Gralou

Aigues-Vives (34) - France

Son blog
4 abonnés Le Blog de Jean Cordier
Voir tous
  • Référendum d'Initiative Partagée - RIP ADP - QUE FAIT MEDIAPART ?

    Par
    Ce n'est pas un secret : la courbe des soutiens au RIP est dans les choux et, surtout, on trouve très peu d'information dans les média, sinon pour annoncer, d'une façon plutôt fataliste, les chiffres désespérants de ces soutiens. Au-delà, rien ou si peu... Sur ce sujet, Médiapart soi-même n'a consacré que très peu d'articles. Pourquoi ?
  • Présidentielles deuxième tour - Un choix cruel et un engagement

    Par
    Pour qui ne souhaite ni Macron ni Le Pen, le choix ultime se situe entre le risque d'un pouvoir à terme totalitaire et le maintien, pour cinq petites années, d'une liberté d'expression dont nous devrons user pour éviter le risque totalitaire en 2022. Ce texte est le témoignage d'une réflexion, en aucun cas une consigne de vote ou un jugement des choix électoraux.
  • Abstention: effets pervers en chiffres

    Par
    Croyant dénoncer les vices de notre mode de scrutin, l'abstention contribue à en renforcer les effets pervers en masquant le déficit de légitimité des élus. Alors même que le vote blanc, connu pour "ne servir à rien", contribue à mettre en évidence ce déficit. Et ce d'autant plus puissamment qu'il sera important. Et quid de nos média qui se contentent de publier les chiffres officiels ?
  • Élection piège à cons, Abstention piège à quoi ?

    Par
    En ces jours plombés par la menace d'un taux record d'abstention, maintes fois affirmée par les instituts de sondage et abondamment relayée par les media, menace renforcée par le niveau élevé de l'indécision de nos concitoyens, il m'apparaît important de revenir sur le phénomène de l'abstention et de le confronter à la possibilité du vote blanc.
  • Hubert Védrine, Internet et la sorcellerie

    Par
    Sur France Culture, Hubert Védrine qualifie de procès en sorcellerie les publications des internautes visant à mettre en relief les contradictions du personnnel politique. Pour l'homme des discours mesurés, ce serait le signe d'un totalitarisme terrifiant. Ne serait-ce pas plutôt, venant d'un membre du parti socialiste, la marque d'une perte de contrôle, au moment où ce parti risque l'implosion ?