Blog suivi par 200 abonnés

Inspire, ce n’est rien

  • Les rêves d’épopée de la poésie haïtienne «avec des traces qui n’en finissent pas»

    Par | 10 commentaires | 14 recommandés
    Courant sur quatre générations de poètes, l'Anthologie de poésie haïtienne contemporaine que publie James Noël au Seuil renoue avec la vision d’un monde perçu dans sa totalité sensible.
  • À la tourne

    Par | 8 commentaires | 8 recommandés
    S’éterniser dans un effeuillement de pages : ici, dans la livrée de poète d’Armand Robin. Bifurquer aussi, là en forme de correctif à apporter à un ancien billet sur Mayo, à la tourne.
  • Poezibao

    Par | 1 recommandé
  • Sur le chemin de Patrick Laupin

    Par | 36 commentaires | 17 recommandés
    Enthousiasmant et tout autant réconfortant : s’il fallait user de quelque qualificatif en forme de satisfecit critique, pour Patrick Laupin ce seraient ces deux vocables que l’on voudrait avant tout associer à son récent livre de poèmes, Le Dernier Avenir.
  • Une entrée en matière pour l’exposition «Dessiner l’invisible»

    Par | 4 commentaires | 12 recommandés
  • « Tout seul, Khaled ? » Un texte de Claude Mouchard

    Par | 23 commentaires | 16 recommandés
    Le 11 août de l’été dernier, un entretien avec Claude Mouchard ouvrait une série dans le journal de Mediapart sur « Le poème, voix des événements ». Nous souhaitions y donner à entendre le poème en tant qu’expérience sensible, existentielle du rapport du langage à la réalité, empreinte de ces innombrables désaccords entre soi et le monde.
  • Une déferlante en mémoire : les poètes de Sindbad

    Par | 15 commentaires | 20 recommandés
    Il y a aux éditions Actes Sud une magnifique collection d’ouvrages traduits de l’arabe intitulée la « Petite Bibliothèque de Sindbad ». Je relisais ces jours-ci Wadih Saadeh, libanais exilé en Australie. Je le relis souvent pour son incomparable sens de l’effacement du « moi », sa faculté à remembrer un « tout-Univers » dans le « dit » du conte.
  • Mots de passe pour la poésie croate : Sibila Petlevski

    Par | 9 commentaires | 16 recommandés
    À chaque plaisir de découverte d’un auteur traduit se mêle l’émotion de retrouver le pouvoir interlocutoire de la parole, sa valeur d’échange, qui « passe » d'une langue à l'autre. Il n’y va pas seulement du contenu d’un message mais du temps qu'il lui a fallu pour exister et être adressé si, comme l’écrit Sibila Petlevski, « tout ce qui aujourd’hui / nous a échappé de peu […] demain sera à portée de main ».
  • Les Hauts-Fonds

    Par
  • Verdier éditions

    Par