Blog suivi par 6 abonnés

Le blog de Oppi

À propos du blog
Un blog principalement consacré à la novlangue. Aux mots, expressions, discours, éléments de langage et autres éléments de décervelage et de manipulation, d'empêchement de penser, d'incitation à penser dans "le bon sens", de légitimation de mesures et de projets iniques et anti-sociaux.
  • Qui doit payer : le travail ou le capital?

    Par
    « Le travail doit payer » s’exclama B. Le Maire à la fin d’août 2021. Aux journées du Medef. Il doit, il doit… Cela rappelle le splendide sketch de Francis Blanche et Pierre Dac intitulé Le Fakir1 : « Il peut le faire, il peut le faire, bravo! » - mais il ne le fait pas. Illusionniste, poudreur aux yeux, bonimenteur, Hercule de foire, rien de nouveau.
  • L'insurrection du ghetto de Varsovie

    Par | 1 recommandé
    L’insurrection du ghetto juif de Varsovie, mis en place par les nazis dès 1940, eut lieu du 19 avril au 16 mai 1943 (ne pas confondre avec l’insurrection de la ville de Varsovie en août et septembre 1944). Voici quelques propositions pour honorer, savoir et transmettre.
  • Quand le « viril » G. Darmanin estime « molle » M. Le Pen

    Par | 2 recommandés
    La question du vocable utilisé par G. Darmanin pour qualifier M. Le Pen dans un « grand débat » offre plusieurs facettes, qui dépasse largement l’explication de texte sur le sens du terme. Le locuteur, la destinataire, le contexte et la visée politique sont les vrais ressorts.
  • Un nouvel avatar du kamasutra (!) rhétorique de E. Macron.

    Par
    Le président est friand de saillies langagières, outrancières, méprisantes, démagogiques, à l’apparence « populaire » ou de facture autoritariste. Il le prouve une nouvelle fois, avec la rencontre de la lampe à huile et de la 5G sur la table de dissection de l’innovation - référence à une formule aimée du mouvement surréaliste. Ici, c’est plutôt du surjoué: pas nouveau et trop facile.
  • M. Dupont-Moretti re-fait le gamin

    Par
    « Quand j’étais gamin », énonce M. Dupont-Moretti le 31 juillet. Il indique dans son propos n’être « pas à l’aise » avec le vocable ensauvagement utilisé par M. Darmanin. Et en même temps et surtout il affirme son accord avec le « constat » de « l’insécurité », et donc la nécessité de la réprimer. Une gaminerie discursive, au sens de enfantillage, puérilité ?
  • Les librairies, non; les merceries, oui!

    Par
    Les librairies restent interdites d’ouverture, depuis le début du confinement. Toutes? Certes pas. Les merceries sont autorisées, et même « incitées » à réouvrir, dès le 23 avril. Une absence de logique, de rationalité? Pas du tout. Comme bien d’autres décisions et non-décisions de ce pouvoir autoritaire et irresponsable, cet irrationnel a du sens.
  • Distanciation sociale? Une expression si révélatrice.

    Par | 2 recommandés
    On aurait pu dire, oh bien des choses. Distanciation physique, sanitaire, personnelle, de précaution. Et pourquoi pas distanciation solidaire, dans un oxymore approprié à l’air du temps. Ou simplement: distanciation. Mais l’adjectif social a été retenu.
  • Lettre ouverte d’une personne « vulnérable car âgée » à E. Macron

    Par | 3 recommandés
    Dans sa « conférence pédagogique à sens unique » du 13 avril, le président a enfilé bien des gants de compassion, de masques de flou et bien entendu de gel d’auto-satisfaction. Dans ce cadre, sa présentation des « vulnérables » est stigmatisante, stupide et amnésique de la politique libérale produisant à la chaîne des vulnérables.
  • En avril, ne te découvre pas d’un fil.

    Par
    Le pouvoir macronien a continué, en encore plus fort et systémique que ses prédécesseurs, à « dévêtir », à mettre à découvert: les services publics, dont l’hôpital et la santé, les droits sociaux, les dispositifs de solidarité, etc. On en voit les conséquences dramatiques. Et il poursuit, dans ce terrible moment corona. Ses « poissons d’avril » permanents ne font vraiment pas rire.
  • 1 000 pages, sinon rien!

    Par
    « 1 000 pages d’analyse valent plus que quelques centaines lors des réformes précédentes » tente d’argumenter Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat aux retraites, 28 janvier 2020. Cela s'appelle un argument de poids. Il est vrai que les autres ne le font pas, le poids. Qu'ils sont légers, tout en étant très beaucoup toxiques.