Blog suivi par 92 abonnés

Ici et là-bas - le blog de Philippe Wannesson

Blogueur et militant
Moyenmoutier - Vosges
  • Coronavirus macronensis : la pénurie

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    Vous vous souvenez peut-être des histoires soviétiques, ces blagues qui faisaient rire des pénuries et de la bureaucratie des pays communistes. À l’heure où la Chine déverse sur l’Europe néolibérale des masques que celle-ci est devenue incapable de produire, revisitons certaines de ces blagues, et voyons comment elles éclairent peut-être le monde dans lequel nous vivons.
  • Coronavirus macronensis : la guerre

    Par | 3 recommandés
    L'épidémie est la rencontre entre un virus et une société. Cette situation met en lumière certains aspects du régime politique sous lequel nous vivons. Nous sommes donc "en guerre". Nous l'étions déjà. L'ennemi change en fonction de l'actualité.
  • Leur guerre n'est pas la nôtre

    Par | 3 recommandés
    Mardi 3 mars. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, Charles Michel, président du Conseil européen, David Sassoli, président du Parlement européen, survolent dans un avion militaire la frontière gréco-turque. Au sol, policiers et militaires grecs, policiers de l’agence Frontex et miliciens néo-nazis « protègent » l’Europe d’une « invasion ». Deux exilés sont morts par balle.
  • Laissons-les entrer

    Par | 5 recommandés
    La Turquie, 85 millions d’habitants, accueille 4 millions de réfugié-e-s, dont la majorité des personnes qui ont fui la Syrie en guerre. Elle ne souhaite plus le faire. L’Union européenne, 450 millions d’habitants, doit prendre la relève et les accueillir. C’est la seule décision qui vaille.
  • Psychanalyse de l'Union européenne

    Par | 2 recommandés
    L'utilisation des images animalières par l'Union européenne dans les situations de crise relève sans doute de la psychanalyse. L'art de se faire une grande crise aussi. Courons donc avec les Frontex-lapins à la frontière grecque. Au lieu où La Ferme des animaux se marie avec 1984.
  • 6 février 2014 - plage de Tarajal - Ceuta

    Par | 1 recommandé
    Le 6 février 2014, environ deux cents exilé-e-s tentent d’entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta en nageant. La Guardia civil réplique avec des fumigènes et des balles de caoutchouc. Quinze cadavres seront trouvés du côté espagnol, le nombre total de mort-e-s et disparu-e-s est inconnu. La justice espagnole classera à deux reprises les poursuites contre les policier-ère-s impliqué-e-s.
  • Portfolio

    Avricourt (54) et Avricourt (57)

    Par | 13 commentaires | 22 recommandés
    Au cœur de la Lorraine, une frontière qui est placée là au grès des guerres. Un village engendre deux gares, deux communes… et quelques passeurs.
  • Adieu, Bojo, on t'aimait bien

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Cette nuit, 'round midnight, Bojo nous a quitté. Nous restons là, un peu hébétés, de notre côté de la Manche, avec nos vingt-sept clowns tristes. Dont le nôtre.
  • Grèce : des murs jusque sur la mer

    Par | 2 recommandés
    Tandis que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne, la Grèce projette un mur flottant entre l'île de Lesbos et la côte turque, pour tenter de bloquer les exilé-e-s. Comme si là était le danger pour l'Europe.
  • Grèce : la police change demandeur d’asile en passeur

    Par
    Aux frontières de l’Union européenne, il faut produire du résultat. Il faut notamment produire de l’arrestation de passeur-se. Au besoin la police en invente, et fabrique des preuves. Ainsi Hamza Haddi, militant marocain des droits humains, emprisonné trois fois dans son pays, est emprisonné en Grèce avec un de ses compagnons de passage, alors qu’ils venait demander l’asile en Europe.