.
  • Édition Démocratie, version française

    Un Président décalé

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Nicolas Sarkozy, celui qui « veut être le Président de tous les Français », malgré les quelques points qu’il vient de regagner dans les sondages, reste loin en dessous de la moyenne, en termes d’indice de satisfaction.
  • Édition Démocratie, version française

    Rénovation, l'Arlésienne du PS

    Par | 20 commentaires
    Le 1er mai marquera la fin des mois en R. En politique,la consommation des mots en R n’a pas de saison. A droite, c’est Rupture et Réformes. A gauche, après Refondation – désuet depuis l’implosion du PCF – et Révision constitutionnelle – remise à plus tard, comme d’habitude – c’est Rénovation qui a la cote.
  • Édition Démocratie, version française

    Quand la mer se retire ...

    Par | 1 recommandé
    « Quand la mer se retire, on voit ceux qui se baignent sans maillot » C’est ce qu’on disait dans les milieux financiers américains au début de la crise des subprimes.Le 8 Juin, au soir des élections européennes, beaucoup de candidats en position dite éligible se retrouveront à sec, sans rien pour couvrir leur nudité politique. A voir la façon dont la campagne s’engage au PS, les socialistes ne seront pas les moins nombreux dans ce contingent de laissés pour compte.
  • Édition Démocratie, version française

    Verrouillé par Lionel, le piège se referme sur Nicolas

    Par | 9 commentaires
    L’excellent article de François Bonnet sur l’implosion du pouvoir dresse un constat cruel mais lucide de la désintégration du gouvernement de la République. Désintégration orchestrée depuis l’Elysée, dit l’auteur. On peut y voir la main du président élu, en plein désarroi dans des difficultés imprévues. Ou bien les signes avant-coureurs d’une crise institutionnelle dont tous les grands partis se sont évertués jusqu’ici à nier l’éventualité.
  • Édition Démocratie, version française

    Au secours !!! C’est au tour des anarcho-syndicalistes maintenant …

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
  • Édition Démocratie, version française

    Caligula ou les dérives de la monocratie

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
  • Édition Démocratie, version française

    Impostures

    Par | 3 commentaires
    « Pour être un homme politique, il suffit de savoir ce que veut le peuple et de le crier plus fort que lui ». Ces mots de Gamal Abdel Nasser semblent intemporels et universels tant ils peuvent s'appliquer à différentes époques et en divers lieux. Bien entendu l'homme politique qui est décrit ici n'est pas celui au sens noble du terme dont la vision est uniquement orientée, les actions exclusivement dédiées à la bonne marche des affaires de la Cité.