Blog suivi par 234 abonnés

En vrac

Auteur de romans,nouvelles,pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
  • Bal perdue

    Par | 4 recommandés
    Fidèle chaque année. Elle est présente 365 jours. De nuit aussi. En toutes saisons. Elle attend à l’abri. Ses bras ouverts en permanence, pour tout le monde. Sans demander patte blanche ni noir. Ou d’une autre couleur. Nul contrôle au faciès social. Rares les lieux sans frontières Ni palpage ou camérage. Bienvenue au bal perdue.
  • Pas la même couleur

    Par | 1 recommandé
    Pas besoin d’un dessin. Les parents de sa copine le détestaient à cause de leur différence de couleur de peau. Il avait décidé de ne plus aller chez eux. Par peur d’exploser et les insulter. Les regarder dans le blanc des yeux et les traiter de racistes. Pour elle qu'il avait ravalée sa colère. Mais pas un couple de racistes qui allait les séparer. Leur histoire d'amour plus forte.
  • Pleine de maux

    Par
    Elle a fermé les yeux. Pour ne pas voir l’homme. Ni elle. Absente dans la chambre d'hôtel.Une ombre a pris sa place. Un autre corps, le corps d’une autre. Même si c'est elle qui respire dans l'ombre. Tente de ne pas se noyer sous sa peau. Flotter dans un corps qui a chaviré.
  • Suffisance

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    « Ce mec est suffisant. ». Tout était là en un seul mot. Sorti de la bouche d'un copain. Je connaissais celui dont il parlait. Un homme en effet gonflé de prétention. Persuadé de savoir plus que les autres. Surtout celles et ceux en rez-de-France. Ces bourrins sans culture politique ni artistique. Des débiles sociaux. Bien sûr méprisables.
  • Une seule suffit

    Par | 3 recommandés
    Ses deux aînés trônent à table.Les réussites de la famille. Que pourrait-il raconter ? On a vite fait le tour de la vie d’un manœuvre du bâtiment. Le raté qui n’a même pas décroché le Bac. Juste bon à passer de chantier en chantier à bientôt quarante ans. Sans ambition apparente. Il est transparent à table. Une présence sans mots.
  • Va te faire rêver !

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Ma plus belle histoire, c'est cette ordure à la télé. Il devrait se contenter de passer la main dans sa tignasse grise et sourire. Le même sourire qui m’avait fait craquer. Dommage que sa bouche soit devenue une bouche d’égout. Déversant toute la boue qu’il avait combattue dans sa jeunesse. La bouche du vieux monde. Comment un tel grand écart derrière sa belle et grande gueule ?
  • Bouchon

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Un voyage préparé depuis fort longtemps. Comme une sorte de défi personnel. Sans que personne ne soit au courant. Pas la moindre photo. Pourtant, mon Smartphone est au fond de la poche. Suffirait d’un geste pour capturer l’instant et la vue. Mais je ne veux rien emporter. Si ce n’est dans le regard et la mémoire. Collectionneur d’éphémère.
  • Inutile

    Par | 1 recommandé
    « Inutile et coûteux.». Elle s’est arrêtée dans le couloir et a écouté leur conversation derrière la porte. Tous les deux évoquaient son projet. Il lui tenait à cœur depuis des années. « Aucune retombée en termes d’image. Faut laisser tomber.». Elle a blêmi. Incapable du moindre geste. Elle est retournée à son bureau. Complètement abattue. Son rêve d'ado foutu à la poubelle.
  • L'art de la brute

    Par | 1 recommandé
    Des poètes de passage sous le ciel étoilé. Ils sont venus enchanter la nuit d’été. Libérant d'un coup toute leur poétique sur un mur. « Partez d’ici sales Arabes, Bicots, à mort les Arabes, dégagez d’ici dernier avertissement.»Avec en signature FN et HH ( Heil Hitler)».Et des croix gammées. Puis retour à la case maison. Pour comptabiliser le nombre de vues. Leur performance beaucoup vue ?
  • «J’ai 18 ans : je ne sers à rien.»

    Par | 1 recommandé
    La nuit t’a conseillé de ne pas te lever. Tu lui as demandé pourquoi. Elle s’est gratté son front sombre avant de répondre «Les cons sont déjà debout.». Tu as réfléchi un long moment dans ton lit. Rester sous les draps jusqu’au retour de la nuit ? Tu t'est levé. Un con de plus sur la planète. Non.Comme chaque matin, tu te dis la même chose. J’ai 18 ans : je ne sers à rien.