Blog suivi par 15 abonnés

Le blog de Sylvain BERMOND

  • Pour une justice sociale (partie 12)

    Par | 1 recommandé
    A quoi ressemblerait une société juste ? Comment faire progresser concrètement la justice sociale ? Dans la dernière partie de cette série d’articles, je propose douze mesures concrètes et réalisables pour passer de l'interrogation philosophique à l’action politique.
  • Pour une justice sociale (partie 11)

    Par | 1 recommandé
    Qu’il y a-t-il de juste dans l’égalité ? En quoi une société où les richesses sont également réparties serait-elle plus juste qu’une autre ? Cette partie examine les arguments les plus puissants en faveur de l’égalité, et pointe les multiples failles d’un courant d’idées fermement opposé à la redistribution des richesses : le libertarianisme.
  • Pour une justice sociale (partie 10)

    Par | 1 recommandé
    Le mérite est une notion cruelle, qui tend à écraser les uns pour mieux élever les autres. Pourtant, il constitue aussi une incitation précieuse pour encourager l’effort, le travail et la persévérance. Peut-on concevoir une version du mérite qui serve les intérêts de la communauté, tout en restant compatible avec le principe d’égalité ?
  • Pour une justice sociale (partie 9)

    Par | 1 recommandé
    Quel est le juste prix d’un bien ou d’un service ? Celui-ci doit-il dépendre de la rareté de l’offre ? De l’intensité de la demande ? De la quantité de travail qui a été effectuée ? Dans cette partie, nous établirons les critères qui définissent une transaction juste. Puis nous verrons comment peut fonctionner concrètement une société solidaire, dont le but serait d'amortir les effets du hasard.
  • Pour une justice sociale (partie 8)

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Beaucoup d'entre nous considèrent que celui que travaille le plus dur a droit à une rémunération plus élevée. La justice sociale impliquerait donc de mesurer et de comparer la pénibilité au travail : un tel projet est-il réalisable ? Si oui, quels sont les métiers les plus pénibles ? Faudrait-il chambouler l’échelle des salaires pour aller vers plus de justice sociale ?
  • Pour une justice sociale (partie 7)

    Par
    Quel salaire devrait être associé aux postes à responsabilité ? Dans cette partie nous prendrons connaissance des sacrifices qui s’imposent aux cadres (flexibilité horaire et risques légaux). Nous comparerons ces sacrifices avec ceux consentis par les travailleurs subalternes – accidents du travail, problèmes de santé – et nous poserons la question de ce que serait une juste indemnisation.
  • Pour une justice sociale (partie 6)

    Par | 1 recommandé
    On entend souvent dire que le salaire de chacun devrait correspondre à sa contribution. Est-il juste qu'un travailleur soit payé selon ses performances ? La productivité individuelle est-elle mesurable ? Cette 6ème partie continue d'explorer les raisons pour lesquelles nous considérons qu'il existe des inégalités justes, en interrogeant la pertinence de critères comme la performance ou l'utilité.
  • Pour une justice sociale (partie 5)

    Par | 1 recommandé
    Le niveau de diplôme est souvent mis en avant pour justifier les inégalités entre les travailleurs. Dans quelle mesure ces inégalités sont-elles justes ? Le mérite démontré pendant les études doit-il produire des effets tout au long de la vie ? Faut-il récompenser le sacrifice de ceux qui ont fait des études ? Au-delà de l’aspect financier, quels bénéfices sont liés à la possession d'un diplôme ?
  • Pour une justice sociale (partie 4)

    Par | 1 recommandé
    Dans une société véritablement méritocratique, quels seraient les écarts de richesse acceptables ? Au cours de cette quatrième partie, nous verrons que l’idéologie méritocratique peut être utilisée pour stigmatiser les plus modestes et s’opposer au principe d’égalité. Nous verrons aussi, de manière plus inattendue, comment la méritocratie peut constituer une menace pour la liberté.
  • Pour une justice sociale (partie 3)

    Par | 2 recommandés
    Le mérite peut être identifié aux choix que nous faisons. Mais sommes-nous responsables de nos traits de personnalité, comme la persévérance ou la force de caractère ? Cette partie pose la question du libre-arbitre, et ouvre une tension entre les approches « déterministe » et « volontariste » de l’existence humaine. Ces deux positions ont des conséquences politiques radicalement différentes.