Blog suivi par 248 abonnés

En vrac

Auteur de romans,nouvelles,pièces radiophoniques, animateur d'ateliers d'écriture...
  • Le printemps c'était elle

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Absente à perpétuité. Pendant que les filles et les garçons de son âge profiteront de la lumière des jours rallongés. À chaque être son printemps. Et tant mieux qu'on goûte cette lumière. L’interrupteur doit rester sur « On ». Même si une ampoule, à peine allumée dans un coin de la planète, vient de s’éteindre à jamais. Nuit soudaine sur une histoire unique. Elle ne sera plus son printemps.
  • Fille de grand homme

    Par | 4 recommandés
    Mes copines et copains d’école m’enviaient. Plusieurs d’entre eux rêvaient de se trouver à ma place. Être le fils ou la fille du personnage célèbre vivant dans leur quartier. Un rêve évidemment lié à la notoriété de mon père. Très souvent «vu à la télé». Un diplomate pressenti plusieurs fois pour le prix Nobel de la paix. Et moi la fille du grand homme.
  • Graveur sur buée

    Par | 2 recommandés
    Certains ont besoin de prouver leur passage ici ou là. Ce poète préférait laisser des traces. Parmi des milliards d’autres. Des traces d'absents et de présents. Comme le passage de Stéphane Boucherat. Homme et poète connu de ses proches. Et d’une poignée d’autres. Des proches à distance. Tous de son histoire. Et de ses textes. Noirceur et lumière au menu.
  • Filtres à être

    Par | 1 recommandé
    Le monde est foutu. Bientôt soixante balais qu’il entend ce mantra apocalyptique. Comme un dernier slogan avant l’implosion planétaire. « Tu entends ! Le monde est foutu. ». Quelqu’un a frappé à sa première porte. Pour qu’il soit prévenu avant de débarquer. Déjà briefé avant de sortir d'un ventre. Le monde est fou, le monde est foutu.
  • Être mot

    Par | 4 recommandés
    Vivre c'est être mot. Avant que r se glisse entre o et t. La fin d'un corps. Mais pas son dernier mot. Ni la fin de la langue. Une autre parole s'avance dans le silence. Avec un alphabet à créer. Jouir de nouveaux mots. Pas uniquement pour un dialogue avec les disparus. Brouiller aussi les pistes des algorithmes renifleurs. Échapper à la langue du vendre ?
  • Contrainte par corps

    Par | 1 recommandé
    Fille ou garçon ? Personne ne le savait. Et elle s'en foutait à ce moment précis. Le bébé commençait à sortir. Elle perdait les eaux. « Faut que j’aille vite à l’hôpital. S'il vous plaît.». Elle leur a répété. Ils l’ont vue et entendue. Sans rien faire. Pas la moindre aide toute la nuit. Corps douleur immobilisé dehors. Son ventre en urgence sous le ciel.
  • Gibier d'écran

    Par | 1 recommandé
    Un métier pour timide. Ma mère avait affirmé que c’était le genre d’activité qui me conviendrait. Elle n’avait pas tort. Guère un hasard si je suis devenu traducteur. Un grand nombre d’entre nous reste planqué. Comme beaucoup de professions dans l’ombre. Au service de la parole de quelqu'un d'autre. Ambassadeur d'une langue à transmettre.
  • Piqûre de mémoire

    Par
    Vaccin de la mémoire. Certains devraient être inscrits sur liste prioritaire pour une piqûre de rappel. Leur cas est plus qu’urgent. Celles et ceux qui ont de plus en plus tendance à perdre la mémoire. Ou à vouloir la manipuler pour parvenir à leurs fins. Sans le moindre scrupule. Comme les manifestants exhibant une étoile jaune « Sans vaccin ».
  • Petite fille au mouton

    Par | 1 recommandé
    «Il va avoir froid, je dois l'aider » Qui a dit ça ? Une petite fille. Pas qu'une phrase. Elle a ôté sa veste. Pour habiller un petit mouton. Elle le tient dans ses bras. On aimerait la croiser. Ne rien lui dire. Juste la regarder. Et l’écouter. Apprendre.Elle a beaucoup de choses à nous enseigner. Où se trouve-t-elle ?
  • «Jours meilleurs» à vendre

    Par | 7 commentaires | 9 recommandés
    Encore des dealers d’espoir. Je les repère de loin. Tout à fait normal après plusieurs décennies de pratique. C’étaient déjà les dealers de mes parents et grands-parents. Leurs fournisseurs de « jours meilleurs » à domicile. Mes parents y croyaient. Et moi, je croyais en mes parents. C’était donc sérieux. Une parole importante. Leur ouvrir encore la porte ?