A quoi sert l'héritage des lumières aujourd'hui ?

Nous sommes en 1784, année de la publication d'un ouvrage qui sera intitulé en français « Qu'est-ce que les Lumières ? ». Il est signé Emmanuel Kant. Le philosophe allemand y écrit : "Les Lumières, c'est la sortie de l'homme hors de l'état de tutelle dont il est lui-même responsable.L'état de tutelle est l'incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d'un autre [...]

https://www.rtbf.be/auvio/detail_un-jour-dans-l-histoire?id=2729707

Sapere Aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières. "

Quatre ans plus tard, dans la « Critique de la raison pratique » du même Kant, on peut lire :

" Agis de telle sorte que la maxime de ta volonté puisse être érigée en loi morale universelle. "

Près de cent cinquante ans plus tard, deux autres philosophes allemands, Theodor Adorno et Max Horkheimer, notent dans leur ouvrage « Dialectique de la raison » :

« Ce qui est en cause, ce n'est pas la conservation du passé, mais la réalisation des espoirs du passé (...) La critique à laquelle sont soumises les Lumières tend à préparer un concept positif de ces Lumières qui puisse les libérer des rets dans lesquels les tient la domination aveugle. »

  • Alors comment défendre les Lumières aujourd'hui ?
  • Leur idéal d'émancipation a-t-il encore un sens ?
  • Quelles sont les Lumières du vingt-et-unième siècle ?

Invitée : Corine Pelluchon, philosophe, professeure à l'Université Gustave-Eiffel.

Autrice de « Les Lumières à l'âge du vivant » Editions du Seuil.

 

 

Prolonger :

Les mythes nationaux sont-ils des tissus de mensonge ?

Aucune nation n'échappe à ses mythes fondateurs. Les récits des origines fortifient la construction nationale. Ils font partie de notre identité et de notre imaginaire, souvent à mi-chemin entre la réalité et la fiction.

Le populisme est l'allié du néolibéralisme

L' opinion du jour de Justine LACROIX: le populisme est l'allié du néolibéralisme. Justine Lacroix, professeur de Science Politique à l'ULB et directrice du Centre de Théorie Politique.

La méfiance des libéraux et des conservateurs vis-à-vis de la démocratie

" Le néolibéralisme et le conservatisme ont en commun une défiance vis-à-vis de la démocratie. " Justine Lacroix répond aux critiques des droits de l'Homme.

" Amnésie médiatique : la réécriture de la crise économique " de Laura Basu

La chercheuse Laura Basu a suivi la couverture des médias britanniques aux événements de 2007 à 2015.L'autrice montre comment cette couverture a contribué à mettre en sourdine les critiques les plus saillantes à l’égard du système économique dominant ; et en définitive comment elle a conduit à une forme…

« La Gauche contre les Lumières ? » de Stéphanie Roza

Stéphanie Roza apporte des éléments nouveaux pour analyser l'offensive contre les Lumières, la raison, le progrès, l’universalisme et l’humanisme. Elle propose de se ressourcer auprès de Jaurès. Quelle que soit la recette, si la gauche continue à s’éloigner des Lumières et a fortiori à les condamner,…

L'extrême-droite en Allemagne depuis 1945

L'extrême-droite existe en Allemagne depuis la fin de la guerre : NPD dans les années 60, die Republikaner dans les années 80, NSU dans les années 2000 ainsi que Pegida et l'AFD. L'extrême-droite promeut des solutions fausses à des problèmes complexes. L'erreur est de la laisser se propager sans que…

La généalogie du libéralisme autoritaire

Face à la crise de la gouvernabilité qui touche les années 1970, quelles stratégies de management pour contrôler le citoyen sans en avoir l'air ? On explore ces méthodes encore d’actualité avec Grégoire Chamayou, chercheur au CNRS, auteur de "La société ingouvernable" (La fabrique, 2018).

Barbara Stiegler sur l’injonction à s’adapter / Maurizio Ferraris sur la post-vérité

"Il faut s’adapter" est l'injonction permanente à suivre les mutations de plus en plus rapides d’un monde complexe. Adaptabilité, flexibilité, mobilité… compétition, sélection… le vocabulaire utilisé de nos jours emprunte beaucoup à la théorie de l’évolution de Darwin. Barbara Stiegler fait la généalogie…

George Orwell, « La politique et la langue anglaise »

Le langage politique – et, avec quelques variantes, cela s’applique à tous les partis politiques, des conservateurs aux anarchistes – a pour fonction de rendre le mensonge crédible et le meurtre respectable, et de donner à ce qui n’est que du vent une apparence de consistance.

Décrypter le macronien, la rhétorique du mépris des autres

Derrière les mots du pouvoir, quelles logiques sont à l'oeuvre ? Myriam Revault d'Allonnes, professeure émérite des universités à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) et chercheuse associée au Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), nous parle du macronien et de notre époque …

Eloi Laurent taille un short à Macron à propos de son incompétence politique mortelle

Un universitaire dénonce l'ineptie de l'exécutif et de sa gestion rationaliste totalement irrationnelle et inefficace, pour avoir donné la priorité à l'économie en sacrifiant la santé à deux reprises, à six mois d'écart, sans tenir compte des leçons de la première vague. Il en va cette fois-ci de la…

Covid-19 : le révélateur d'une société déjà malade

Giorgio Agamben s'interroge si l'état pathologique de la société n'était pas déjà là. Le virus ne fait que révéler une situation intolérable préexistante et manifeste, des conditions de vie misérables. Une prise de conscience serait une donnée positive de la situation : elle permet d'espérer que le…

Le modernisme réactionnaire

Le nazisme est pour certains un retour vers une barbarie archaïque ; pour d’autres, l’accomplissement de la rationalité occidentale. Ses idéologues sont présentés comme des imbéciles ou des fous, ou des intellectuels de premier plan. Ce passé pourrait n’être pas tout à fait mort. D’où l’intérêt de la…

Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Albert O. Hirschman

C'est le livre choisi par Jézabel Couppey-Soubeyran, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui s'en est largement inspiré pour écrire son propre ouvrage "Blablabanque. Le Discours de l’inaction" publié en 2015.

Les nouveaux réactionnaires

«Un réactionnaire, c’est quelqu’un qui pense que c’était mieux avant. Un nouveau réactionnaire, c’est quelqu’un qui, n’ayant pas montré jusque-là une telle attitude, commence brusquement ou subrepticement à penser ainsi»

Pour en finir avec le détournement de la pensée d'Adam Smith

Une émission de France culture démasque l'usage caricatural et mensonger de la pensée d'Adam Smith, notamment dans l'énonciation de la "main invisible". Adam Smith se prononçait pour les hauts salaires des ouvriers et l'intervention de l'Etat.

" L'homme providentiel ", errance et misère de la démocratie

Ce n'est pas la personne qui fait la politique mais le programme. Les partis qui cherchent un candidat sans travailler et proposer d'abord un programme favorisent le populisme et son instrumentalisation de la peur. L'actualité littéraire vient le rappeler avec les ouvrages de Haris Vlavianos et Antonio Scurati.

Romain Rolland, le concept de héros et " Au dessus de la mêlée "

L'oeuvre de Romain Rolland est proche de ce que disait Ricœur : « la prose politique commence où cesse la vengeance, sous peine que l’histoire reste enfermée dans la mortelle alternance entre la haine éternelle et la mémoire oublieuse » (cité par Joseph Confavreux et Ellen Salvi dans " De Ricœur à Taguieff : la mémoire, l’histoire et les oublis de Macron " Médiapart)

Dominique Bourg: «Parler du "modèle amish" est une grossièreté absolue»

Pour Dominique Bourg, Donald Trump et Jair Bolsonaro sont les modèles cachés d'Emmanuel Macron. L'intelligence est au service des brutes. Ce qu'il manque est la raison, des dirigeants raisonnables et des choix raison

Marcel Gauchet : La démocratie peut-elle survivre à l’époque ?

Marcel Gauchet explique sur France culture que ce n'est pas la démocratie qui a disparu, mais que ce sont les vrais démocrates pour la défendre efficacement qui n'existent plus. Voilà, pour lui, la raison principale des dérives politiques nationalistes, néolibérales, autoritaires qui fleurissent sur…

Climat : ce n'est pas la vie sur Terre qui est menacée mais l'espèce humaine

Bruno David Président du Muséum national d’Histoire naturelle, paléontologue et biologiste : " Je n'ai aucune inquiétude sur la survie de la vie sur Terre. Mes inquiétudes concernent la survie de nos sociétés, voire la survie de l'espèce humaine "

Contre l'histoire économique libérale tronquée

Ce livre reprend le marteau de la critique pour éprouver les nouvelles idoles de l’époque. Il n’y aura pas d’issue à l’impasse dans laquelle s’enferre la société industrielle tant que la mesure sociale fondamentale sera fournie par la production d’unités de valeur marchande et non la contribution au…

Les sociétés coopératives

Les sociétés coopératives ouvrières de production (Scop) ont des principes de fonctionnement démocratiques donnant aux salariés le pouvoir de nommer leurs dirigeants et d'exercer collectivement un contrôle de leur activité professionnelle. Propriétaires de l'entreprise, ils en partagent les gains équitablement.

Capitalisme et main d'oeuvre concentrationnaire

En Suisse, une votation citoyenne sur la responsabilité des multinationale a échoué malgré une majorité de voix, à la suite d'un intense lobbying du patronat. Aux Etats-Unis, Apple, Nike et Coca Cola sont accusés de vouloir torpiller un projet de loi contre le travail forcé des Ouïghours en Chine (anc.…

COVID 19 : le vaccin n'est qu'un sparadrap temporaire prévient le directeur de l'OMS

Le directeur de l'OMS met en garde les pays sur la nécessité à renforcer la recherche publique et fondamentale contre le risque de nouvelles pandémies auquel nous expose le modèle actuel de société. C'est également une invitation supplémentaire et officielle à modifier et revoir le modèle actuel de société…

Qu’est-ce qu’une nation ?

Qu'est-ce qu'une nation ? La formulation de la question est simple. Immédiatement, nous viennent en tête des mots tels que " peuple ", " pays ", " sentiment national ", " histoire commune ", " territoire ", " patrimoine culturel ". La réponse s'annonce donc plurielle et plus complexe que l'interrogation…

L’état d’exception ou l’impuissance autoritaire de l’État à l’époque du libéralisme

Comment l’état d’exception s’est-il imposé ? Pourquoi une notion dont la valeur théorique est aussi contestée, non sans lien avec l’ombre de Carl Schmitt dont elle ne parvient guère à se détacher, est-elle aussi présente dans le champ politique ? Le sentiment largement partagé de subir des crises à répétition,…

XXI° siècle : vers la privatisation du pouvoir régalien

Aux pirates du XVIIè siècle, qui pouvaient aussi agir au profit de leur roi, s'est substitué un genre nouveau de corsaires modernes auxquels recourent désormais les Etats. L'obscurité de leurs missions ne permet pas de les réduire à l'image d'Epinal, comme on le fait encore de leurs prédécesseurs.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.