Covid-19 : le révélateur d'une société déjà malade

Giorgio Agamben s'interroge si l'état pathologique de la société n'était pas déjà là. Le virus ne fait que révéler une situation intolérable préexistante et manifeste, des conditions de vie misérables. Une prise de conscience serait une donnée positive de la situation : elle permet d'espérer que le plus grand nombre se désenvoûte et se demande si le mode de vie qui était le leur était le bon.

https://lundi.am/Reflexions-sur-la-peste

Giorgio Agamaben synthétise une problématique connue et très documentée à laquelle l'impéritie des gouvernants et leur persistance dans l'erreur a conduit aujourd'hui l'humanité. L'épidémie n'est qu'une conséquence d'un système de gouvernance bien plus qu'une cause de la situation sanitaire catastrophique au regard des très nombreuses alertes lancées ces dernières années, bien au-delà de celles des personnels soignants, qui ont toutes été méprisées et ignorées par un pouvoir qui se rassure et se gargarise prétentieusement en se réfugiant dans les artifices fugaces et stériles d'une communication verbeuse.

Le Coronavirus sonne le glas des Cagliostro de la com', des cyniques de la compta, qu'il s'agisse de Donald Trump ou d'Emmanuel Macron. Une telle mentalité est anachronique, rétrograde, réactionnaire. Elle n'est en rien conforme aux valeurs de l'humanité du 21° siècle.

 

 

Prolonger :

James K. Galbraith : " Nous sommes face à une crise fondamentale du modèle capitaliste "

Démocratiser l'entreprise avec Alain Supiot

En France, un actif sur trois est discriminé dans l'emploi

Mise en garde de l’OIT contre le risque grandissant d’agitation sociale en Europe

Selon l'OIT, la mondialisation et la croissance ne créent pas d'emplois décents

Le " populisme " est l'allié du néolibéralisme

Enquête sur la naissance et les inspirations du néolibéralisme

Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Albert O. Hirschman

Hayek : Capitalisme ou démocratie, mais pas les deux à la fois

Beveridge et le programme du CNR

La méfiance des libéraux et des conservateurs vis-à-vis de la démocratie

Capitalocène, marketing et marché : gaspillage, corruption et faux besoins

990 milliards d'euros par an de corruption dans l'UE

Le Sénat défend l’opacité financière à grande échelle des sociétés en France

L'Union syndicale des magistrats contre l'obligation de déclaration d’intérêts

L'évasion fiscale mondiale : dix fois le PIB de la France

160 milliards de fraudes à la TVA par an dans l'Union européenne

150 milliards par an en France de fraudes sur les impôts et les cotisations sociales

La fraude fiscale coûte 2000 milliards d'euros par an à l'Europe

La loi que Hollande a fait passer pour défendre les banques

Le capitalisme disséqué sur Arte

" A voix nue " Jean-Claude Michéa : entretiens sur France culture

Les influences nazies du management moderne

Le néolibéralisme américain : justification rationnelle de la criminalité organisée

Le terrorisme n'est qu'une branche sectaire de la criminalité organisée, laquelle n'est d'abord qu'un business très profitable

Le concept d' '" euréka terroriste " pour expliquer la barbarie

Le pouvoir attaque Anticor en détournant la procédure disciplinaire

Quand les inégalités menacent la démocratie

Dictionnaire des inégalités et de la justice sociale

L'économie morale de la foule

Max Jacob : " Soyez humain si vous voulez être original ; plus personne ne l'est "

" Digital labour ", Antonio Casilli alerte sur la prolétarisation par le numérique

L’impérieuse nécessité de nous sauver nous-mêmes

Psychologie de la connerie

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.