Blog suivi par 311 abonnés

Le blog de yvon quiniou

  • Mila ou le droit au blasphème

    Par | 11 commentaires | 13 recommandés
    "L'affaire Mila" n'est pas anecdotique. Les injures et les menaces qu'elle a subies du fait de sa critique véhémente de la religion islamique sont inadmissibles au regard du droit de l'esprit humain de critiquer les religions, y compris en les blasphémant. La philosophie des Lumières a défendu ce droit de la raison de critiquer les croyances irrationnelles et mortifères. Il faut le défendre!
  • L'épidémie en Asie: l'occasion renouvelée d'un parti pris anti-chinois?

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    L'épidémie qui affecte en particulier la Chine, est l'occasion pour certains de manifester à nouveau une hostilité au régime politique chinois. Elle flirte avec un racisme visant son peuple, mais aussi elle oublie tous ses acquis sociaux actuels: sortie de la pauvreté, malgré des inégalités criantes, système éducatif exceptionnel, entre autres. De quoi récuser un anticommunisme fantasmatique.
  • Le religieux: quand Macron en rajoute une couche!

    Par | 5 recommandés
    En allant à Jérusalem rencontrer les représentants des trois confessions - la judaïque, la chrétienne et la musulmane- Macron n'a pas seulement voulu pacifier leurs rapports. Il a tenu à se montrer proche de la religion en général, oubliant le "mal" qu'elle a pu faire aux hommes dans l'histoire. Et il a outrepassé une nouvelle fois son rôle de Président d'une République laïque.
  • Les bêtises et les indignités de Virginie Despentes

    Par | 8 commentaires | 6 recommandés
    Dans son livre connu "King Kong Théorie", Virginie Despentes se livre à une analyse de la sexualité inspirée de son expérience personnelle, qu'elle croit émancipatrice. En réalité elle y accumule des bêtises théoriques, qui généralisent à tort son rapport à la sexualité, mais aussi des propos indignes qui valorisent une image dégradante de la relation sexuelle, sans qu'on s'en émeuve.
  • Le stalinisme en questions

    Par | 8 commentaires | 3 recommandés
    L'époque s'y prêtant, on doit faire un bilan de ce qu'a été le stalinisme et, plus largement, l'expérience soviétique, qu'une propagande partiale et guère intelligente assimile au communisme. Moyen facile de se débarrasser de celui-ci, alors que ce n'était pas du tout du communisme: malgré ses contradictions, et parce qu'un projet pareil ne pouvait réussir qu'à partir du capitalisme développé.
  • Au nom de quelles normes peut-on ou doit-on condamner la prostitution?

    Par
    Réfléchir sur la prostitution telle qu'elle peut être admise actuellement, sinon valorisée, c'est l'occasion, à l'inverse, de réfléchir aux normes qui nous permettent et même nous obligent à la condamner. On verra, d'une manière étonnante, que Kant nous y aide, en faisant du respect individuel de soi un"devoir de vertu", ce que la prostitution contredit frontalement.
  • Ethique de la conviction ou non-éthique de l'irresponsabilité?

    Par | 5 commentaires | 1 recommandé
    Une journaliste connue a pu voir dans le programme initial de Macron de l'"or" qui se serait transformé ensuite en "plomb". Le premier jugement est ahurissant pour qui a lu "Révolution". Il y énonce un projet politique libéral désastreux, mettant en priorité l'efficacité économique et prétendant que la justice sociale s'ensuivra automatiquement. C'est-là une imposture.
  • L'amour ou le libertinage contre la prostitution

    Par | 10 commentaires | 4 recommandés
    "Le Monde" vient de nous présenter flatteusement la vie d'une prostituée, Emma Becker, qui en a tiré un livre à succès. Texte stupéfiant: celle-ci n'a aucun recul critique vis-à-vis de son activité, la trouvant même "épanouissante" et "enrichissante". Elle oublie l'instrumentalisation de son corps et que la sexualité peut se vivre autrement, dans l'amour ou le libertinage.
  • A gauche, le virus catastrophique de la désunion

    Par | 7 commentaires | 8 recommandés
    La désunion de la gauche, si elle persiste, est catastrophique. Alors que la situation sociale va de mal en pis, suscitant des réactions populaires impressionnantes, elle risque de laisser au pouvoir celui qui en est le responsable, Macron avec sa politique libérale, voire d'alimenter le risque de la victoire de Le Pen. D'où l'urgence de son union, sur une base anti-capitaliste.
  • A propos de la CFDT et de Macron: quel réformisme?

    Par | 20 commentaires | 8 recommandés
    En faisant appel aux syndicats réformistes, dont la CFDT, et en prônant lui-même une politique «réformiste» pour faire passer sa «réforme» sur les retraites (entre autres) , Macron nous oblige à préciser sur le fond ce que signifie le «réformisme» en politique, loin des usages mensongers que l'on fait de ce terme, pour justifier des «contre-réformes», en réalité réactionnaires.