Blog suivi par 32 abonnés

déconstruction d'idées reçues sur l'emploi, la main-d'oeuvre et les GPII

urbaniste, socio-économiste
FRANCE
  • Ligne 17 Nord, intox 4 - A la recherche des "gains de temps" perdus

    Par | 1 recommandé
    Grâce à des calculs fallacieux, la SGP affiche une rentabilité de la ligne 17 Nord totalement usurpée, faisant miroiter d'énormes "gains de temps" de transport. Ce qui est particulièrement inopérant pour un réseau essentiellement métropolitain avec des gares très éloignées non seulement des pôles d’habitat - donc des travailleurs, principaux usagers des TC - ...mais aussi des destinations finales.
  • Ligne 17- Intox 3- Potentiel : 100 000 emplois fictifs validant les gares de Roissy

    Par | 1 recommandé
    Le site de la Société du Grand Paris (SGP) indique pour Roissy « 92 000 emplois sur la plateforme » qui intègrent abusivement les emplois du Bourget. Et surtout, il fait miroiter « un potentiel de 132.000 emplois » pour justifier la ligne 17 Nord et les gares de Roissy CDG 2 et 4. Problème : l'évaluation date de 2012, prévoyant 104 000 postes en 2022 ; on en compte 5000. Désintox.
  • En synthèse : lignes 18 et 17 Nord, une utilité publique usurpée

    Par | 2 recommandés
    On ne le répétera jamais assez : le projet du Grand Paris Express (GPE) est fondé sur des postulats, des illusions et des mythes, tels les gains de temps de trajet, la maîtrise de l'étalement urbain et la densification autour des gares.
  • Ligne 18 – Intox 2- L’incohérence de relier 3 bassins totalement disparates

    Par
    La ligne 18 Orly- Versailles a pour velléité de relier les 3 bassins d’Orly, Massy et Versailles. En réalité, il s’agit d’un axe de transit qui traverse sans les desservir 3 territoires foncièrement différents, qui fonctionnent indépendamment les uns des autres.
  • Ligne 18 - Intox 1- Gare d’Orly : les 173 000 introuvables habitants desservis

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    La société du Grand Paris (SGP) s’évertue à prouver que les bénéfices attendus de son supermétro Grand Paris Express (GPE) vont générer un surcroît de richesses ruisselant sur l’ensemble des territoires desservis. Pour justifier la gare Aéroport d'Orly de la ligne 18 jusqu'à Versailles, elle comptabilise 173 000 habitants situés au diable Vauvert, qu'elle rajoute à nouveau pour la ligne 14...
  • Gonesse ville dissociée : l'habitant n'y travaille pas, le travailleur n'y réside pas

    Par
    Dès les années 2000, Gonesse est excédentaire en emplois. Piètre victoire : chaque jour 7600 actifs quittent la ville pour travailler, croisant 12400 actifs venant occuper les postes. Pour qu'un Gonessien bénéficie d'un emploi, il faut en créer 6. Le projet de ligne 17 n'y changerait rien : les activités sont positionnées sur des filières sans rapport avec les compétences des habitants.
  • Ligne 17 - Intox 2 : 17 Nord, demande dérisoire ; 17 Sud, pléthore d'offres

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Le principal argument avancé par la Société du Grand Paris (SGP) pour justifier la ligne de métro 17, est de prétendre qu’elle desservirait « 565 000 Franciliens des territoires ». Mais d’où sortent ces « 565 000 Franciliens prétendus », desservis soi-disant par la ligne 17 ?. Tentative de déconstruction de ces comptes d’apothicaire et de cette multiplication miraculeuse d'usagers fantômes.
  • Le mirage des emplois "soutenus" de Roissy : de 403 000 prétendus à 85 000 réels

    Par
    Par un extraordinaire coup de baguette magique, les emplois directs de Roissy qui plafonnent depuis des années autour de 85 000... seraient miraculeusement passés à 403 000 « emplois soutenus »... en intégrant les retombées en chaîne générées par le pôle. Hélas, ce pactole d'emplois se révèle être purement virtuel : il ne correspond à aucune réalité sur le terrain. Explications et démonstration.
  • Le mirage des emplois "directs" de Roissy : croissance en panne et trafic en hausse

    Par
    Nous poursuivons notre analyse des emplois surestimés de Roissy. On constate cette fois que les "emplois directs" de la plateforme stagnent depuis une décennie, alors que le trafic aérien connaît de 2010 à 2018 une croissance de 24%. D'où un taux MPPA (nombre d'emplois par million de passagers) qui a perdu toute signification, bien que toujours utilisé pour justifier des prévisions fabuleuses.
  • Le mirage des emplois de Roissy : une récession dès 2008, aggravée par la pandémie

    Par
    Le pôle de Roissy est loin d'être la locomotive du développement économique de l'Ile-de-France qui nous est sans cesse vantée. "Dans les 15 ans à venir, des projets majeurs sont appelés à voir le jour, totalisant des dizaines de milliers de nouveaux emplois", s'enthousiasme l'Institut Paris Région dans une brochure sur" Le Grand-Roissy-Le Bourget". La réalité est autrement plus prosaïque...