Blog suivi par 213 abonnés

En vrac

Auteur de romans,nouvelles,pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
  • Cœur de tôle

    Par
    La fuite est devenue sa patrie. Celle dans laquelle elle est née. Parmi des décombres qui servaient déjà de décor à ses parents. Une naissance dans un hôpital bombardé plusieurs fois. « On ne peut laisser notre fille crever ici.»; Sa mère et son père décident de s'enfuir. Ils sont morts sous un bombardement. Elle a couru plus vite qu'eux. Un volcan sous la poitrine. Son cœur de onze ans.
  • « Sale blanc ! »

    Par | 2 commentaires | 5 recommandés
    Un message de bienvenue adressé à quelqu'un derrière moi?Je me retourne. Personne. Un coup d’œil à gauche et à droite. Même résultat. Je suis seul dans cette rue pavillonnaire. Elle débouche sur une cité HLM. Aucune ambiguïté: l'insulte m'est bien destinée. Trois ados se tiennent bien campés devant moi. Comme des douaniers d'une frontière invisible.
  • Boue de nuit

    Par | 4 recommandés
    Son voisin de voyage se rêve-t-il ? Et elle là-bas qui a les yeux scotchés sur son smartphone ? Il promène son regard sur les autres passagers du TER. Se rêvent-ils ? Jamais il n'avait eu ce genre d'interrogations. Une question stupide, souffle-t-il en reprenant le jeu sur sa tablette. Sans arriver à se concentrer. La phrase de l'inconnue continue de le perturber. Et lui se rêve-t-il ?
  • Élections, piège à immigrés

    Par | 8 commentaires | 20 recommandés
    C'est reparti pour un tour. Des décennies de la même chanson.Les paroles et les interprètes plus ou moins différents d'une élection l'autre. L'immigré se retrouve toujours coincé. Alors qu'il ne voudrait pas grand chose. En tout cas pas plus,ni moins,que la majorité des individus de ce pays. Qu'on lui foute la paix. Et qu'il puisse être un jour «urnes out ». Ne plus être un enjeu d’isoloir.
  • Usé jusqu'à l'autre

    Par | 1 recommandé
    La fatigue comme papier peint des quartiers populaires. Présente surtout dans les regards. Même les silences semblaient usés. L'air chargé d'une fatigue ambiante. Le bus emportait des corps éreintés de la veille pour les redéposer au même endroit lesté de la fatigue du jour. Un manège qu’il regardait avec ses yeux de gosse. Comme figurant d’un théâtre à ciel ouvert.
  • Honte sur un plateau

    Par | 32 commentaires | 56 recommandés
    Honte et haine en plein réfectoire du collège. Double h sur mon plateau. Première fois que j'ai aussi honte. Mes parents me mettent encore une fois dans la merde. Pourtant ils essayent plein de trucs pour que ça aille moins mal. Je leur en veux quand même. Pourquoi y m'ont fait venir dans ce putain de monde ? J'ai rien demandé. La planète pouvait se passer de moi. Et moi de la planète.
  • Mobile de rêve

    Par | 3 recommandés
    Un large sourire aux lèvres. Elle a réussi à les vendre. Rapidement et à un bon prix. Elle est très heureuse.Grâce à cette transaction, elle va pouvoir rembourser toutes ses dettes. Sortir enfin du rouge et voir venir. Pouvoir respirer quelque temps. Et il lui restera assez pour s'acheter un smartphone. Si longtemps qu'elle fantasme sur ce téléphone. Son rêve dernier cri à portée de main.
  • « Pas d'étrangers sur la planète »

    Par | 6 commentaires | 10 recommandés
    La phrase est inscrite noir sur blanc sur son T-Shirt. Celui d'un nonagénaire très souriant. Il traverse lentement la gare. Utopiste, hors sol, problèmes d'intégration, terrorisme, les réfugiés, grand remplacement...Certaines bêtes cathodiques auraient sorti leurs crocs en le croisant. Sans doute un nanti à côté de la plaque de la réalité. Quel naïf.
  • En manque de rien

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Faut déjà s'entraîner à être pauvre. C'est ce qu'on s’étaient dit avec Momo. Lui est Téci et moi Lotisse. Lui il habite au douzième étage de sa tour. Et moi dans ma maison d'un lotissement au bord de la nationale. Juste à 300 mètres d'Inter et Brico. Pas très loin du funérarium. On peut tout faire près de chez nous. Sauf travailler. Mais ici on manque de rien.
  • Prière de ne pas oublier le «e»

    Par | 3 recommandés
    C'est une première pour une femme en France. Elle sait que ce jour marquera un passage de frontière. Personne ne pourra nier la réalité. Une réalité dont elle est porteuse. Consciente des enjeux qui se joueront après sa prestation. Une charge très lourde pèse sur ses jeunes épaules. La pression commence à monter. Sera-t-elle à la hauteur de sa tâche ?