Blog suivi par 104 abonnés

Histoire, Ecole et Cie

"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
  • La rafle du Vel'd'Hiv' et Melenchon : la république sacralisée

    Par | 26 commentaires | 4 recommandés
    « Vichy, ce n’est pas la France. » Avec cette formule définitive, Mélenchon fait son coming out mémoriel. Prétendant réfuter le discours de Macron sur la rafle du Vel’ d’Hiv’, il interprète l’histoire à sa façon et confirme qu’en la matière, non seulement il a beaucoup de retard sur l’historiographie du dernier demi-siècle mais surtout qu’il n’est pas du bon côté.
  • Le chef d'état-major des armées à Macron : «il ne faut pas désespérer Dassault»

    Par | 25 commentaires | 21 recommandés
    Il n’échappe à personne que la polémique autour du budget militaire trouve pour point de départ le niveau d’équipement des armées, c’est-à-dire les commandes passées aux industries d’armement. Un budget militaire de 34 milliards d’euros, une augmentation prévue jusqu’à 50 milliards d’euros en 2025 : les cris d'orfraie du lobby militaro-industriel sont à la mesure de son pouvoir réel en France.
  • L'armée, la guerre : tabous français entretenus par l'école

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    Fête nationale, fête militaire, fête guerrière : la présente édition n’a pas dérogé à la règle qui veut que la nation française trouve à s’incarner principalement dans l’armée, dans la guerre. Une dérive confortée par une certaine histoire scolaire qui sacralise la guerre.
  • Antisémitisme, enseignement de la Shoah : entre histoire et manipulation

    Par | 2 commentaires
    Détournement de la lutte contre l'antisémitisme, instrumentalisation de la Shoah : une dérive devenue courante ces dernières années, notamment en France, où elle cible, à travers une certaine partie de la jeunesse, le système éducatif dans son ensemble.
  • Au brevet, l'éducation morale et civique des collégiens évaluée par l'armée

    Par | 6 commentaires | 5 recommandés
    Aujourd’hui, pour la session 2017 du DNB, l’éducation morale et civique de quelque 800 000 collégiens est évaluée par l’armée (avec l'aimable participation de l'iFRAP). Vous avez dit moral et civique ?
  • Le mythe national à l'école : l'analyse partielle et partiale de L. Joffrin

    Par | 3 recommandés
    Trois mois après sa parution, Laurent Joffrin a lu Le Mythe national de Suzanne Citron. Dans Libération, il en donne une interprétation discutable. Disons simplement qu’il n’a pas tout compris.
  • Fables obligatoires, rentrée en musique : un coup de bluff mais pas seulement

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Un jour, une annonce : la communication du ministre de l’EN a trouvé son rythme de croisière. Avec les dernières en date – une rentrée en musique, les Fables de La Fontaine comme lecture de vacances – si la volonté d’affichage prime, elle ne doit pas faire oublier en arrière-plan la réalité d’un programme éducatif rétrograde.
  • Canicule, calendrier scolaire et lobby du tourisme

    Par | 22 commentaires | 16 recommandés
    Alors que la canicule de ces derniers jours rend les conditions de travail insupportables dans de nombreux établissement scolaires, le ministère répond comme à son habitude par une inénarrable suite de recommandations dont l’objectif le plus évident est de ne pas avoir à aborder frontalement les questions qui fâchent.
  • Le vote des jeunes est-il soluble dans l'éducation civique ?

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    Si, au premier tour des législatives, le taux d’abstention atteint des sommets, il est encore plus remarquable chez les 18-24 ans qui, à 65 %, n’ont pas jugé bon de se déplacer pour voter, pour « remplir leurs devoirs de citoyens. » Et tout cela malgré douze années d'éducation civique, jusqu'à l'overdose.
  • Blanquer et le redoublement: un discours à destination des électeurs

    Par | 2 recommandés
    Au rythme d’une annonce hebdomadaire, voire quotidienne, Blanquer retrouve le mode de communication qui était le sien comme Dgesco (c’est-à-dire ministre bis de l’Education) sous Sarkozy : saturer l’espace médiatique, contourner les partenaires sociaux mais surtout, en période électorale, flatter l’électeur. L’intérêt de l’élève, c’est juste bon pour les discours.