• Outreau, Fabrice Burgaud : une plainte nécessaire contre Bertrand Tavernier pour incitation au crime, arguments de ses avocats

    Par marie-christine gryson | 13 commentaires | 4 recommandés
  • Pour le retour des enfants otages au Cameroun : le Conte créatif ?

    Par marie-christine gryson | 2 commentaires | 4 recommandés
    Quelle étonnante coïncidence que d' assister à la libération de la famille Moulin-Fournier prise en otage avec leur 4 enfants le jour où je reçois le premier exemplaire de mon ouvrage « L'enfant agressé et le Conte créatif » dans lequel ces enlèvements ont été évoqués.Comment pourrais-je ne pas dire à ce propos qu'il existe une méthodologie attractive - le Conte créatif- inventée pour et par les enfant les plus gravement traumatisés ?Je m'y autorise en référence à tous ces autres enfants agressés qui m'ont aidés à l'affiner depuis de très nombreuses années, dans le simple intérêt de ces enfants otages qui viennent de vivre l'enfer durant deux mois.
  • Affaire Cahuzac, affaire d'Outreau, Edwy Plenel, François Bayrou...

    Par marie-christine gryson | 2 commentaires | 3 recommandés
    L'actualité amène tout citoyen à s'interroger sainement, en toute connaissance de cause, sur la possible mystification des affaires médiatiques et à faire les rapprochements qu'elles méritent en termes de moralisation de la vie publique.En plus du séisme sociétal qu' elles ont provoqué, l'affaire Cahuzac et l' affaire d'Outreau ont des points communs qu'il convient de repérer. J'aborde cette question en dehors de toute considération politique. Ma motivation est toujours l'amélioration de la prise en charge des enfants victimes qui, depuis Outreau ne sont plus protégés.Aujourd'hui tout le monde se félicite de l'existence d'une presse indépendante qui a permis les révélations de l'affaire Cahuzac. Chacun s'accorde à dire que sans Médiapart cette affaire n'aurait jamais vu le jour. Chacun a pu constater qu'un mensonge trouve son efficacité dans le déni de réalité tel que le prouve l'attitude de ce personnage aveuglé par la toute puissance, qui continue à briguer sans vergogne la récupération de son siège de député.
  • Outreau : Enfants victimes et acquittés : deux vérités judiciaires incompatibles ?

    Par marie-christine gryson | 4 commentaires | 3 recommandés
    Que les vérités judiciaires, celle des acquittés et celle des enfants des procès d'Outreau soient apparemment incompatibles, c'est un constat qui a pu être fait, dès la date du verdict en Juin 2004. Les médias ont occulté cette seconde vérité judiciaire et sa mise en lumière reste encore problématique en 2013, comme le démontrent les réactions au film de Serge Garde « Outreau, une autre vérité » qui met l'accent sur le statut de victimes de 12 enfants.Jusqu'en Octobre 2009, date de sortie de « Outreau la vérité abusée » avec en première de couverture l'annonce : « 12 enfants reconnus victimes » seuls les « initiés », à savoir les professionnels de l'affaire, connaissaient cette autre vérité.
  • « Outreau, l'autre vérité » critique des critiques du film

    Par marie-christine gryson | 15 commentaires | 4 recommandés
    Arguments à la disposition de ceux et celles qui veulent défendre le film de Serge Garde co-produit par Bernard de la Villardière et Innocence en danger. Les critiques qu'on peut lire et entendre sur ce film constituent un cas d'école qui va nous permettre un intéressant décryptage de la manipulation de l'opinion via une désinformation savamment orchestrée. Cette manipulation de l'opinion procède d'éléments de langage en termes d'arguments fallacieux pour le fond (donnés par S.Durand-Soufflant et Karine Duchochois) et d'une invective répulsive sans arguments pour la forme (Le job habituel de Eric Dupond Moretti ). Il est intéressant de constater que des procédés identiques ont été utilisées à partir de 2004 associés à une synergie d'intérêts, sans ignorer la malchance du hasard, qui ont abouti à la plus grand mystification de l'histoire de notre Justice française.
  • Florence Cassez à l'Elysée : les fantasmes d'Outreau réactualisés !

    Par marie-christine gryson | 5 commentaires | 3 recommandés
    Florence Cassez s'est elle battue pour notre pays ? Est-elle l' auteur d' une découverte scientifique ou médicale qui a fait progresser l'humanité. A t-elle sauvé des vies ? A t-elle exporté la culture française ? A t-elle risqué sa vie pour nous rapporter une information sur la situation d'un pays en guerre ?Rien de tout cela, elle a partagé le sort douloureux de près de 2000 français emprisonnés dans le monde et sûrement très injustement. Seront ils tous reçus à l'Eysée quand ils seront eux aussi libérés? Non car c'est la médiatisation de l'incarcération au Mexique d'une jolie personne qui clame son innocence, qui en a fait une icône susceptible de fédérer un pays autour d'un exécutif. Pourtant de nombreuses voix s'élèvent - dont celles de journalistes connus qui reconnaissent ne pas avoir le choix - pour s'en indigner, même si on se réjouit pour elle. Certes le dénouement cathartique de ce feuilleton médiatique aurait pu tout autant nous réjouir sans qu'il passe par la case du Président de la République poussée par celle du Ministre de la Défense!
  • Un enfant meurt chaque jour sous les coups de ses parents

    Par marie-christine gryson | 22 commentaires | 5 recommandés
    C'est le S.O.S lancé par le docteur Gérard Lopez, qui n'est pas n'importe qui : il est psychiatre Expert près la Cour d'Appel de Paris, Président fondateur de  l'institut de Victimologie de Paris. Il travaille dans le service de médecine légale de l'hôpital Sud-Francilien. Il coordonne le diplôme universitaire de victimologie et le diplôme universitaire de psychotraumatologie de l'Université Paris-Descartes. Il est l'auteur de nombreux ouvrages de référence. Ce s.o.s, il commence à le lancer de vive voix sur les plateaux de télévision et les radios en venant présenter son dernier ouvrage intitulé « Enfants violés et violentés, le scandale ignoré » qui vient de paraître chez DUNOD.
  • Où est passée l’intime conviction ?

    Par marie-christine gryson | 5 recommandés
    Mon attention a été à nouveau retenue par un article de Jacques Cuvillier publié sur Le Village de la Justice. Il s'agit cette fois d' une réflexion de fond sur ce qu' est devenue l'intime conviction après le traumatisme d'affaires retentissantes telles que l' affaire d' Outreau dont j'ai dénoncé la mystification dans mon livre « Outreau, la Vérité abusée 1».Cet article a été écrit après le procès des assises de Créteil, portant sur des viols collectifs improprement appelés « tournantes » qui a suscité un grand émoi dans le pays. Il parle du rôle de la justice, de la question de la preuve, et des éléments de conviction, du débat contradictoire, et de la difficulté de plus en plus grande de prononcer le verdict, surtout dans la perspective où il est susceptible d' être contesté lors d'un procès en appel, et aujourd' hui motivé depuis les réformes de procédure pénale.J' en donne quelques extraits en invitant le lecteur à lire en entier cette longue analyse émaillée de témoignages de jurés.1 Editions Hugo et cie
  • Décisions de justice en matière sexuelle : Quand les vraies victimes se rétractent

    Par marie-christine gryson | 4 recommandés
    Cet article que Jacques Cuvillier a publié récemment sur le Village de la Justice a retenu mon attention. Il donne son analyse de la condition des victime, et parle de leur souffrance dans différents cas de figure, selon qu' elles font ou non appel à la justice, selon que la justice condamne ou non leur agresseur, et montre la difficulté d' 'insertion sociale qui peut les pousser à se rétracter en dépit de ce qu' elles ont réellement subi.J'en reproduis ici quelques extraits en invitant le lecteur à lire en entier cet intéressant point de vue.
  • Procès des viols collectifs appelés "tournantes": des acquittements qui vous rappellent Outreau ? » L'avis de l'expert.

    Par marie-christine gryson | 12 commentaires | 6 recommandés
    Fiasco judiciaire ! naufrage judiciaire ! on aurait pu croire que ces vocables étaient définitivement confisqués par l'affaire d'Outreau. Le fait qu'ils soient également utilisés pour qualifier le verdict de Créteil n'est pas neutre et Dominique Verdheillan n'avait pas besoin de préciser au journal télévisé de 13h sur France 2  (le 12 Octobre) que « ce fiasco et ce naufrage judicaire n'est pas sans en rappeler un autre »...le réflexe pavlovien avait déjà fonctionné.