Blog suivi par 78 abonnés

un psychanalyste dans la cité

  • Brésil : futur quartier général du néonazisme mondial

    Par | 117 commentaires | 116 recommandés
    Pour le Brésilien que je suis, les mots utilisés pour dire ce qui se passe au Brésil aujourd’hui ne nomment pas vraiment ce qui s’y joue. On parle de dictature, d’extrême droite, de fascisme. Des mots obsolètes. Comme si la pensée s’arrêtait au seuil de l’horreur. Comme si le silence empêcherait le monstre d’advenir.
  • L'extrême droite et le Brésil : on poignarde un salopard

    Par | 4 commentaires | 10 recommandés
    Jair Bolsonaro, candidat d'extrême droite aux élections brésiliennes vient d’être poignardé. Il n'est pas mort. Jair Bolsonaro loue la dictature militaire brésilienne et a dédié son vote pour la destitution de la Présidente Dilma au policier qui l'avait torturée. Dans ce contexte terrible, je republie ce texte déjà paru ici le 20 Mai 2016. Voici le Brésil et l'Amérique Latine dont rêve Bolsonaro
  • M comme Méliès : l’invention du cinéma en scène à Chaillot

    Par | 5 recommandés
    Le nouveau spectacle d’Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo est un enchantement. Mettre en scène le cinéma, quel culot ! Le résultat c’est la fête du théâtre, le théâtre en fête, la joie de reconnaître la dette que le cinéma a vis à vis de la scène, des scènes qui existaient avant lui. Pour des enfants : grands et petits.
  • PHANTOM THREAD : VIVE LA MÉDIOCRITÉ VIVE LA BÊTISSE VIVE LA HAINE

    Par | 1 recommandé
    C’est l’histoire d’un Super Créateur. Le spectateur, c’est-à-dire vous et moi, nous sommes censés n’est pas savoir ce qu’est la création, idiots que nous devons être. Mais on nous promet notre revanche.
  • Phantom thread: vive la médiocrité, vive la bêtise, vive la haine

    Par | 26 commentaires | 10 recommandés
    C’est l’histoire d’un Super Créateur. Le spectateur, c’est-à-dire vous et moi, nous sommes censés ne pas savoir ce qu’est la création, idiots que nous devons être. Mais on nous promet notre revanche.
  • Anna Angelopoulos et Eric Hazan: porter à la lumière les nuits du monde

    Par | 13 recommandés
    Raconter c’est transmettre. Anna Angelopoulos le démontre : les contes sont des para-mythes qui transportent avec eux les fondements inconscients d’une culture. Eric Hazan insistera sur les figures politiques de ces fondements. L’une et l’autre nous rappellent le côté merveilleux, magique, du travail de la pensée.
  • James Baldwin et Elise Vigier à Créteil : NAÎTRE HORS DU MONDE

    Par | 2 recommandés
    Je suis optimiste parce que je suis vivant. Vivre avec la peur au ventre. Comment ne pas répondre à la haine par la haine. La guerre est déclarée. Nous sommes tous libres de vivre dans nos ghettos. Eliminer le vivant de la face de la terre. Tu as déjà tué un nègre dans ta vie ? Pas encore ? Comment représenter au théâtre l’excellence d’un ancien combat politique dans ces temps de misères ?
  • COPI SOIt-IL

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    La Comédie de Caen présente, avant une tournée en Europe, la mise-en-scène de Marcial Di Fonso Bo réalisée pour le Teatro Cervantes de deux pièces de Copi. La représentation est restée 3 mois à l’affiche de ce renommé Théâtre National Argentin – salle de 800 places, toujours pleine pour l’occasion. Une salutaire cure de désintoxication aux conneries qui nous empoissonnent.
  • 120 battements par minute de Robin Campillo: questions d’un cinéaste

    Par | 5 commentaires | 5 recommandés
    Comment représenter le politique aujourd’hui ? La chose est suffisamment rare pour être signalée : un cinéaste avance une problématique pour laquelle il cherche le traitement avec les moyens du cinéma.
  • Sophie Wahnich III: mélancolie de Lévi-Strauss, canaillerie psychanalytique, Histoire

    Par | 26 commentaires | 15 recommandés
    La Révolution française n’est pas un mythe, car elle a bien existé. Elle doit donner du courage, et rappeler dans ces temps d’effroi où l’on veut faire disparaître jusqu’à l’idée de liberté, de réciprocité, que oui, des hommes ont été libres et que donc sans doute, ils pourront l’être à nouveau.