Blog suivi par 727 abonnés

Histoire et politiques scolaires

  • Les enseignants: mérite, prime et émancipation

    Par | 11 commentaires | 8 recommandés
    Le ''mérite'' et l'''émancipation'' sont les deux maîtres-mots du dernier discours présidentiel. Cela mérite une prime : celle de « l'avancement au mérite » ou celle d' « une prime au mérite » ? Historique d'une émancipation.
  • Service national et/ou séjours d'au moins six mois en Europe?

    Par | 6 commentaires | 4 recommandés
    Parmi les interrogations que peut susciter le projet de ''service national universel'' dévoilé à l'issue du Conseil des ministres de mercredi dernier, on a le plus souvent oublié qu'il y a ''en même temps'' un autre dispositif majeur envisagé : la perspective que la moitié d'une classe d'âge passe, avant ses 25 ans, au moins six mois dans un autre pays européen.
  • L'éternel ''retour'' de l'hymne national à l'Ecole. Mais quelle'' Marseillaise'' ?

    Par | 3 commentaires | 3 recommandés
    Le CSP, invité par Jean-Michel Blanquer à fixer des repères annuels de progression pour les programmes, n'a pas hésité à le faire pour l'hymne national lui-même. Et l'on est partagé entre le sentiment d'un inachèvement patent ou celui d'un ridicule achevé
  • Pleins feux sur la dissertation de philosophie dans certains baccalauréats

    Par | 15 commentaires | 16 recommandés
    Ce lundi, la presse ne manquera pas de citer le libellé des sujets de dissertation proposés dans les différentes séries des baccalauréats généraux ou technologiques. Une spécialité annuelle bien française (et pourtant très emblématique de l'écart entre ce que nous valorisons et ce que nous sommes effectivement capables de faire en matière scolaire)...
  • Lundi, c'est philosophie. Mais pour qui ? Le mythe du bac «unique»

    Par | 27 commentaires | 17 recommandés
    On va commencer comme d'habitude par les épreuves de philosophie pour entrer dans la grande liturgie « du bac », la Sainte Trinité du soi-disant bac « unique » en « trois personnes » : général, technologique, professionnel ( le « Père » et le « Fils », mais en oubliant le « Simple d'esprit » qui n'a pas droit à la philosophie).
  • La loi sur le portable : une loi rare et ridicule

    Par | 23 commentaires | 5 recommandés
    Contrairement à ce que l'on croit, les lois portant sur le primaire et/ou le secondaire sont rares. Cela rend d'autant plus ridicule sa présentation et son adoption à main levée par LRM, Modem et UDI-Agir dans la soirée d'hier.
  • Et si on demandait des comptes au fabuleux Blanquer? La Fontaine a bon dos!

    Par | 43 commentaires | 50 recommandés
    Cette semaine il met en scène la quatrième des distributions du ''Livre de l'été'' effectuées sous sa houlette, à savoir 800 000 recueils de Fables de La Fontaine destinés aux élèves de CM2. L'histoire ''fabuleuse'' de l'évolution de ces quatre distributions devrait dessiller les regards et aboutir à ce qu'on lui demande enfin des comptes.
  • Blanquer: une inflexion dans le rôle officiel dévolu aux bacs professionnels

    Par | 4 commentaires | 9 recommandés
    Le ministre vient d'indiquer qu'en terminale de lycée professionnel, les élèves auront le choix entre ''un module d'insertion professionnelle'' et un ''module de poursuite d'études'' modifiant ipso facto le rôle qui avait été officiellement donné aux bacs pros lors de leur création.
  • Blanquer: «ancrer l'idée européenne chez les jeunes»

    Par | 28 commentaires | 7 recommandés
    En réponse à une question posée mercredi dernier par la députée Modem Marguerite Deprez-Audebert sur la façon de « donner envie d'Europe à notre jeunesse », le ministre de l'Education nationale a répondu qu'il est « tout à fait primordial d'ancrer l'idée européenne chez les jeunes en leur faisant bien comprendre qu'il y va de leur avenir »
  • Un troisième livre de Blanquer en quatre ans: une sacrée confiance en soi!

    Par | 22 commentaires | 4 recommandés
    « Construisons ensemble l'école de la confiance » : tel est le titre de cet ouvrage qui paraît chez Odile Jacob . Il se peut aussi que ce soit le livre de trop. On remarquera en tout cas que lorsque la « verticalité » du pouvoir présidentiel était particulièrement forte, les ministres de l'Education nationale ne se sont guère alors aventurés à écrire pendant l'exercice de leur ministère...