Blog suivi par 200 abonnés

Inspire, ce n’est rien

  • À la tourne

    Par | 8 commentaires | 8 recommandés
    S’éterniser dans un effeuillement de pages : ici, dans la livrée de poète d’Armand Robin. Bifurquer aussi, là en forme de correctif à apporter à un ancien billet sur Mayo, à la tourne.
  • Poezibao

    Par | 1 recommandé
  • Sur le chemin de Patrick Laupin

    Par | 36 commentaires | 17 recommandés
    Enthousiasmant et tout autant réconfortant : s’il fallait user de quelque qualificatif en forme de satisfecit critique, pour Patrick Laupin ce seraient ces deux vocables que l’on voudrait avant tout associer à son récent livre de poèmes, Le Dernier Avenir.
  • Une entrée en matière pour l’exposition «Dessiner l’invisible»

    Par | 4 commentaires | 12 recommandés
  • « Tout seul, Khaled ? » Un texte de Claude Mouchard

    Par | 23 commentaires | 16 recommandés
    Le 11 août de l’été dernier, un entretien avec Claude Mouchard ouvrait une série dans le journal de Mediapart sur « Le poème, voix des événements ». Nous souhaitions y donner à entendre le poème en tant qu’expérience sensible, existentielle du rapport du langage à la réalité, empreinte de ces innombrables désaccords entre soi et le monde.
  • Une déferlante en mémoire : les poètes de Sindbad

    Par | 15 commentaires | 20 recommandés
    Il y a aux éditions Actes Sud une magnifique collection d’ouvrages traduits de l’arabe intitulée la « Petite Bibliothèque de Sindbad ». Je relisais ces jours-ci Wadih Saadeh, libanais exilé en Australie. Je le relis souvent pour son incomparable sens de l’effacement du « moi », sa faculté à remembrer un « tout-Univers » dans le « dit » du conte.
  • Mots de passe pour la poésie croate : Sibila Petlevski

    Par | 9 commentaires | 16 recommandés
    À chaque plaisir de découverte d’un auteur traduit se mêle l’émotion de retrouver le pouvoir interlocutoire de la parole, sa valeur d’échange, qui « passe » d'une langue à l'autre. Il n’y va pas seulement du contenu d’un message mais du temps qu'il lui a fallu pour exister et être adressé si, comme l’écrit Sibila Petlevski, « tout ce qui aujourd’hui / nous a échappé de peu […] demain sera à portée de main ».
  • Les Hauts-Fonds

    Par
  • Verdier éditions

    Par
  • Ana Luísa Amaral parmi les hôtes du Phare du Cousseix

    Par | 2 commentaires | 16 recommandés
    Peu traduite encore en français, la poète portugaise Ana Luísa Amaral manie jusqu’à l’extase une langue indomptée. Le Phare du Cousseix vient de la publier dans une traduction de Catherine Dumas.