Blog suivi par 198 abonnés

Inspire, ce n’est rien

  • Ariane Dreyfus, comme un air en tête pour le poème aujourd’hui

    Par | 1 commentaire | 19 recommandés
    Voilà deux décennies maintenant qu’Ariane Dreyfus fait vibrer de vocables qui ne sont qu’à elle ses poèmes, faisant chorus aux êtres («petits» et «grands») qui l’entourent, puisant à même la vie ordinaire, dont s’emplit sa voix singulière. Comme dans son tout récent recueil, «Le Dernier Livre des enfants».
  • Stéphane Bouquet, l’intempérant

    Par | 17 commentaires | 19 recommandés
    Peu de poètes contemporains communiquent comme Stéphane Bouquet et le besoin et la sensation de toucher au vif de l’existence. C’est que le geste, car c’en est un, de l’auteur d’« Un peuple » (2007) est de « rendre » par le poème « la vie vivante » jusque dans ses moindres formes. En voici une nouvelle monstration avec « Vie commune ».
  • De Fondane à G. Okoundji: le poème et «la fragilité inhérente à l’existence»

    Par | 23 commentaires | 15 recommandés
    L’Institut culturel roumain de Paris célébrait ce samedi 22 octobre le 11e lauréat du prix Benjamin Fondane en la personne de Gabriel Okoundji. Sur fond de colloque tenu pour l’occasion sur Fondane, Gabriel Okoundji a fait part de son regard sur l’œuvre de cet « homme parmi les hommes » qui, selon ses propres mots, pose la question de la « confiance » en « la fragilité inhérente à l’existence ».
  • Cees Nooteboom, le poète qui sortit de sa coquille

    Par | 15 commentaires | 16 recommandés
    Il faut toujours s’intéresser à un écrivain dont on dit qu’il est «inclassable». De Cees Nooteboom, écrivain fort renommé aux Pays-Bas, je connaissais le romancier perspicace de «Rituels». Mais j’ignorais à peu près tout du poète quand je suis tombé sur quelques poèmes de lui publiés en revue.
  • Les leçons de vertige de Joan Margarit

    Par | 7 commentaires | 11 recommandés
    Il faut de toute urgence redécouvrir la poésie catalane dont Pier Paolo Pasolini avait en son temps salué la renaissance en tant que langue d’écriture dans l’œuvre de Jacint Verdaguer. Voici une de ses principales figures contemporaines: Joan Margarit.
  • A la croisée des routes: Véronique Gentil, Rodrigue Marques de Souza

    Par | 6 commentaires | 11 recommandés
    À partir d’une peinture représentant un chien à la croisée des routes, de ses parts d’ombre surtout, on s’oriente sur la piste de nos contemporains en poésie, ici Véronique Gentil (peintre et poète donc) et Rodrigue Marques de Souza (également peintre par ailleurs), pour leurs recueils respectifs publiés par deux jeunes maisons d’édition, Faï fioc et Fissile.
  • Michel Butor, poète épique à l’âge fissile

    Par | 34 commentaires | 27 recommandés
    10586595
    Si son nom reste attaché à l’histoire du Nouveau Roman, Michel Butor, décédé mercredi 24 août à l’âge de 89 ans, s’est toujours tenu dans les marges de l’histoire littéraire. Énigmatique à force d’être omniprésent – en témoigne une bibliographie d’auteur de plus de 2 000 ouvrages –, le poète a su extirper de sa pratique de la fiction un sens éprouvé du récit en vers.
  • Des nervures sous nos jours: André Markowicz, Laura Vazquez aux Lectures sous l’arbre

    Par | 1 commentaire | 11 recommandés
    À ceux pour qui l’été commence à peine, voire ne serait pas sorti des sables en ces temps si peu propices à la générosité aventureuse, à la générosité tout court, conseiller le poème aux Lectures sous l'arbre organisées par Cheyne éditeur du 14 au 21 août.
  • Ghérasim Luca ou la solitude du poète orchestre

    Par | 30 commentaires | 24 recommandés
    De ce monde où « tout doit être réinventé » il est passionnément le géomètre et le poète orchestre. La revue « Europe » consacre son numéro du mois de mai, coordonné par Serge Martin, au poète roumain Ghérasim Luca (1913-1994) qui a écrit l’essentiel de son œuvre en langue française.
  • Ce samedi 40 mars

    Par | 15 commentaires | 20 recommandés
    Rien de tel que le mois de mars pour déclarer la guerre au temps chronique. Et il faut noter que c’est le dernier jour du mois, le 31, que la Nuit debout (hasard d’une grande manifestation nationale ?) s’est saisie de cette germination, égrenant ses jours : 32 mars, 33 mars…