Blog suivi par 18 abonnés

Le blog de le moine copiste

  • Les monnaies locales, une fausse bonne idée

    Par | 2 recommandés
    "Les tentatives telles que l’Eusko qui ne se donnent pas pour but le renversement complet de cette société n’aboutissent finalement qu’à lui donner les moyens de se perpétuer en se modernisant. (...) il ne s’agit donc pas d’une sortie de l’économie, mais d’une économie parallèle."
  • Le Livre noir du capitalisme de Robert Kurz

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    En 1999 cette grande histoire critique du capitalisme fut un best-seller en Allemagne. A ce jour le livre n'est toujours pas traduit en français. L'apport théorique de R. Kurz à une critique du capitalisme, appelée Wertkritik, rencontre toujours peu d'écho en France, alors qu'elle se révèle essentielle pour comprendre de façon globale, le paradigme capitaliste.
  • Sortie du capitalisme : il n'existe pas de réponse en kit

    Par | 2 commentaires | 4 recommandés
    " Là où les humains (...) se regroupent pour protester, s’opposer (...) c'est là, précisément, que les expériences de la pratique sont insuffisantes pour percevoir la réalité derrière les choses. Si on ne veut pas seulement s'agiter aveuglément et se battre contre des moulins à vent, il faut en passer par les efforts de la théorie. "
  • Mort à la démocratie

    Par | 12 commentaires | 10 recommandés
    « Mort à la démocratie ! » : Comment questionner un tabou ? La démocratie, comme le capitalisme est devenue l’horizon indépassable de notre époque.
  • Vivre ou rien

    Par | 1 commentaire | 5 recommandés
    " Ce qui se passe un peu partout est plutôt une manifestation d’une rage diffuse, d’une colère montante, d’un dégoût qui se généralise vis-à-vis de ce monde et ses avocats qui nous martèlent sans cesse, que non, vraiment, il n’y a pas d’alternative." Le comité érotique révolutionnaire
  • Pour la satisfaction des besoins concrets

    Par
    "Le véritable scandale n’est pas la concentration de moyens monétaires dans les mains de quelques-uns – aussi répugnante qu’elle soit par ailleurs –, mais le fait qu’une société qui a développé comme jamais auparavant des potentialités de richesse coure ainsi à sa perte, au lieu de les mettre au service de la satisfaction des besoins concrets." E. Lohoff et N. Trenkle
  • La violence, mais pour quoi faire ?

    Par | 3 commentaires | 14 recommandés
    Un article d'Anselm Jappe qui date de 2009 mais reste d'une actualité prophétique. " Il n’y a plus de marge de manœuvre. En même temps que l’État n’a plus rien à redistribuer, l’incitation à rester dans la légalité perd son efficacité : il manque la contrepartie. On peut alors prévoir – et déjà observer – une forte augmentation des actes « illégaux » "
  • Réfléchir à la nécessité du travail, entre chômage et "bullshit job"

    Par | 3 recommandés
    En ces temps de crise, de chômage de masse et de travail souffrant, nous continuons tous à défendre le droit au travail. Mais s'il ne fallait pas payer pour vivre, irions-nous tous les matins au travail ? La centralité du travail repose sur le problème de l'argent. Travail et capitalisme sont intimement liés. Ne pas remettre en cause le travail, c'est maintenir le système capitaliste.
  • Chômage de masse, travailleurs pauvres, et si la réponse était ailleurs ?

    Par
    La robotisation a supprimé beaucoup d'emplois et la concurrence mondiale a crée un dumping social généralisé qui génère de plus en plus de travailleurs pauvres. Entre souffrance au travail et souffrance de l'absence de travail, sur fond de crise et de détricotage des avantages acquis, personne ne questionne réellement la centralité du travail dans nos sociétés.
  • Appel à la vie contre la tyrannie étatique et marchande de Raoul Vaneigem.

    Par | 8 commentaires | 8 recommandés
    Raoul Vaneigem jette ici « de quoi grappiller quelques hypothèses et suggestions » avec le seul souci « qu’elles marquent une rupture absolue avec les préjugés et les dogmes du passé ». Il s’adresse aux révoltés qui « se sentent démunis devant l’effondrement du vieux monde et la trop lente émergence du nouveau »