Blog suivi par 26 abonnés

Le blog de Ahmed Cheniki, Cultures Algérie et Médias

Professeur d'université, journaliste et écrivain
Alger - Algérie
À propos du blog
Ce blog est une lucarne pouvant permettre à ceux s’intéressant à la culture algérienne de participer à une sorte de remise à flots de certains pans de notre mémoire, aujourd’hui, en perdition. La mémoire est le lieu idéal de l’ineffable, de l’éternelle présence d’une obsédante subjectivité fournissant à l’historien sa substantifique moelle. Nous partirons des jeux de la mémoire pour atteindre une Histoire possible, faite, malheureusement de trop de failles et d’oublis que, paradoxalement l’œuvre d’art réussit à combler. Nous nous intéresserons également à la représentation littéraire, médiatique et artistique, au delà de l'Algérie, parce que tout simplement, toutes les cultures s'interpénètrent, s'entremêlent. Notre travail d’investigation nous permettrait d’interroger un certain nombre de formes culturelles et de questionner les conditions d’émergence de ces nouvelles disciplines culturelles (théâtre, cinéma, roman, arts plastiques, bande dessinée et journalisme) en Algérie et dans les anciennes colonies. Cette recherche, plus que nécessaire, mettant en œuvre les lieux de la mémoire et les espaces marqués d’une Histoire à façonner, permettrait de donner à lire les réalités politiques présentes. Ce blog ne peut nullement rester en dehors des faits d’actualité. Il sera fait appel à des sujets du moment et, bien entendu, aux bruissements de l’université, des médias et de la culture de l'ordinaire. La culture de l’ordinaire est au cœur de nos préoccupations. Le débat est libre, ouvert, sans aucune complaisance, ni exclusion.
  • Zhor, la combattante-poète ou le corps qui témoigne des exactions coloniales

    Par | 1 recommandé
    Z'hor Zerari (1937-2003) est une combattante pour l'indépendance de l'Algérie, arrêtée et torturée par les soldats du général Schmidt, déshabillée et violée devant des prisonniers de l'ALN, elle est aussi poète. Après l'indépendance, déçue par le sort fait aux femmes condamnées à rester à la maison, elle tenta de se battre, comme journaliste, pour la promotion des femmes.
  • Jean-Marie Boeglin, passeur, «porteur de valise» et rebelle

    Par | 3 recommandés
    Jean-Marie Boeglin (1928-2020) est un militant atypique et un homme de théâtre exceptionnel. Fils d'un chef de résistant, lui même agent de liaison à l'âge de 15 ans, ami d'Artaud,Planchon, Serreau, Adamov, Ionesco, Lavaudant, Boudia et grand amoureux du théâtre de Bertolt Brecht dont il avait fait la connaissance en 1951. La vie de Jean-Marie Boeglin est un roman.
  • Pierre Bourdieu, le sociologue et l'intellectuel en action

    Par | 16 commentaires | 21 recommandés
    Une lecture-hommage de Pierre Bourdieu qui a donné à lire les rapports de domination et les jeux des hiérarchisations sociales tout en s'engageant concrètement sur le terrain. Quand on parle de ce grand penseur, on cite souvent ses propositions habitus, les quatre formes de capital, théorie des champs...On cite aussi son discours désormais célèbre à la gare de Lyon en 1995.
  • Jacques Derrida, ce génial "voyou" d'Alger

    Par | 1 recommandé
    Jacques Derrida, ce natif d'Algérie, comme Althusser, Camus et bien d'autres écrivains, n'est pas comme tout le monde, lui qui a été contraint de quitter l'école, alors qu'il était enfant, parce qu'il était juif, la "république" coloniale était marquée par les jeux de la discrimination. Cette blessure allait peut-être servir d'élément catalyseur dans la formation du grand Derrida...
  • Inconscient et discours colonial: la blessure inféconde

    Par | 1 recommandé
    Le regard colonial traverse toutes les représentations sociales et politiques. L'image du colonisé "anhistorique" reste relativement présente dans l'inconscient des "ex-colonisateurs" et des "ex-colonisés". Le centre dicte la conduite à tenir à une périphérie qui, elle même, ne semblait pas trop séduite par une véritable désaliénation. Des intellectuels posent ces problèmes. Une lecture
  • Diego Maradona, les yeux d'un génie qui s'ouvrent au monde des humbles

    Par
    Diego Maradona est décédé le 25 novembre comme son grand frère, Fidel Castro. Il était hyperdoué, un très grand footballeur, il a réussi à se muer en mythe qui dit, au delà du foot, l'injustice et les inégalités. Comme Socratès, Caszely, Cantona ou Mekhloufi, il était poète, le poète de la beauté, d'une vie libre, mais aussi un homme qui aime défendre les humbles. Un homme-dieu.
  • Louis Althusser, le philosophe des ruptures

    Par | 2 recommandés
    Un portrait subjectif de Louis Althusser qui a énormément apporté à la lecture de Marx et du marxisme, remettant en question certaines vérités établies et dérangeant même les dirigeants du PCF dont il était membre. Une lecture...
  • Ces grands intellectuels dont on dit qu'ils seraient controversés

    Par
    Dès qu'un intellectuel sort des sentiers battus du discours dominant, il est vite rappelé à l'ordre. On use de mots prêts à l'emploi: charlatanisme, langue de bois, populisme, controversé, etc. Sartre, Foucault, Bourdieu, Derrida, Edward Said, Arkoun, Barthes ont été souvent mal vus pour des raisons idéologiques, ils ne s'inscrivaient pas dans « l’ordre naturel des choses ». Une lecture .
  • La presse à l'heure de la présidentielle américaine: le déni et le spectacle

    Par | 3 commentaires | 5 recommandés
    Les élections américaines révèlent le glissement tragique de l'espace médiatique vers la spectacularisation des événements et le recours à la censure donnant à vivre le face à face Donald Trump-Joe Biden comme un feuilleton télévisé, avec les ingrédients du théâtre de boulevard et du conte populaire: suspense, diabolisation, déséquilibre et nouvel équilibre, fin heureuse...
  • Le sourire torrentiel de l'immense Kateb Yacine

    Par | 2 recommandés
    Kateb Yacine (1929-1989),sans doute l'un des plus grands écrivains maghrébins du 20ème siècle,docker, journaliste, écrivain, homme de théâtre, a toujours pensé qu'on ne peut séparer la poésie de la révolution. Arrêté en 1945 par l'armée coloniale, alors qu'il n'avait que 16 ans lors lors des massacres du 8 mai 1945, cet ami de Serreau et de Gatti, a fait le choix d'une écriture révolutionnaire.