Blog suivi par 163 abonnés

à celles et ceux qui luttent et qui résistent

À propos du blog
Un blog qui parle de mouvement social et d’émancipation (avec pas mal de syndicalisme dedans mais pas que).
  • Celles et ceux des lycées pro

    Par | 52 commentaires | 13 recommandés
    [Rediffusion] Marqueur de l’école du tri social, reproduisant les inégalités, le lycée professionnel est dévoré par le « monde de l’entreprise » et les intérêts capitalistes. Les enfants des classes populaires y sont massivement scolarisés. Le combat pour l’égalité et l’émancipation peut et doit d’autant plus s’y frayer un chemin. Un article pour la revue Les Utopiques.
  • Fiché·e·s par Fdesouche : ça ne nous empêchera pas de lutter pour l’égalité

    Par | 34 commentaires | 40 recommandés
    Comme syndicaliste SUD éducation, j'apparais dans le fichier mis en ligne par le site d’extrême droite Fdesouche. Avec l’ensemble des camarades de l’Union syndicale Solidaires qui se sont retrouvé·es fiché·es, nous avons décidé de nous associer à la plainte collective lancée contre ce que nous considérons comme une menace et une agression. Et ça ne nous empêchera pas de lutter pour l’égalité.
  • «Les Utopiques» n°17: combats pour l’enfance, jeunesse en lutte

    Par | 1 commentaire | 7 recommandés
    les-utopiques-17-ete-2021
    Cet été la revue de l’Union syndicale Solidaires, « Les Utopiques », ouvre ses pages à plusieurs contributions autour des combats pour l’enfance comme de la jeunesse en lutte. Car si notre syndicalisme a l’émancipation au cœur, c’est bien dans la société entière que celle-ci doit pleinement se réaliser et à chaque âge de la vie. L’éditorial et le sommaire complet dans ce billet.
  • Pour une rue Victorine Brocher à Orléans

    Par | 2 commentaires | 6 recommandés
    Comme dans de nombreuses villes, il y a à Orléans une rue Thiers, du nom du bourreau de la Commune de Paris de 1871. La Commune a 150 ans et l’une de ses insurgées, l’internationaliste et libertaire Victorine Brocher (1839-1921) a passé son enfance à Orléans où elle a été élevée par sa mère, ouvrière lingère. Vive la rue Victorine Brocher !
  • Portfolio

    «AESH en colère, on ne va pas se laisser faire!»

    Par | 9 commentaires | 19 recommandés
    Les Accompagnant·es d’élèves en situation de handicap, les AESH, étaient mobilisé·es le jeudi 8 avril. Malgré le confinement la journée de manifestations et de rassemblements s’est maintenue tant la colère est forte. À Paris, plus de 500 personnels ont manifesté, AESH et leurs soutiens syndicaux. Pour le respect de leur métier, un vrai statut, un vrai salaire.
  • Pour l’école, reprendre la main

    Par | 11 commentaires | 14 recommandés
    C’est donc annoncé : les écoles, collèges, lycées et lycées professionnels vont fermer le 6 avril. Pour combien de temps ? L’annonce d’une reprise est à prendre à la mesure de ce qu’a été la politique de Jean-Michel Blanquer depuis le début : déni, mépris, mensonge et entêtement. Il y a urgence dans l’éducation, de la maternelle à l'université, et c’est à nous de reprendre la main.
  • Portfolio

    On a marché contre les CRA

    Par | 1 commentaire | 10 recommandés
    Elle devait avoir lieu le 4 avril dernier : la marche contre les Centres de rétention administrative (CRA) s’est tenue ce samedi 27 mars à Orléans (Loiret). Elle a rassemblé près de 300 manifestant·es à l’appel du Collectif contre les expulsions et la rétention (COLERE). Les CRA sont des prisons pour étranger·es et nous voulons leur abolition.
  • Ni ici, ni ailleurs, le 27 mars à Orléans contre les CRA

    Par | 2 commentaires | 8 recommandés
    Le Collectif contre les expulsions et la rétention (COLERE) s’est créé fin 2019. Rassemblant plus de vingt organisations, il refuse la construction d’un nouveau Centre de rétention administrative (CRA) près d’Orléans en 2023. Les CRA sont des prisons pour étranger·es, nous voulons leur abolition. Nous manifesterons le 27 mars à Orléans.
  • Blanquer ou l’immobilisme

    Par | 4 recommandés
    Hier soir le ministre Blanquer a témoigné de son immobilisme face à l’urgence sanitaire. Alors que les contaminations sont à un niveau élevé et que l’urgence sanitaire est toujours là il n’a annoncé aucune nouvelle mesure, autorisant tout au plus une réduction « au maximum de 50 % » du présentiel dans les seuls lycées. Le déni doit cesser.
  • De l’auto-défense sanitaire dans l’éducation

    Par | 15 commentaires | 20 recommandés
    La reprise des cours le lundi 2 novembre s’est faite dans l’inquiétude, la colère, l’exaspération. Spontanément, des personnels se sont mobilisés, ont débattu, échangé dans une horizontalité démocratique s’opposant à la verticalité et l’arbitraire d’un pouvoir ministériel méprisant autant que dangereux et irresponsable. La grève du 10 novembre en est la conséquence.