Blog suivi par 16 abonnés

Jeunes chroniques

Titulaire d'une maîtrise en Histoire, chercheur à ses heures perdues et toujours étudiant.
Paris - France
À propos du blog
Les chroniques d'une imprudente jeunesse à l'expression impudente.
  • Le doux chemin menant à la violence

    Par | 1 commentaire | 6 recommandés
    Les images du tout nouveau Service National Universel (SNU) laissèrent de marbre certains et en apeurèrent d'autres. Il provoqua même, parfois, le rire de ceux se sentant le moins concerné. Cependant ces images et surtout les pratiques qu'elles illustrent doivent nous interpeller. Quel est le véritable nom de ce SNU ainsi que sa portée pour notre société ?
  • Destruction du présent

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    Les déboires de Nathalie Loiseau, ainsi que par extension, ceux de la liste « Renaissance », démontrent une maladresse chronique ainsi qu'une évolution plus globale. Cette campagne, en effet, possède un point positif, celui de nous montrer le parachèvement de la corruption des symboles du passé. Le présent souffre de ce contexte et laisse présager la disparition des perspectives d'avenir.
  • La petite chanson de l'apolitisme

    Par | 3 recommandés
    Samedi s'est déroulé le concours de l'Eurovision dans la ville israélienne de Tel-Aviv. Le lieu du déroulement de cette édition 2019, le choix du candidat français (Bilal Hassani) et la prise de position des candidats islandais en faveur de la Palestine, par l'agitation de drapeaux, ont déclenchés de vives et inhabituelles polémiques autour d'un concours censé être « apolitique ».
  • Kurdes, la radicalité dissimulée

    Par | 3 recommandés
    Le 23 Mars dernier, la dernière enclave syrienne de Daesh tombait aux mains des Forces Démocratiques Syriennes. Ces dernières, sont une coalition de différentes ethnies et largement dominée par les Kurdes syriens. Mais quel est le rapport des Kurdes à la religiosité ? L'islamisme est-il absent dans la mouvance kurde ?
  • L'écologie sans fondations

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Une journée de grève pour le climat s'est organisé un peu partout dans le monde. En France, certains membres du gouvernement comme Gabriel Attal participèrent. Pourtant ces actions visaient à dénoncer « l’inactivité » de ce même gouvernement dans la question climatique. Simple récupération ou glissement idéologique ?
  • En avril, ne te découvre pas d'un fil

    Par | 6 commentaires | 5 recommandés
    Des élections anticipées auront lieu en Espagne le 28 avril prochain. Entre l'ouverture du procès de figures de l'indépendantisme catalan, l'arrivée de Vox (Extrême-Droite) dans le paysage politique, la crise interne de Podemos et la droitisation de Ciudadanos et du Partido Popular, la démocratie espagnole arrive à un tournant. Dans une société, déjà, sous tension.
  • Combattre le pire n'est pas une promesse

    Par | 2 recommandés
    Le mouvement des Gilets Jaunes et les violences qui découlent de celui-ci posent de nombreuses interrogations, notamment sociales et économiques. Cependant, tenter de trouver une explication à la Genèse de cette contestation nous pousse vers la question politique. Tout cette violence cache le pêché originel du macronisme : l'absence du choix pour le citoyen.
  • Le Prince face à la révolte

    Par | 3 recommandés
    Le Président de la République a pour la première fois réagit à l’affaire Benalla, en s’adressant notamment, ainsi à ses détracteurs : « qu’ils viennent me chercher ». Cette bravade, venant d’un homme occupant une fonction disposant de l'immunité de juridiction, laisse paraître un enfant narguant son camarade dans la cour de l’école mais aussi, un « déni de réalité ».
  • Violence d'une époque

    Par | 6 commentaires | 19 recommandés
    Les vidéos montrant Alexandre Benalla lors du 1er Mai sont aujourd'hui connus de tous. Pourtant elles-ci sont disponibles sur internet depuis plusieurs mois. La polémique attendit d'apprendre l'identité du principal concerné avant de naître. Au final, c'est le fait de ne pas être policier et non sa violence qui le rattrape. Et c'est là, tout le problème.
  • Rajoy part, l'Espagne reste

    Par | 3 commentaires | 5 recommandés
    Après avoir été renversé, Mariano Rajoy annonce qu'il renonce à la direction du Partido Popular (PP). Il ne sera donc pas le leader de l'opposition en Espagne. Dans les faits, l'événement est politiquement majeur, l'homme fut pendant sept années à la tête du pays. Mais dans l'esprit, l'Espagne de Rajoy ne meurt sans doute pas avec la retraite politique de sa figure.