Blog suivi par 571 abonnés

Social en question

Chroniqueur social indépendant
  • Le viol de la pensée et la télé des réacs

    Par | 2 commentaires | 17 recommandés
    Facebook fait des recherches scientifiques pour parvenir à capter dans le cerveau les mots pensés et son PDG est reçu à l’Élysée comme un chef d’État. Les réacs en France lancent une télé contre la bien-pensance, tandis que le « chien de garde de l’oligarchie » veille. Sans oublier : les esclandres des deux Dupondt, les magouilles de Sarko et la démagogie sur les indemnités de chômage des cadres.
  • Dangers d’Afrique

    Par | 10 commentaires | 14 recommandés
    Hier après-midi encore, la carte des dangers pour l’ensemble de l’Afrique n’indiquait pas le Bénin comme zone à risque (voir capture d’écran). Le ministère des affaires étrangères s’est empressé hier seulement de la modifier en l’anti-datant. Ce qui ne doit pas nous empêcher de réfléchir à l’impact des « zones rouges » sur la vie des habitants de ces territoires.
  • L’Aide Sociale à l’Enfance sur la sellette

    Par | 14 commentaires | 21 recommandés
    Agitation politique et médiatique à propos de l’Aide Sociale à l’Enfance : proposition de loi, tribune dans « Libération », demande d’une commission d’enquête parlementaire. Tous jurent que c’est pour la bonne cause, mais non seulement cela consiste surtout en une mise en accusation sans nuances de l’ASE, mais encore les arrière-pensées politiques et budgétaires ne sont pas absentes.
  • Langue de bois : Roux de Bézieux, Guérini, Ciotti, Loiseau…

    Par | 1 commentaire | 9 recommandés
    Le patron du Medef a encore frappé ce matin, le délégué LREM s’emberlificote avec la décote, Loiseau prise pour une romanichelle. Ciotti se vante sur le RSA. Le lait à l’école, une goutte d’eau contre la pauvreté. Un rapport accablant sur les pratiques policières à Toulouse. Et sur une cathédrale, j'ai vu une statue de femme en pantalon avec téléphone portable !
  • Emmanuel Macron : rien pour les plus bas revenus

    Par | 4 commentaires | 12 recommandés
    C’était prévisible : au cours de sa conférence de presse hier, Emmanuel Macron n’a pas dit un mot sur les minima sociaux en général, encore moins sur le RSA et l’ASS. Que des Français en fin de droits n’aient qu’à peine 500 € pour vivre, cela ne fait pas partie des priorités ? Discours décortiqué sur les questions sociales.
  • «Les enfants perdus d’Angleterre»

    Par | 6 commentaires | 20 recommandés
    Ce documentaire, diffusé la semaine dernière sur France 5, met en évidence les excès du dispositif de protection de l’enfance en Angleterre. Les cas présentés montraient des « services sociaux » accusant trop facilement les parents de maltraitance et les séparant définitivement de leurs enfants. Description et commentaires.
  • Kolyma, Terezin, Rwanda…

    Par | 2 recommandés
    Plusieurs petits textes sur les camps de la Kolyma, sur celui de Terezin (Theresienstadt) et sur le génocide au Rwanda : dans tous les cas, l’horreur, mais aussi le silence de ceux qui savaient. Et autres chroniques : Haïti, Soudan, Turquie et les touristes d’Oradour.
  • Les économistes du « en même temps »

    Par | 6 recommandés
    Les économistes, soutien à Emmanuel Macron, que ce soit Philippe Aghion ou Laurence Boone, montent au créneau : en faisant du « en même temps », jonglant entre « égalité des chances » et État plus performant et moins coûteux.
  • Les éditocrates… «terriblement angoissant»

    Par | 10 commentaires | 19 recommandés
    Hôpital qui se fout de la charité, Pascal Bruckner a reproché à Greta Thunberg, la jeune militante pour le climat, d’avoir un visage « terriblement angoissant ». Tandis que les « intellectuels » pétitionnent, les éditocrates s’offusquent que l’ONU reprochent à la France ses violences policières. Et autres petites chroniques.
  • Un débat citoyen censuré

    Par | 6 commentaires | 23 recommandés
    Un débat d’initiative citoyenne, rassemblant 700 personnes en province, a été ignoré par la synthèse du Grand Débat. Parce qu’il n’avait pas respecté les quatre thèmes imposés, et surtout parce que des intervenants avaient mis nommément en cause certains élus.