Blog suivi par 515 abonnés

Le blog de Fabrice Arfi

  • Ce que j'ai écouté avec des yeux d'enfants

    Par | 7 commentaires | 3 recommandés
    Gérard Blanc s'est éteint dans la nuit du 24 au 25 janvier et, avec lui, c'est un peu de l'âme des années 80' qui s'en va. Thierry Pastor, Jean Schulteis, Chagrin d'amour...
  • «Carnets noirs» : le vent et les girouettes

    Par | 5 recommandés
     Houston, on a un problème. Dans les arrière-cuisines de l'info, là où se mitonne le menu médiatique plus ou moins digeste de tous les jours, il s'en passe de belles. Et l'affaire dite des «carnets noirs» de l'ancien patron des renseignements généraux (RG), Yves Bertrand, est en train de nous donner une formidable occasion de méditer la célèbre saillie d'Edgard Faure: «ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent».
  • Le journaliste et la "réalité du gris"

    Par | 3 commentaires | 13 recommandés
     Les livres de souvenirs de journalistes - a fortiori s'ils sont «d'investigation» - donnent généralement lieu à un joyeux catalogue de fiertés passées. Pas là. Dans son ouvrage Profession "fouille-merde", dont je viens de terminer la lecture, l'ancien sniper du Canard enchaîné et du Monde, Georges Marion, prend le parti du contraire. Et franchement, ça fait du bien.
  • La révolution mash-up ou la peur du vide

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
     Des soirées, des émissions radio, des sites internet lui sont entièrement dédiés. A quoi ? Au mash-up. Derrière ce terme anglais, qui peut littéralement se traduire par «écraser», mais plus usuellement par «mélanger», se cache un mouvement muscial de DJ's qui ne tient pas le haut du pavé culturel mais dont le nombre d'adeptes n'a cessé de grossir depuis cinq ou six ans en Europe. Quand j'ai découvert cela il y a trois ans grâce à un copain dénicheur de pépites, Charles Elé, sorcier de la webradio Radio Shic, j'ai adoré. Puis je me suis demandé ce que le mash-up pouvait bien nous dire de notre époque. Là, j'ai moins adoré.
  • Sans commentaire

    Par | 6 recommandés
     C'est écrit dans le titre: ça se passe de commentaire. Voici ce que l'on peut trouver actuellement sur le site de Paris Match. Un article sur les vertus écologiques des 4x4 Land Rover avec, au-dessus, une publicité pour... Land Rover.
  • Photo. Hors-Cadre, pour viser juste

    Par | 8 commentaires | 17 recommandés
     Jean-Luc Godard a eu un jour cette savoureuse réponse à l'adresse d'un journaliste qui l'interrogeait sur sa propension à inscrire son œuvre à la marge: «Mais c'est la marge qui tient la page», lui a alors rétorqué, jamais à bout de souffle, le cinéaste helvète.
  • Une certaine vulgarité d'Etat

    Par | 43 commentaires | 12 recommandés
     Un grand homme, l'écrivain et sémiologue Roland Barthes (1915-1980), a dit un jour que «la politesse est plus généreuse que la franchise, car elle signifie qu'on croit à l'intelligence de l'autre». L'étude du comportement présidentiel de ces derniers mois a de quoi inquiéter quant à la politesse d'esprit du chef de l'Etat. Ce sont toujours des petites phrases, des petits gestes, des petites manies surprises en pleine vie publique mais qui en disent long sur la vérité du personnage qui nous gouverne. Voici, en cinq dates, le récit en images d'une certaine vulgarité d'Etat.
  • Retour sur un scoop

    Par | 25 commentaires | 9 recommandés
     Les commentaires sifflent parfois comme des balles sur Mediapart. L'article que Fabrice Lhomme et moi-même avons consacré, jeudi 24 juillet, au témoignage d'un ancien dirigeant de l'UIMM, Jacques Gagliardi, qui a récemment affirmé à la justice que la fédération patronale la plus puissante de France a financé syndicats et partis politiques de gauche, en est criblé. Publié en Une du site, l'article était titré: «Révélations sur la caisse noire de l'UIMM - Mitterrand, la CGT et le CNPF mis en cause».
  • Algérie, le contre-exil

    Par | 8 commentaires | 17 recommandés
  • Connaissez-vous Granta ?

    Par | 6 commentaires | 7 recommandés
    D'abord, une explication. Pourquoi Confiture ? Parce qu'un blog, c'est un endroit où l'on s'étale. Et parce que dans celui-ci vous trouverez des récits mélangés, des thèmes remués, écrasés, un peu de tout, un peu de rien. Surtout des deux, histoire de remplir le petit pot vide qui illustre ce blog. Ensuite, la suite. Pourquoi Granta? Parce qu'un hommage à cette revue anglaise, dont la lecture constitue dans le paysage saturé des choses qui s'éditent un moment de journalisme et/ou de fiction d'une rare intensité, me paraît être un bon point de départ.