B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 févr. 2020

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

La caserne pour tous: l'Education nationale finalise son projet (SNU)

Il faut qu’il se sente suffisamment fort, Blanquer, pour faire annoncer par son secrétaire d’état Attal, en pleine période de contestation, la généralisation du service national universel (SNU) pour les années à venir. Une contestation singulièrement silencieuse sur le sujet...

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il faut qu’il se sente suffisamment fort, Blanquer, pour faire annoncer par son secrétaire d’état Attal (1) en pleine période de contestation, la généralisation du service national universel (SNU) pour les années à venir : après une nouvelle expérimentation avec des volontaires en juin prochain, 100 000 « recrues » (des recrues de 15 ans !) en 2021, puis 200 000 en 2022 - avant la généralisation à toute une classe d’âge (800 000 jeunes) en 2024 - connaîtront les plaisirs de l’encasernement et de la mise au pas institutionnalisés dans le cadre de leur scolarité obligatoire.

Car s’il faut rappeler la spécificité particulièrement perverse de ce dispositif, c’est bien l’intégration d’une période militarisée de 15 jours dans le cursus éducatif des élèves, à mi-chemin entre les bataillons scolaires et les enfants-soldats : d’un côté, un projet élaboré par un général en chef, artilleur de profession (le général Menaouine), des règles de vie abrutissantes et infantilisantes directement inspirées de la discipline militaire, une finalité liée aux objectifs de recrutement de l’armée. De l’autre, l’imbrication du SNU dans une éducation dite morale et civique (EMC) à dimension militaire et identitaire, balisée par de très officiels protocoles armée-école, fondant, depuis 1982, une éducation à la défense dont l’objectif affiché – outre le recrutement – est l’adhésion forcée à la politique militaire de la France (interventions extérieures, financements exorbitants, commerce des armes, dissuasion nucléaire etc). De longues années de propagande distillée à un public nécessairement captif, un bourrage de crâne commencé à l’école primaire et dont le SNU est considéré comme l’aboutissement logique. En conséquence de quoi, l’Education nationale met à la disposition du SNU et de l’armée ses locaux (plusieurs lycées réquisitionnés pour l’expérimentation de juin 2019), son personnel (car il s’en trouve) et, bien sûr, son argent, le financement du SNU - estimé à 2 ou 3 milliards d’euros par an, en dépit des minorations et des dénégations officielles (2) - étant entièrement à la charge des budgets éducatifs. On rappellera également la participation active (et trouble) d’une partie de la mouvance éducative qui, à l’instar de la Ligue de l’enseignement (cette dernière, il est vrai, dans la continuité de ses origines militaristes), a fait le choix d’un partenariat obscène avec le SNU.

La première expérimentation menée en juin 2019 a confirmé le côté brutal et coercitif d’un dispositif qui, à terme, fonctionnera exclusivement sur l’intimidation et la punition, les éventuels réfractaires se voyant lourdement sanctionnés. L’éducation civique à la française dans toute sa splendeur…

En dépit de quoi, il faut bien reconnaître que la mise en place du SNU, dont les grandes lignes sont connues depuis maintenant deux ans, n’a guère suscité d’opposition ni au cours des mois écoulés ni même au cours des dernières semaines, le sujet étant singulièrement absent de la contestation. Et pourtant : les milliards du SNU n’auraient aucun rapport avec le refus de la revalorisation opposé aux enseignants ou la suppression des postes ? L’internement obligatoire des jeunes de 15-16 ans rien à voir avec la réforme du lycée ? Que des lycéens s’inquiètent à l’avance pour leur retraite dans un demi-siècle implique-t-il qu’on ne voie rien venir de l’encasernement qui vient ou qu’on s’en satisfasse ?

Un silence qui interpelle mais qui explique sans doute pour une part l’arrogance du gouvernement, son obstination à mettre en œuvre un dispositif d’encadrement forcé des jeunes qui jouit d’une certaine popularité dans une opinion publique nostalgique du service militaire. En se contentant d’une dénonciation du bout des lèvres, les milieux éducatifs, les organisation dites représentatives ( ?) s’enferment dans une ambiguïté qui, à la longue, va passer pour de la complaisance.

(1) - Attal qui, devant le rédacteur en chef de Ouest France en service commandé, aligne les poncifs et les contrevérités comme des perles.

2) - Du même Attal dans le même article : « le SNU devrait coûter entre 1 et 1, 5 milliard d’euros par an ». Mais, tient-il à préciser : « il faut voir le SNU comme un investissement, notamment en matière de lutte contre le décrochage scolaire, contre l’illettrisme et pour l’insertion professionnelle des jeunes. » Le rédacteur en chef en question n’a pas réagi…

Le SNU sur ce blog :

- Le SNU contre la revalorisation des profs
- Le SNU contre les droits de l'enfant
- "On nous apprend l'ordre et la fierté d'être français"
- Une Marseillaise obsessionnelle pour un SNU résolument identitaire
- Des lycées-casernes pour la servitude nationale universelle
- SNU : l'éducation populaire au garde-à-vous
- Dans une indifférence quasi générale, le SNU se met en place
- Le SNU, cache-misère d'une école inégalitaire
- Un service militaire financé par l'Education nationale
- Le recul de Blanquer ne met pas fin à la menace
- Les lycéen.nes au péril des gilets jaunes
- Service national … : les profs ne voient pas le problème
- Une consultation tronquée, malhonnête, qui ne convainc personne
- Attal, secrétaire d'état au service national, s'est déjà bien servi
- Ligue de l'enseignement et Léo Lagrange au garde-à-vous pour le service national
- Le service national contre l'ennemi de l'intérieur
- Obligatoire, militarisé et punitif, le SNU est d'abord une servitude militaire
- Service national universel : surveiller et soumettre
- Financement du service national : 1800 postes supprimés dans l'éducation

- Service national : un projet qui vise les plus jeunes, toujours plus jeunes
- Eté 2018 : dernier été de liberté pour les 16-18 ans ?
- Service national : internement obligatoire confié à l'Education nationale

- Les députés et le service national : l'école en première ligne
- Service national Macron : une France qui a peur de sa jeunesse

- Brassage social : la grosse arnaque du service national
- Une consultation en ligne pour les dupes
- La ministre des armées me répond...mais vise à côté

http://journaldecole.canalblog.com/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias