B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 déc. 2019

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Le SNU contre la revalorisation des profs

Quel que soit l’angle sous lequel on regarde le financement de l’éducation, reste cette incohérence pourtant rarement mise en avant dans le débat public, qui consiste à refuser une juste rémunération aux enseignants dans le même temps où se met en place à grands frais un ubuesque service national (SNU) dont la source de financement est identique.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les annonces fantaisistes et approximatives de Blanquer relatives à une revalorisation des salaires censée compenser les effets de la réforme des retraites, réforme dont les enseignants seront les grands perdants, illustrent surtout l’embarras et les contradictions d’un ministre confronté à un calcul tout simple : comment distribuer des millions dont on ne dispose pas ou plutôt comment distribuer des millions qu’on a déjà prévus pour autre chose ? Quel que soit l’angle sous lequel on regarde le financement de l’éducation, reste cette incohérence pourtant rarement (jamais ?) mise en avant dans le débat public, qui consiste à refuser une juste rémunération aux enseignants dans le même temps où se met en place à grands frais un ubuesque service national (SNU) dont la source de financement est identique. Car si l’organisation du SNU s’est vue confiée à l’Education nationale, c’est non seulement dans le but de conforter l’éducation à la défense, de renforcer une vision patriotique et militaire de l’éducation civique mais aussi d’en transférer la charge financière du ministère des Armées à celui de l’Education.

Sur le financement du SNU, la remarquable discrétion dont font preuve ses promoteurs n’empêche pas d’en connaître la réalité : en dépit de tardives dénégations et de minorations approximatives, le coût du SNU devrait atteindre, chaque année, pour 800 000 jeunes concernés, la somme de 2,5 à 3 milliards d’euros, prélevés sur le budget éducatif. Estimation tout ce qu’il y a de plus officielle : ainsi, avec la mauvaise foi caractéristique pour tout ce qui touche aux dépenses militaires (et au nucléaire), le rapport Menaouine (26/04/2018) qui a servi de base à l’élaboration du projet se réjouit de ce que « le coût budgétaire total ne devrait pas dépasser quelques milliards d’euros » (sic) ; donc au moins 2 milliards. En nuançant toutefois quelques mois plus tard (12/11/2018) : « Le coût budgétaire, même s’il est difficile à estimer de manière détaillée aujourd’hui, est nécessairement élevé… Le financement du projet pourrait créer un effet d’éviction sur les crédits de l’éducation ou de la formation. » Effet d’éviction par exemple sur la rémunération des enseignants… En février 2018, un rapport commandé par le Premier ministre auprès de cinq inspections générales (administration, armées, finance, éducation, jeunesse et sport), chiffre également le dispositif à 2,5 -3 milliards d’euros. Un rapport tellement accablant qu’il n’a jamais été publié. Ces contraintes calamiteuses pesant sur les dépenses publiques sont également résumées et dénoncées par le Conseil d’orientation des politiques de jeunesse (COJ, 30/01/2018) « Les membres du COJ ont travaillé sur le SNU, sans connaître précisément le budget qui pourrait être alloué à la mise en œuvre de ce dispositif. Pour autant, ce point constitue un élément déterminant. Si la fourchette haute avançant un coût autour de 30 milliards d’euros (coûts d’investissement et de fonctionnement sur plusieurs années) devait être confirmée, le rapport coût/bénéfices de ce dispositif apparaîtrait disproportionné aux membres du COJ au regard des priorités des politiques de jeunesse. » De fait, en définissant comme priorité l’enfermement pendant quinze jours de toute une classe d’âge sommée de faire allégeance chaque matin au drapeau, on fait un choix dont il faut ensuite assumer les conséquences, parmi lesquelles, par exemple, l’incapacité à rémunérer correctement les personnels.

Mais alors, pourquoi, dans un contexte tendu de revendications sociales, le SNU fait-il aussi peu débat, comme c’est d’ailleurs le cas pour le détournement des dépenses civiles par le budget militaire ? Pourquoi refuser de voir que, à partir d’une richesse donnée, une dépense budgétaire a pour corollaire une économie budgétaire ? Pourquoi ce dispositif de période militaire obligatoire incluse dans une scolarité n’apparaît-il pas, sinon très marginalement, dans la contestation, dans les manifestations ? Certes, le gouvernement s’est bien gardé jusqu’à présent de s’engager sur une date de généralisation, préférant, prudemment, n’ouvrir le SNU qu’aux volontaires (en 2020 comme en 2019), de telle sorte qu’aucun lycéen, aucune lycéenne ne se sentent personnellement concernés (mais ils pourraient quand même avoir une pensée pour le petit frère ou la petite sœur qui le seront…).

Sauf démenti, qui tarde à venir, on ne peut nier que le SNU ait bénéficié jusqu’à présent, d’une singulière complaisance dans les milieux éducatifs (à quelques exceptions près), avec une première phase qui s’est déroulée (en juin 2019) au sein même des établissements scolaires, avec un encadrement provenant au moins pour partie de l’Education nationale, avec la collaboration d’un certain  nombre de mouvements d’éducation populaire, avec (si l’on en croit un sondage paru il y a un an) l’assentiment de 7 enseignants sur 10, avec un financement soutiré aux budgets éducatifs (entre autres facéties 500 000 euros pour la confection de 2000 uniformes …fabriqués en Afrique).

Indulgence ou complicité qui renvoient à celles, plus larges, de l’opinion publique pour la chose militaire, ses opérations aventureuses, ses dépenses exorbitantes (37 milliards d’euros en 2020) qui n’ont jamais à se justifier. Quelque chose qui donne au mouvement social actuel un petit goût d’inachevé, de très inachevé.

Le SNU sur ce blog :

- Le SNU contre les droits de l'enfant
- "On nous apprend l'ordre et la fierté d'être français"
- Une Marseillaise obsessionnelle pour un SNU résolument identitaire
- Des lycées-casernes pour la servitude nationale universelle
- SNU : l'éducation populaire au garde-à-vous
- Dans une indifférence quasi générale, le SNU se met en place
- Le SNU, cache-misère d'une école inégalitaire
- Un service militaire financé par l'Education nationale
- Le recul de Blanquer ne met pas fin à la menace
- Les lycéen.nes au péril des gilets jaunes
- Service national … : les profs ne voient pas le problème
- Une consultation tronquée, malhonnête, qui ne convainc personne
- Attal, secrétaire d'état au service national, s'est déjà bien servi
- Ligue de l'enseignement et Léo Lagrange au garde-à-vous pour le service national
- Le service national contre l'ennemi de l'intérieur
- Obligatoire, militarisé et punitif, le SNU est d'abord une servitude militaire
- Service national universel : surveiller et soumettre
- Financement du service national : 1800 postes supprimés dans l'éducation

- Service national : un projet qui vise les plus jeunes, toujours plus jeunes
- Eté 2018 : dernier été de liberté pour les 16-18 ans ?
- Service national : internement obligatoire confié à l'Education nationale

- Les députés et le service national : l'école en première ligne
- Service national Macron : une France qui a peur de sa jeunesse

- Brassage social : la grosse arnaque du service national
- Une consultation en ligne pour les dupes
- La ministre des armées me répond...mais vise à côté

http://journaldecole.canalblog.com/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis