Pour un nouveau média citoyen ?

Des personnalités politiques et de la société civile ont signé un manifeste pour la création d'un nouveau média citoyen. Son lancement officiel est programmé pour le lundi 15 janvier 2018.

Le 25 septembre dernier, le Manifeste pour un nouveau média citoyen a été publié dans le journal Le Monde. Pour rappel, ce journal est édité par le Groupe Le Monde, groupe contrôlé par la société Le Monde libre qui est elle-même détenue par les hommes d'affaires Pierre Bergé, Matthieu Pigasse et Xavier Niel, ainsi que par le groupe de presse espagnol Prisa.

Plusieurs personnalités politiques et de la société civile ont donc signé ce manifeste qui commence par cette phrase : "Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ?" Bonne question !

Parmi les personnalités politiques (dont certaines sont membres de la France Insoumise) soutenant ce projet, on retrouve notamment Philippe Poutou, François Ruffin, Arnaud Montebourg, Jean-Luc Mélenchon, Noël Mamère, Pierre Joxe, Eva Joly, Aurélie Filippetti, Adrien Quatennens ou encore Marie-Georges Buffet. 

Très intéressé par l'actualité en général, et les médias indépendants en particulier, je vous ai déjà parlé de plusieurs Pure Players et autres journaux et revues ces dernières années sur ce blog...

Pour rappel, voici mes articles : StreetPress, magazine urbain sur le Web, le journal mensuel d'enquêtes et de satire en Provence-Alpes-Côte d'Azur Le RaviLes Médias Debout de Nuit Debout, la plateforme d’auto-production de films pour une information alternative Nada-info, l'arrêt de la revue Terra Eco, le journal pour Marseille et son territoire Marsactu, la liquidation d'Ariegenews et le lancement du journal Les jours, le média Next INpactRue 89Fakir, journal faché avec tout le monde ou presque, la fin de Friture Mag le  média des possibles dans le Grand Sud, le journal Reflets, Orient XXI  et le Bondy Blog, le lancement de Là-bas si j'y suis, plus près des jetables que des notables, le journal Politis et Basta !, et enfin Reporterre, le quotidien de l'écologie.

Par contre, je ne vous ai pas encore parlé du nouveau journal Médiacités lancé en 2016 et de son partenariat avec Mediapart, ni encore du futur journal Ebdo et de sa campagne de financement participatif qui rencontre un certain succès. 

Alors pourquoi un nouveau média citoyen "fondamentalement alternatif par sa gouvernance, son modèle économique et son fonctionnement" comme il est précisé dans le texte de la pétition pour soutenir la création de ce nouveau média 

En 2015, Laurent Mauduit (journaliste et cofondateur de Mediapart) a publié son livre Main basse sur l’information! pour dénoncer "l’état de servitude dans lequel sont placés la presse et tous les grands médias d’information, radios et télévisions". Le journaliste de Mediapart explique dans son livre que "tout concourt, y compris la puissance publique, à ce que le système de l’information soit en France totalement – ou presque – verrouillé par quelques grandes fortunes. La presse dans toutes ses composantes : la presse écrite comme la presse audiovisuelle…".

En 2016, Le Monde Diplomatique et Acrimed ont publié une carte du paysage médiatique français. 

Médias français - Qui possède quoi ? © Acrimed et Le Diplo Médias français - Qui possède quoi ? © Acrimed et Le Diplo

Comme le souligne Télérama (Groupe Le Monde), cette infographie permet de constater que "la plupart – voire la totalité – des titres de la presse française sont aux mains de grands industriels, plus ou moins proches du pouvoir."

Aude Lancelin, ancienne directrice adjointe de L’Obs publie en 2016 son essai "Le Monde libre" dans lequel "elle raconte son histoire, et au-delà, l’histoire du naufrage consternant de son hebdomadaire, qui se confond avec le naufrage de la gauche socialiste." 

Dans son livre, Aude Lancelin - qui a rebaptisé L’Obs en "l’Obsolète"et Laurent Joffrin en "Laurent Môquet" - explique comment Joffrin, directeur de la rédaction, "remplissait les fonctions de garde-barrière de l’orthodoxie de L’Obs" selon les termes d'Acrimed :

"Une chose était particulièrement frappante à « l’Obsolète », tout au long des années 2000, c’était cette espèce de libéralisme naïf de guerre froide qui y était encore prôné. Toute expression d’une pensée critique à la gauche de la Fondation Saint-Simon, club de réflexion qui œuvrait alors à acclimater les élites intellectuelles à l’entreprise, toute échappée hors des terres déjà prudemment labourées par Alain Touraine ou Edgar Morin, y étaient tenue pour une frasque doctrinale, voire pour un toboggan vers la Corée du Nord. Le directeur de la rédaction le plus emblématique de ces années-là, Laurent Môquet, connu pour ses aller-retours constants entre le vieil hebdomadaire de la place de la Bourse et le quotidien Libération, y veillait en personne. La relecture ligne à ligne des papiers à portée idéologique pouvait prendre plusieurs heures dans son bureau, parfois étalées sur plusieurs jours, le temps de laisser le fautif méditer solitairement ses crimes de pensée, et rogner lui-même ses paragraphes coupables."

Aude Lancelin soutient d'ailleurs le nouveau média citoyen, tout comme la journaliste Cécile Amar, sanctionnée cette année par L’Obs pour avoir écrit un livre d’entretien avec Jean-Luc Mélenchon.

Dans son dernier rapport, Reporters sans Frontières place la France en 39ème position (sur 180) de son Classement mondial de la liberté de la presse 2017. Avec comme explications pour la France :

"Si la presse est globalement libre et plutôt bien protégée par la loi, le paysage médiatique français est largement constitué de groupes dont les propriétaires ont d’autres intérêts que leur attachement au journalisme. Cette situation entraîne des conflits qui font peser une menace sur l'indépendance éditoriale, et même sur la situation économique des médias." 

Il est donc évident que la situation du paysage médiatique français n'est pas réjouissante...

Pour information, les journalistes Philippe Pujol (prix Albert-Londres du grand reportage de presse écrite en 2014) et Edouard Perrin (Journaliste pour l'émission "Cash Investigation" à l'origine des révélations dans l'affaire LuxLeaks ) ont aussi signé le manifeste.

Un journal sera diffusé à partir de mi-janvier comme l'explique Aude Rossigneux, la rédactrice en chef de Le Média au Journal du Dimanche (propriété de Lagardère Active, du Groupe Lagardère). Elle explique aussi qu'elle espère s'adresser "à la gauche humaniste, antiraciste, féministe et écologiste dans son ensemble."

Précision sur le journal quotidien : Sophia Chikirou (en charge de la communication de la France Insoumise) a expliqué sur le plateau d'Arrêt sur Images que "ce ne sera pas un JT de 20h. Il faut bâtir autre chose".

Alors, pour un nouveau média citoyen ? Oui. J'ai signé la pétition et je participerai à la campagne de souscription qui débutera le mercredi 11 octobre 2017 prochain. Et je resterai évidement abonné à Mediapart, Arrêt sur Images, Les Jours, La-bas si j'y suis, Hors-Série et Next INpact car il faut non seulement soutenir les médias indépendants mais également diversifier les sources d'informations... 

Le Média © Le Média Le Média © Le Média

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.