Blog suivi par 184 abonnés

Ni égards ni patience. Le blog de Mačko Dràgàn

À propos du blog
"Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience". René Char.
  • La vie, mode d'emploi à l'usage des jeunes générations : Perec et Mai 68

    Par | 3 recommandés
    Si Mai 68 n’est pas mort, c’est parce que des gens continuent à le faire vivre. Et des œuvres, aussi. La Vie, mode d’emploi, de Georges Perec, en fait partie. Surprenant ? Nenni : « la grandeur de Perec a été […] de créer une œuvre qui reflète cet ancrage essentiel dans le monde de tous les jours, sans cesse menacé par la planification à outrance, le lavage des cerveaux […] » (Michael Sheringham)
  • Une multitude de façons de croire, un seul combat : l’émancipation

    Par | 8 commentaires | 3 recommandés
    Petit manifeste visant à promouvoir la bonne entente entre croyants et non-croyants dans les rangs de la gauche, dans un contexte de radicalisation de la pseudo-laïcité, et de dispersion des luttes, alors que tant d’autres combats nous appellent par ailleurs. Notre adversaire principal doit demeurer la religion du capital, et sa cohorte de prêtres, du CAC40 au gouvernement.
  • Journalisme et courage: «la plume dans la plaie», ça vous dit quelque chose ?

    Par | 3 commentaires | 5 recommandés
    Depuis quelques temps, nous avons eu la triste surprise de voir se multiplier les exemples d’un journalisme que nous aurions pu croire disparu depuis des décennies. Le courage, un courage inspiré de celui que tous ceux qui souffrent, devrait pourtant demeurer la qualité première du journaliste, comme en témoigne le travail du Mexicain Sergio Gonzalez Rodriguez face au féminicide de Juarez.
  • Résister à la barbarie

    Par | 2 recommandés
    Le 26 septembre 1940, à Port-Bou, Walter Benjamin met fin à ses jours en avalant une dose mortelle de morphine. « Il faut couper la mèche qui brûle avant que l’étincelle n’atteigne la dynamite », écrivait-il dans l’un de ses textes. Comment ? Retour sur une pensée qui, encore aujourd’hui, nous invite à repenser nos outils de résistance -et réactive la mémoire des luttes, furent-elles perdues.
  • Cela suffira-t-il ?

    Par | 4 commentaires | 6 recommandés
    Petite fable Juive sur le pouvoir de la parole, et notre impuissance contemporaine à « dire ». « Tout ce que nous savons aujourd’hui, c’est que nous ne savons même plus raconter l’histoire. Et la seule chose que nous savons faire est le récit de cette impossibilité. Cela suffira-t-il ? » (Mark-Alain Ouaknin)
  • 2666, de Roberto Bolaño, chef-d’œuvre apocalyptique et utopique #3

    Par | 1 recommandé
    Troisième et dernière partie de mon étude sur 2666, de Roberto Bolaño. Aujourd'hui : l'éthique subversive du roman, une éthique de la poésie, de la liberté et de l'amour. Conclusion qui sera centrée autour de cette implacable formule de Wittgenstein : « Si un homme pouvait écrire un livre sur l’éthique qui en soit vraiment un, il détruirait en explosant tout les livres du monde ».
  • 2666, de Roberto Bolaño, chef-d’œuvre apocalyptique et utopique #2

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Poursuite de l'étude, en trois parties, du chef-d’œuvre posthume de Roberto Bolaño, 2666, roman prophétique, rêverie hallucinée sur 100 ans d’Histoire occidentale, plongée au cœur du mal, et vision d’une réponse utopique, onirique et poétique à celui-ci. Aujourd'hui : qu'est-ce qu'un écrivain? Que peut la littérature ? Quelle est sa responsabilité vis-à-vis de l'horreur ?
  • 2666, de Roberto Bolaño, chef-d’œuvre apocalyptique et utopique #1

    Par | 4 commentaires | 3 recommandés
    Début d’une étude, en trois parties, du chef-d’œuvre posthume de Roberto Bolaño, 2666, roman prophétique, rêverie hallucinée sur 100 ans d’Histoire occidentale, plongée au cœur du mal, et vision d’une réponse utopique, onirique et poétique à celui-ci. Aujourd'hui : Le roman-frontière d’un monde globalisé, de la Seconde Guerre Mondiale jusqu'aux charniers du féminicide de Ciudad Juarez.
  • Nicanor Parra n’est pas mort, et la poésie non plus

    Par | 4 recommandés
    " Qu'est-ce qu'un antipoète : Un négociant en urnes et cercueils ? Un prêtre qui ne croit en rien ? Un général qui doute de lui-même ? Un vagabond qui se moque de tout, vieillesse et mort comprises ? Un interlocuteur de mauvais caractère ? Un danseur au bord de l'abîme ? " Parra était un peu tout cela.
  • Déconstruire Zemmour

    Par | 40 commentaires | 30 recommandés
    ...Et, avec lui, toute la pensée de la galaxie des jeunes et sémillants nouveaux réactionnaires qui, de Valeurs Actuelles à BFMTV, se réclament de son héritage « intellectuel ». La "zemmourisation" de la pensée, de même que la "BHL-isation" dont elle est une conséquence logique, a considérablement réduit la qualité des débats d'idée en France. Il est donc grand temps de passer à autre chose.