Blog suivi par 96 abonnés

Des mots libres

auteure
Palavas les flots - France
  • Le coeur de la forêt

    Par | 36 commentaires | 17 recommandés
    Théo et Arthur au coeur de la forêt © Valérie Gay-Corajoud Théo et Arthur au coeur de la forêt © Valérie Gay-Corajoud
    Le regarder, jour après jour et ce depuis presque toujours, prendre sur lui, se battre à mains nues, sans relâche contre ses hyper-sensibilités, contre cette façon de fonctionner qui se butte à la norme… et se demander jour après jour et ce depuis presque toujours pourquoi un enfant doit grandir dans le combat, autiste ou pas.
  • Des humains plutôt que des héros

    Par | 7 commentaires | 5 recommandés
    94442653-10220985715893257-6489863513182306304-n
    C’est cela que nous attendons d’eux. Qu’ils fassent rempart de leur corps, pour défendre les nôtres. Et nous trouvons presque normal que, les uns après les autres, ils tombent au combat. Tout à coup, ils redeviennent humains, tout à coup, on les oublie, ils rejoignent la cohorte des malades anonymes… On ne les applaudit plus à nos fenêtres. Quelle horreur. Quelle solitude doit-être la leur !
  • Recroquevillée

    Par | 17 commentaires | 12 recommandés
    En quelques heures, le voile s’est levé sur notre petite communauté… comme une lumière noire, révélatrice des empreintes et des pensées… Tout à coup, les frontières se sont redessinées entre nous. À nouveau nous n’étions plus du même bord politique, à nouveaux nos différences ont réinvesti leur réalité palpable. J'ai pensé à la France de 1940.
  • La fenêtre autistique

    Par | 11 commentaires | 9 recommandés
    92241333-2583719605243373-3484169820901998592-n
    Depuis presque une semaine, je ne parviens plus à sortir Théo de sa chambre et j'ai beaucoup de mal à le sortir du lit. Il mange à peine et retrouve les vieilles habitudes de repli.
  • Pourtant, l'autisme n'est pas un virus

    Par | 17 commentaires | 17 recommandés
    voir-les-avions-et-liza
    Ça me ramène à mes souvenirs d’un temps de confinement avec mon fils autiste. 9 années d’une solitude totale, infinie. D’un temps où il n’y a eu nul sursaut de la part d’un gouvernement bien trop occupé à me juger pour proposer la moindre solution... D’un temps où mon isolement, mon confinement me protégeait d’eux…
  • Dernier rempart à l'inhumanité

    Par | 13 commentaires | 16 recommandés
    quelques jours avant le confinement quelques jours avant le confinement
    Huitième jour de confinement total avec mon fils Théo, 16 ans, autiste asperger. Les premiers jours se sont bien passés pourtant. Bien sûr, ses amis lui manquaient, ses tours à vélo, ses balades avec son chien, tout ça stoppé net d’un coup. Pourquoi ? Il fallait qu’il y ait un sens. Malgré tout, il était fier d’être acteur de la lutte contre le virus. - Je fais rempart, me disait-il.
  • Désentremêlés

    Par | 12 commentaires | 33 recommandés
    theo-1
    Qu’attendez-vous de moi aujourd’hui ? Comment faire pour que mes bras s’ouvrent sans qu’aucun cri ne sorte de mon ventre… comme le cri que la mère pousse à l’heure de l’enfantement ? Qu’attendez-vous de moi, emplie de toutes ces heures à ses côtés dont aucune ne m’a échappée. Comme une hyper-conscience qui a rempli ma vie doublement. Les yeux grands ouverts. En alerte.
  • Journal d'un enfant autiste: Je suis né à 5 ans

    Par | 46 commentaires | 37 recommandés
    - En fait, j’ai des souvenirs d’avant 5 ans, continue-t-il, mais je n’ai pas de mots à mettre dessus. Ce sont des souvenirs sans mots. Je lui demande s’il se souvient de ce qu’il faisait alors? S’ils se souvient de nous. - Je me souviens de sensations, me répond-il...
  • Journal d'un enfant autiste : Théo

    Par | 10 commentaires | 8 recommandés
    Alors que l'autisme de Théo s'installa dans notre famille, la question n'était pas : "qui deviendra-t-il" ? "que va-t-il faire de sa vie " ? ni même de "Comment sera-t-il parmi les autres" ? Mais, et cela de manière urgente : "Qui est-il" ?
  • Le silence qui précède les mots

    Par | 82 commentaires | 70 recommandés
    Pour Théo, incapable de définir les bords de son identité, tant psychologique que physiologique, tout ce qui l’abordait était susceptible de l’envahir, et tout ce qui débordait de lui, le menaçait de disparaître.