Blog suivi par 44 abonnés

Le blog de martinestorti

À propos du blog
Site personnel http://martine-storti.fr/
  • Mai et juin 68, un bonheur collectif, le surgissement de quelque chose d'irréductible

    Par
    Entretien sur mai 68 dans 50-50 magazine Une dilatation de l'existence, une autre manière de vivre, un autre rapport entre les êtres humains, "loin des eaux glacées du calcul égoïste"
  • Pas de révolution sans émancipation des femmes

    Par | 12 commentaires | 6 recommandés
    Entretien avec Francine Sporenda sur mai 68. «Il n’y avait pas de discours féministe en 68». Bien sûr, il y avait des femmes qui participaient, qui manifestaient, qui faisaient grève, mais les organisations « gauchistes » étaient complètement à l’image de la société. Cela ne veut pas dire que, dans la manière d’être, de penser ou d’agir, on n’était pas déjà féministe!
  • Sixième épisode : du 7 juin au 16 juin 1968

    Par
    Comment accepter de perdre ce qui s’était répandu sur la France entière, en peu de jours, ce souffle qui avait rendu la vie légère, aérienne, loin des « eaux glacées du calcul égoïste », et qui refluait aussi, comme une vague qui se retire, et qui laisse la vie d’avant revenir
  • 31mai, 1er -6 juin Cinquième épisode

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Ces journées de juin 68 dont les récits de Mai ne parlent presque jamais, comme si elles n’avaient pas existé, comme si tout était rentré dans l’ordre immédiatement, alors que cela a pris du temps, syndicats, partis de gauche, pouvoirs en place devant déployer manœuvres et énergie pour briser l’élan, remettre le fleuve dans son lit.
  • Féminisme intégral et féminisme décolonial : deux faces d’une régression/restauration

    Par | 5 commentaires | 8 recommandés
    Le « féminisme intégral » dit : « nous ne voulons pas de cette émancipation-là, car elle est libérale, anti-écolo, soumise à la science, annule la différence des sexes...» Le « féminisme décolonial » dit : « nous ne voulons pas de cette émancipation-là car elle est blanche, néocoloniale, raciste, islamophobe… » N’est-ce-pas s’émanciper de l’émancipation qui est dans les deux cas l’objectif ?
  • A propos du «féminisme intégral»: une entreprise de brouillages et de captation

    Par | 10 commentaires | 32 recommandés
    Après le « nationalisme intégral » de Maurras, ou le « voile intégral » de certain-es islamistes, c’est un « osez le féminisme intégral ! » que prône la revue Limite. Quand l’anti-féminisme, voire l’ante-féminisme se déguisent en féminisme.
  • Quelques jours en mai 68, quatrième épisode,25-30 mai

    Par
    En 2006, j'ai publié un roman, «32 jours de mai». En plusieurs épisodes, je reprends ici des extraits qui disent, du 14 mai au 16 juin 1968, le quotidien d'une soixanthuitarde, alors étudiante en philosophie à la Sorbonne, et très engagée dans ces journées de lutte, de suspension de la vie ordinaire, d'emballement des corps, des cœurs et des âmes. Quatrième épisode 25,26,27,28,29,30 mai
  • Quelques jours en mai 68, suite : 20,21,22,23, 24 mai

    Par | 1 recommandé
    En 2006, j'ai publié un roman, «32 jours de mai». En plusieurs épisodes, je reprends ici des extraits qui disent, du 14 mai au 16 juin 1968, le quotidien d'une soixanthuitarde, alors étudiante en philosophie à la Sorbonne, et très engagée dans ces journées de lutte, de suspension de la vie ordinaire, d'emballement des corps, des cœurs et des âmes. Troisième épisode les 20, 21,22,23 mai
  • Quelques jours en mai 68, suite, 16, 17, 18, 19 mai

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    En 2006, j'ai publié un roman, «32 jours de mai». En plusieurs épisodes, je reprends ici des extraits qui disent, du 14 mai au 16 juin 1968, le quotidien d'une soixanthuitarde, alors étudiante en philosophie à la Sorbonne, et très engagée dans ces journées de lutte, de suspension de la vie ordinaire, d'emballement des corps, des cœurs et des âmes. Deuxième épisode les 16,17,18,19 mai
  • De l’usage idéologique du mot «néo-féminisme»

    Par | 5 commentaires | 2 recommandés
    Le mot « néoféminisme » ne désigne pas les jeunes féministes pour les distinguer de leurs ancêtres du MLF. Ce terme a une fonction idéologique. Il sert moins à exprimer un désaccord qu’à nommer le féminisme ou les féministes qui ne conviennent pas, ou qui ne sont pas convenables. Il est un outil de disqualification plurielle.