Blog suivi par 213 abonnés

En vrac

Auteur de romans,nouvelles,pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
  • Omnibus

    Par
    Quelques notes de musique à la radio. Des roses, témoins de l'éphémère, bougent au gré du vent derrière une vitre. La lumière du ciel en héritage des nombreuses étoiles de la nuit. La beauté de passage. Elle flotte sur le café fumant. Quelques secondes dérisoires au regard de l’univers et de la journée. Pourtant sa présence est très forte. Un tableau accroché à sa fenêtre.
  • Suites pour ligne 9

    Par | 3 commentaires | 9 recommandés
    «Ce chanteur a élu domicile loin des racines afghanes de ses ancêtres. Ses ascendants moins éloignés seraient montés du Sud de la France au début du vingtième siècle. En tout cas en provenance de contrées très ensoleillées. Rien à voir avec la grisaille parisienne. Je connais tout de sa vie à mon chanteur. Il est comme moi. Le soleil ne brille que dans sa mémoire.»
  • Petite voix et Grande gueule

    Par | 2 recommandés
    Mâchoires serrées et réparties cinglantes. Ne pas oublier le menton. Plus exactement le coup de menton indigné au bon moment. La minute implosant dans la vidéo et sur la toile. Grande gueule est une excellente machine à réagir. Elle a un avis sur tout en temps réel. Sa diction est rapide. Une bouche mitraillette. Ne laisse pas le temps d’en placer une. Bruyante et sûre d'elle.
  • «C'est pas toi qui raconteras notre histoire»

    Par | 8 commentaires | 16 recommandés
    Dix ans après les barricades des beaux quartiers. Notre 78 se déroula en périphérie. Certains arboraient le badge à la mode « No future ». Le mot d'ordre de quelques-uns d'entre nous était « Sex, drugs and rock’n’roll » pour provoquer les plus coincés du isme. Pas la moindre goutte de mer sous les pavés de Montreuil (93). Ni dessus. Mais un très bel automne.
  • Les enfants d’ouvriers méritent mieux que Sciences Po !

    Par | 8 commentaires | 19 recommandés
    Une nouvelle forme de harcèlement social? Enfant d’ouvriers, tu feras Sciences Po. La nouvelle injonction à la mode ? Des années après «Touche pas à mon pote». Bientôt un sergent séducteur, joueur de pipeau, sillonnant les banlieues populaires. Pour ramener derrière lui des centaines de lycéens. Puis en noyer certains dans des eaux sciencepolicées. Une école avec nombre de social-killer.
  • Traverser

    Par | 1 commentaire | 4 recommandés
    Une barque comme une invitation sur le fleuve. Avec deux rames. L’une pour lui, l’autre pour elle. Même si c'est lui qui ramerait. Pas assez de force dans ses petits bras de toute petite fille. Elle resterait, assise, à regarder le paysage. Ses pensées d’enfant dérivant au fil de l’eau. Posant de temps en temps les yeux sur son père. Si fière de son papa capable de l’emmener au bout du monde.
  • La haine sur le métier

    Par | 4 recommandés
    Anesthésié par le chant croisé des oiseaux ? Il est réveillé depuis plus d’une heure. La radio allumée et les yeux sur l’actualité numérique. Très inquiet. Qu’est-ce qui m’arrive ? Il ne cesse de soupirer. Pas la moindre haine à se mettre sous sa dent quotidienne.
  • Un livre à la rue

    Par | 1 recommandé
    « Bord de lignes » est le récit croisé du quotidien de trois personnages. Leurs vies laissant deviner l’identité composite d’un quartier en pleine transformation urbaine et sociale. Toute ressemblance avec des personnes ou des lieux existants serait tout à fait souhaitée.
  • La valise à réponses

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    La valise est lourde. Elle pèse vingt huit ans. Fouiller dedans pour retrouver les jours légers ? Ces moments aériens qui les ont fait voyager durant tant de temps. Quand le temps ne pesait pas si lourd. Changer de valise ou d’horizon ? Elle a changé les deux. Choisi une autre valise. Et confié sa douleur d’être au ciel.
  • Avec vue sur famille

    Par | 2 recommandés
    La chambre à coucher, le salon, et la cuisine. Un couple est assis à droite de l’entrée grande ouverte. Silencieux. Chacun a le regard absent. Ils sont très économes de leurs gestes. Comme la majorité des gens sous la canicule. Deux gosses sont assis de l’autre côté de l’entrée. Ils jouent avec des voitures. Très concentrés. Comme si tout avait disparu autour d’eux. Seuls en ville.