Édition suivie par 62 abonnés

Fragments de Marx

2 rédacteurs

À propos de l'édition

"Si la construction de l'avenir et l'achèvement pour tous les temps n'est pas notre affaire, ce qu'il nous faut accomplir dans le présent n'en est que plus certain, je veux dire la critique impitoyable

de tout l'ordre établi, impitoyable en ce sens que la critique ne craint ni ses propres conséquences ni le conflit avec les puissances existantes." (Lettre de Karl Marx à Arnold Ruge, septembre 1843). Alors que la raison dominante n'a cessé de proclamer la mort de Marx dans les années 1980 et 1990, le début du XXIe siècle est marqué par son retour en force. Comment renouer le fil avec cette œuvre monumentale? Comment se réapproprier Marx aujourd'hui, alors que le capitalisme semble tout-puissant et que les rêves d'émancipation de la modernité semblent avoir subi une défaite durable? Comment lire Marx, alors même que le sens multiple et contradictoire de son œuvre subit la déformation de lectures libérales aseptisées, de lectures académiques du monde universitaire et de lectures réductrices du monde militant? L'ambition de cette édition n'est évidemment pas de retrouver un quelconque "vrai Marx" - du reste introuvable - mais plutôt de proposer des fragments de son œuvre, suivant une fréquence régulière, pour en offrir des portes d'entrée ou des traversées numériques. En contextualisant chaque extrait de texte de Marx, cette édition fait le pari de nourrir l'intelligence critique de chaque lecteur/lectrice, prenant acte ainsi à la fois des mille marxismes qui se sont développés et de l'autonomie de la réception qu'est celle des "grands textes" de la tradition marxiste.

  • Édition Fragments de Marx

    Travailler moins ou «le règne de la liberté»

    Par | 3 commentaires | 11 recommandés
    Depuis la crise du Covid-19, ministres, patrons et éditorialistes insistent sur la prétendue nécessité de travailler plus. A l'opposé, la réduction du temps de travail a été actualisée par plusieurs organisations syndicales comme revendication de sortie de crise. Marx nous offre plusieurs ressources critiques dans Le Capital (1867) pour penser et agir sur la journée de travail.
  • Édition Fragments de Marx

    Conversions soudaines à l'État social

    Par
    Que faut-il penser des discours dominants qui depuis l'éclatement de la pandémie Covid-19 louent les services publics, soutiennent l'idée d'une redistribution des richesses et font l'éloge de "l’État-providence"? Conversions aussi soudaines que miraculeuses; elles rappellent davantage l'histoire sainte des apôtres que l'histoire profane des sociétés.
  • Édition Fragments de Marx

    Le capitalisme comme religion

    Par | 6 commentaires | 1 recommandé
    Les crises sont des moments de vérité. Alors que le discours dominant est irrigué depuis des années par l'importance des "valeurs", la crise actuelle rétablit prosaïquement la première et seule valeur qui vaille quoi que ce soit sous le capitalisme: la valeur d'échange. Anatomie d'un culte religieux postmoderne.
  • Édition Fragments de Marx

    Marx au temps du capitalisme pandémique

    Par | 30 commentaires | 13 recommandés
    Comment Marx pourrait-il nous aider à penser la crise actuelle? Sa théorie de l'histoire offre des ressources critiques pour penser la crise sanitaire inédite qui bouleverse le monde aujourd'hui, tout en indiquant en pointillé que le "monde d'après" tant évoqué ne pourrait être qu'anticapitaliste.
  • Édition Fragments de Marx

    Marx (et Engels) face à une éventuelle révolution en Russie

    Par | 3 recommandés
    Une révolution communiste pouvait-elle avoir lieu en Russie, selon la théorie de Marx, soutenue par Engels? Le "dernier Marx", dans une correspondance avec une révolutionnaire russe, Véra Zassoutlich, s'est posée la question honnêtement. Mais il a maintenu sa conception que le communisme ne peut naître que du capitalisme développé et l'histoire lui a donné raison.
  • Édition Fragments de Marx

    «A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes»

    Par | 2 recommandés
    Affiche de Mai 68, Paris. Source: gallica.bnf.fr Affiche de Mai 68, Paris. Source: gallica.bnf.fr
    67% de la population soutient la tenue d'un référendum sur la réforme des retraites selon un sondage Ifop-l'Humanité (édition du 13 février). 56% des Français affirme vouloir voter non à la réforme du gouvernement en cas de référendum. Démentis manifestes des idées de la classe dominante qui confirment la victoire du mouvement social dans l'opinion publique. Démentis de Marx?
  • Édition Fragments de Marx

    Marx pour une révolution démocratique

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    Cet extrait du "Manifeste du Parti communiste" mérite d'être présenté éclairé tant il rompt avec l'idée que la révolution communiste devrait prendre la forme d'une "dictature du prolétariat". La chose est bien plus compliquée, même si la révolution bolchevique a cru pouvoir l'incarner. Il s'agit en réalité d'une transformation démocratique reposant sur "le mouvement de l'immense majorité".
  • Édition Fragments de Marx

    Temps de luttes, temps des possibles

    Par | 3 recommandés
    Que représente la lutte en cours? Combat syndical, résistance sociale, révolte ou révolution? Adossés sur l'expérience des mouvements ouvriers naissants en Europe, Marx et Engels ont esquissé dans le Manifeste communiste (1848) une boussole stratégique pour lire les mouvements de leur temps, suivant leurs «différentes phases de développement».
  • Édition Fragments de Marx

    L'Etat, «...un comité qui gère les affaires communes de toute la classe bourgeoise»

    Par | 19 commentaires | 25 recommandés
    Les grands mouvements sociaux comme la grève du 5/12 ont le mérite de mettre à nu la domination de classe de la bourgeoisie et de dévoiler les ruses de la doxa dominante. L’État, soutient Marx, «n'est qu'un comité qui gère les affaires communes de toute la classe bourgeoise». Retour sur l'État bourgeois.
  • Édition Fragments de Marx

    La conscience et la vie

    Par | 2 commentaires | 7 recommandés
    Georges Wolinski, "Il n'y a plus d'idéologie", dessin de presse, 1990-1995. Source: www.gallica.bnf.fr. © Georges Wolinski (1934-2015). Georges Wolinski, "Il n'y a plus d'idéologie", dessin de presse, 1990-1995. Source: www.gallica.bnf.fr. © Georges Wolinski (1934-2015).
    Dans ce texte de "L'Idéologie allemande", Marx analyse d'une manière remarquable les rapports de la conscience et de la vie. Il fait de la première, envisagée dans son contenu, un effet de la seconde, celle-ci étant comprise dans un sens historique. D'où une théorie inédite de l'idéologie, extrêmement féconde pour comprendre le statut des idées dans l'histoire.