Blog suivi par 764 abonnés

Histoire et politiques scolaires

  • Macron: vers un dédoublement généralisé du CP et du CE1?

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    C'est du moins ce qu'il vient d'évoquer. Comment comprendre cette annonce singulière? Est-ce crédible? Est-ce possible? Y a-t-il eu des précédents? Quels peuvent être les enjeux? Le ministre de l'Education nationale - lui - envisage de poursuivre des dédoublements en commençant par la grande section. Que croire?
  • Blanquer ira-t-il jusqu'à «mettre la pauvreté en prison»?

    Par | 45 commentaires | 43 recommandés
    Cela a été la formule employée par le leader de la droite cléricale au Sénat – Hervé de Saisy – en 1881 pour tenter de s'opposer à la loi d'obligation de scolarisation de Jules Ferry et aux peines prévues contre les parents contrevenants.
  • Les vacances scolaires: une pierre d'achoppement pour les «stylos rouges»?

    Par | 97 commentaires | 11 recommandés
    Contrairement aux «gilets jaunes» qui peuvent apparaître comme un espace rassembleur de revendications de différentes catégories, les «stylos rouges» se présentent comme l'expression revendicatrice d'une catégorie particulière - celle des enseignants - avec ses spécificités, dont l'importance des vacances scolaires n'est pas la moindre, un aspect fortement distinctif voire clivant...
  • «Stylos rouges» en manque de «reconnaissance» et «en colère»

    Par | 186 commentaires | 46 recommandés
    C’est du moins ce qui apparaît au premier plan lors d’une interview récente de Jennifer, membre du groupe de six enseignants créé à la mi-décembre : « On n’est ni reconnus par notre employeur ni par la société. »
  • Obligation de réserve: neutralité et/ou neutralisation des enseignants?

    Par | 45 commentaires | 39 recommandés
    L'invocation par le rectorat de Dijon du non -respect d'"une obligation de réserve' ' par une professeure de lycée qui avait pris à parti en termes fort vifs le président de la République après son intervention télévisée du 10 décembre relance un débat sur la légitimité voire l'existence même d'une ''obligation de réserve''.
  • Programmes des lycées: Blanquer en marche forcée?

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    La précipitation dans l'élaboration puis l'examen des programmes proposés a suscité une opposition ample et déterminée au Conseil supérieur de l'Education. Jean-Michel Blanquer va-t-il passer outre, et transformer sa marche précipitée en marche forcée?
  • Le capitaine de réserve Blanquer assigne les enseignants à une obligation de réserve

    Par | 36 commentaires | 57 recommandés
    Le capitaine de frégate (de réserve) Jean-Michel Blanquer n'est pourtant pas exemplaire en la matière tant il multiplie les «annonces» et les «révélations» dans les médias; mais il se permet néanmoins de renvoyer les enseignants à une ''obligation de réserve'' pour le moins problématique.
  • Les jeunes agenouillés et le'' respect d'autrui'' de Blanquer

    Par | 3 commentaires | 14 recommandés
    Devant les images de ''Mantes la jolie'', Blanquer n' a trouvé rien à redire en arguant qu'il avait fallu ''neutraliser'' les auteurs de violences . Mais ce ministre qui déroule à tout propos sa mantra de politique éducative: ''lire, écrire, compter et le respect d'autrui'', n'a même pas relevé que ''neutralisation'' ne devrait pas rimer avec ''humiliation''.
  • Les lycéens ont participé de longue date aux grands évènements politiques

    Par | 4 commentaires | 8 recommandés
    Dès la première moitié du XIXème siècle, les lycéens ont participé à des moments politique extra-ordinaires (alors même qu'ils étaient dans des ''lycées-casernes'', où dominaient l'internat et une discipline ''militaire'', avec peu de communication avec l'extérieur). Alors, a fortiori actuellement, il ne saurait y avoir une muraille de Chine entre eux et une situation politique extra-ordinaire.
  • Les mouvements lycéens, une «plaie» illégitime de la «modernité» ?

    Par | 4 commentaires | 14 recommandés
    A partir de la condamnation de certaines formes d'«action» qui peuvent être effectivement inacceptables, certains en viennent à s'en prendre à la légitimité même de l'existence d'organisations lycéennes en croyant sans doute que c'est l'effet d'un laxisme actuel post-soixante-huitard. Bien à tort!