Blog suivi par 219 abonnés

Inspire, ce n’est rien

  • Michel Monnin, le défricheur d’âmes

    Par | 10 recommandés
    En toute complicité avec nos correspondants haïtiens, il nous importe fort à Mediapart de saluer le « défricheur d’âmes » Michel Monnin, qui est mort en Haïti le 13 novembre dernier. Et ce en poèmes, parce que « quand il pleut », il peut « faire soleil en même temps ».
  • Pour Jude Stéfan: «Un saut d’ange dans l’adieu»

    Par | 8 commentaires | 20 recommandés
    À rebours des notices nécrologiques d’usage, voici quelques notes sur un poète, Jude Stéfan (1930-2020), tenu malencontreusement dans l’ombre éditoriale d’une époque, et tout à la fois se situant lui-même dans un retrait «volontaire», le sien en poète, à qui il fait vraiment bon penser ces temps-ci.
  • Coupes de fleurs pour Louise Glück

    Par | 11 commentaires | 27 recommandés
    Peu connue en France, où aucun livre d’elle n’a été publié, la prix Nobel de littérature 2020 a néanmoins retenu l’attention, certains de ses poèmes ayant été traduits en revue (Po&sie, Europe). Un essai centré sur la poésie anglo-saxonne d’un poète et universitaire étasunien, chroniqué dans Mediapart en 2013, lui accordait déjà une place majeure.
  • Les ondines sont parmi nous (un film de Christian Petzold)

    Par | 9 commentaires | 7 recommandés
    En dessous de la ligne de flottaison des mots, des représentations et des visions du monde et de ses mythologies, il est une autre forme de réalité qui appartient à l’amour, à l’individuation : critique du film « Ondine », de Christian Petzold, actuellement en salle.
  • Le «grand seul» de Julien Bosc

    Par | 4 commentaires | 13 recommandés
    Les éditions du Réalgar ont publié dans les premiers jours de l’été « Le coucou chante contre mon cœur », ouvrage posthume de Julien Bosc (1964-2018). Il faut presque en avertir ses lecteurs potentiels : il s’agit là, dans le contexte de la poésie contemporaine de langue française, d’un livre absolument singulier, ultime, et extraordinaire à bien des égards.
  • Le siège du poème par Elena Schwarz

    Par | 22 commentaires | 28 recommandés
     © Natalia Koroleva © Natalia Koroleva
    Morte voilà seulement dix ans, Elena Schwarz (1948-2010), peu connue encore en France, a joui d’une grande considération dans les cercles artistiques issus de l’underground pétersbourgeois. L’important choix de poèmes qui paraît aux éditions Les Hauts-Fonds permet d’appréhender une voix bouleversante, sinuant à travers toute une mythologie culturelle.
  • Covid-19: une «captation mentale» sans précédent, entretien avec Bernard Noël

    Par | 54 commentaires | 111 recommandés
    Quoi qu’il advienne de la crise provoquée par la pandémie de coronavirus, son effet le plus notable, et qui n’est peut-être pas suffisamment relevé comme tel, restera la « captation mentale » dont elle a été, et est toujours, l’instrument. La « captation mentale », c’est précisément un des outils critiques de nos sociétés forgés par l’écrivain Bernard Noël.
  • Le secret, le merle, le poète Gabriel Ferrater

    Par | 9 commentaires | 12 recommandés
    Rien n’est ni ne sera effacé de ce « souvenir que nous avons maintenant », comme l’a écrit le poète catalan existentiel Gabriel Ferrater. Le chant des merles et deux poèmes suffisent pour conjurer, au moins dans les vies individuelles, la césure pandémique supposée entre un temps d’avant et un temps d’après.
  • Fernando Pessoa, inépuisé

    Par | 28 commentaires | 29 recommandés
    Unique d’être plurielle, l’œuvre de Fernando Pessoa demande une attention extrême au dialogue instauré par le poète entre différentes voix à travers lui. Fort de cet enseignement, «Le Livre de l’intranquillité» a connu l’an passé une métamorphose éditoriale stupéfiante. Laquelle incline à se nourrir de ce «drame en personnes» revendiqué par Pessoa pour la lecture de sa poésie.
  • Libre d’entrer dans le poème: Anna Ayanoglou

    Par | 2 commentaires | 17 recommandés
    Animatrice d’une belle émission poétique sur les ondes de Radio Panik à Bruxelles, Anna Ayanoglou publie un premier livre de poèmes, «Le Fil des traversées». S’offre à nous qui la lisons une traversée des apparences, où il s’agit de se laisser guider par le fil existentiel qu’elle met au jour dans un récit transfiguré de ses années passées dans les pays baltes.