Blog suivi par 643 abonnés

Le blog de Paul Cassia

Professeur des universités en droit
  • Passe vaccinal et libertés constitutionnelles

    Par | 72 commentaires | 123 recommandés
    veran
    Mise en ligne de ma contribution extérieure adressée au Conseil constitutionnel, interrogeant la nécessité et la proportionnalité du passe vaccinal, ainsi que sa conformité au regard du principe de non-discrimination et de la règle selon laquelle nul ne peut être contraint à faire ce que la loi n'ordonne pas.
  • Impasse sanitaire

    Par | 206 commentaires | 133 recommandés
    blog-veran
    La transformation du passe sanitaire en un byzantin passe vaccinal est une étape supplémentaire vers l’obligation vaccinale de fait. Ce procédé hypocrite ancre la dégradation durable des libertés au nom d’une illusoire sécurité sanitaire. Sa valeur ajoutée sanitaire n’est pas démontrée, alors que le variant omicron semble moins dangereux qu’annoncé.
  • Relâchement

    Par | 37 commentaires | 54 recommandés
    billet-une
    L’expérience montre que l’acceptation sociale et la régularité juridique des mesures de police sanitaire prises au nom de la lutte contre la pandémie sont toujours acquises. Davantage que des gestes barrières globalement respectés ailleurs que dans les ministères, c’est notre vigilance citoyenne qui semble s’être considérablement relâchée.
  • L’état d’urgence sanitaire permanent

    Par | 77 commentaires | 149 recommandés
    a-supprimer
    Nouvelle illustration de l’effet cliquet des mesures sécuritaires : le Parlement s’apprête à voter la prorogation jusqu’au 31 juillet 2022 de l’ensemble du mille-feuille législatif né de la crise du covid-19. Le temporaire s’incruste dans la durée comme dans nos quotidiens ; l’exceptionnel se banalise.
  • De l’Etat de droit à l’Etat de covid

    Par | 256 commentaires | 153 recommandés
    thumbnail
    Les «circonstances exceptionnelles» nées de la propagation du variant delta ont justifié, selon le Conseil d’Etat, que le gouvernement puisse, hors la loi, imposer le passe sanitaire dans les établissements de loisirs dès 50 clients à partir du 21 juillet, dans l’attente de la généralisation du passe à partir du 9 août. L’Etat de droit cède la place à un Etat de covid, où le virus fait la loi.
  • Passe partout

    Par | 325 commentaires | 212 recommandés
    thumbnail
    Toute personne vaccinée devra bientôt présenter son passe sanitaire à l’entrée d’un nombre considérable d’établissements recevant du public, auxquels les non-vaccinés n’auront pas accès sauf à payer un test. La généralisation du passe sanitaire annoncée par le président de la République le 12 juillet est manifestement irrégulière, en ses deux étapes.
  • Un passe sanitaire

    Par | 83 commentaires | 92 recommandés
    thumbnail-2
    Le projet de loi perpétuant l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 septembre 2021 institue, de manière inattendue, un passe sanitaire qui sera exigé pour accéder à certains lieux. Loin de favoriser les libertés, ce laissez-passer ajoute une contrainte nouvelle à toutes celles initialement prévues.
  • Le Frexit sécuritaire du Conseil d’Etat

    Par | 71 commentaires | 88 recommandés
    thumbnail-3
    Au nom du droit constitutionnel à la sécurité nationale, le Conseil d’Etat a autorisé la poursuite de l’interception en continu et indifférenciée de toutes nos données de connexion. Il a pour ce faire écarté une législation européenne pourtant équilibrée entre les nécessités de l’ordre public et le respect de la vie privée.
  • Quelques maux à propos de la loi confortant les principes de la sécurité globale

    Par | 39 commentaires | 64 recommandés
    thumbnail
    Les lois « sécurité globale » et « séparatisme » adoptées en plein état d’urgence sanitaire sont deux faces d’une même médaille : celle de l’abdication durable des libertés publiques au prétexte de la lutte contre une insécurité très instrumentalisée. Liberté, elles effacent ton nom.
  • Le député de Rugy s'est fait pincer par la justice

    Par | 40 commentaires | 71 recommandés
    thumbnail
    Le 2 avril 2021, le tribunal judiciaire de Paris a relaxé Mediapart de l’action en diffamation formée par François de Rugy. Ce contentieux introduit en sa qualité de député mais qui concernait uniquement sa vie privée est l’occasion de souligner une fois de plus l’opacité qui entoure les frais de mandat des parlementaires.