Blog suivi par 22 abonnés

Le blog de anouka

  • Le décor, le dé-corps…

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    Faut-il connaître ton nom pour que tu puisses, devant la mort, exister ?
  • Le temps du bruit. Pour ne plus entendre, ne plus comprendre

    Par | 2 recommandés
    Le temps du bruit, c’est comme la mort, de l’esprit. Une guerre comme une autre ? Ou d’une guerre, l’autre ?
  • A nos petits Mozart ? Pauvres de nous.

    Par | 2 commentaires | 6 recommandés
    La pauvreté, les pauvres, les enfants. Mais oui, il est temps, il est grand temps de penser à leur estomac. Trop souvent vide, nous a-t-on dit. Mais attention, je te donne, tu me dois. Obéissance et devoir. Toi le parent pauvre. Et redevable tu seras. Pour que ton enfant devienne, grâce à moi, grâce à l’Etat, ce que jamais tu ne seras. Un petit Mozart ? Sait-on jamais. Jamais. Jamais. Jamais ?
  • L’important, c’est…

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    Quelques roses encore, pourtant, dans les jardins, sentent bon. Laissons-les s’épanouir…
  • Oui, au moins, taisez-vous.

    Par | 12 commentaires | 11 recommandés
    Sans doute, pour soulager, un peu… Je me prends à rêver. Ou à divaguer ? J’invente, comme je peux. Les humains, ces rescapés, comme un butin, du bout des lèvres à partager ?
  • On discute… Chut, taisez-vous.

    Par | 6 commentaires | 6 recommandés
    Le silence est d’or. Leur pensée fait du bruit, tant de bruit. Pour que la parole advienne, en un trop tard ; ce que l’on sait déjà.
  • Juste un mauvais rêve, monsieur le président,

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Vivent les vacances ! En mentalité bac à sable le président ? Non ? Si ! Une parodie un peu caustique d'une infantilisation, par les mots, de l'autre - et de soi ? Tendance, nouveau mode de communication ?
  • Silence ! Silence… jusqu’à l’indigne !

    Par | 10 commentaires | 7 recommandés
    Et le bruit se répand et l’huile déversée attise le feu. Le feu dans l’assemblée, le feu médiatique, le feu des soupçons, le feu. Le feu et la fumée qui brouillent les faits, qui masquent les secrets, à peine dévoilés. A peine, vraiment ? Le silence qui trahit la violence...
  • Là, vous me croyez ?

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    Oui, je pensais déjà écrire sur le thème des ogres nouveaux, revenir à l’ogre de Perrault. Et puis, j’ai lu –même si je le savais déjà, hélas, le cœur à l’envers- Trafic (ou Traffic) d’enfants, de Villaume. Les mots sont venus, d’eux-mêmes. Pour dire l’ampleur des crimes contre l’humanité, l’ampleur du déni, de l’inconscience ou de l’aveuglement de nos dirigeants.
  • Les Moi Je sont de tristes sirs…

    Par | 38 commentaires | 10 recommandés
    Tendance, tendance forte des je moi. Prendre la place, la place forte, forte jusqu’au vide, jusqu’au néant du moi. Les moi-je, les narcisses de pacotille, les arrogants, les enragés du verbe pour tenter d’exister…