Bernard Elman
Abonné·e de Mediapart

119 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2016

Bernard Elman
Abonné·e de Mediapart

Vichy, la parenthèse, les indésirables (10)

Bernard Elman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Enfant j’avais du mal avec ces affaires de nationalité. C’était très difficile pour moi de préciser notre situation. Je n’arrivais jamais à répondre simplement aux questions concernant mes origines. Déjà Elman... C’est alsacien ? J’ai eu souvent la tentation de dire que oui, mais quelques alsaciens avaient laissé de très mauvais souvenirs dans le Limousin, avec ce massacre d’Oradour le 10 juin 1944. Les alsaciens étaient quand même assez nombreux à y avoir participé et dans cette région il y avait peu de gens pour considérer qu’ils étaient des “ Malgré nous ” contrairement à des soldats allemands qui auraient été des « volontaires ».

Quelquefois mes interlocuteurs m’affirmaient que mes parents étaient des “ russes blancs ”, ce que je trouvais désagréable que ce soit ou non un compliment dans leur bouche.

Le père de ma mère avait été “ menchevik ”. C’est déjà beaucoup, mais il y a des français pour juger que ce n’est pas assez même parmi ceux qui sont anti-communistes. Oui, il avait été menchevik, et c’était un « bourgeouille » puisqu’il était commerçant. Non, les bolcheviks n’étaient pas antisémites en ce temps-là mais ils préféraient que chacun rejoigne sa région d’origine. C’était ce que disait ma mère.

Quand on me posait des questions sur mes grands-parents j’avais l’impression que l’on me demandait de me justifier. Ce que j’éprouvais oscillait entre la honte et la tristesse comme c’est le cas lorsque l’on souffre d’une infirmité.

–       Tu n’as pas de pépé, tu n’as pas de mémé ?

C’est ainsi que l’on nommait les grands-parents.

–       Non !

J’essayais d’avoir des explications mais mes parents n’aimaient pas trop en donner. Bon d’accord, mon père avait été orphelin relativement tôt. Il n’avait pas connu son propre père. Je ne sais pas quand sa mère a disparu, ce que je sais c’est que même si sa mort avait été causée par une maladie, on pouvait dire que sa mort avait été naturelle. Je sais aussi que l’oncle Abraham qui était resté à Akkerman était chargé de lui faire construire une belle sépulture [*]. Mais ma mère… Inutile de la faire pleurer. Après la guerre plus de nouvelles venant de Riga. Ma mère n’avait plus sa mère ni son père ni ses deux sœurs Sarah et Liouba, tous disparus on ne sait où ni comment.

Sur le poste de radio Ducretet Thomson dans la salle à manger il y avait une photo qui les représentait avec une petite fille, la fille de Sarah, et une photo de la mère de mon père, Creina. Le poste était protégé par un napperon en dentelle. Au mur étaient accrochés deux paysages peints à l’huile par Liouba et sous l’un d’eux un portrait d’elle, une belle femme sur une belle photo. Ensuite, ma mère a accroché ce portrait de Liouba au-dessus de son bureau, sur le mur d’en face.

C’était vraiment pénible de ne jamais pouvoir répondre simplement aux questions qui m’étaient posées. C’est encore pénible maintenant même si cela a un peu changé. Il y a des gens qui s’obstinent à vous poser des questions dont ils ne veulent pas entendre les réponses ; ils appliquent le principe de simplicité, ils raisonnent, ils savent à notre place. Il faut être logique : je m’appelle Elman, mon père s’appelle Elman, etc. donc nous, nous sommes comme tant d’autres réfugiés et ma famille est arrivée en Creuse lors de « l’étrange défaite[1] » de la France face à l’envahisseur nazi.

 La suite ici : [11]

[ 1] - [ 2][ 3][ 4][ 5][ 6][ 7][ 8][ 9][10][11][12][13 ][14][15][16][17][18][19][20]


[1] Pour reprendre le titre du témoignage écrit en 1940 par Marc Bloch, historien, fondateur avec Lucien Febvre de l’école des Annales. Marc Bloch possédait une maison au Bourg-d’Hem (prononcer Bourdan) en Creuse.

[*] Remarque du 8 février 2019 !

J'aurais dû écrire : "Je ne savais pas quand sa mère avait disparu, ce que je savais c’est que même si sa mort avait été causée par une maladie, on pouvait dire que sa mort avait été naturelle. Je croyais aussi que l’oncle Abraham qui était resté à Akkerman était chargé de lui faire construire une belle sépulture".

J’avais avec moi une photo de la tombe de la mère de mon père datant de 1969, il m'aurait suffi de l'examiner attentivement.

Cette photo avait été envoyée par Abraham Karolik. Il pose à côté de la tombe de sa (demie) sœur Kreïna Elman. Des membres de la famille lui avaient envoyé de l’argent pour qu’il fasse restaurer cette tombe qui datait de 1925. L'inscription sur la tombe indique que Kreïna est décédée le 10 novembre1925 après 47 années de vie.

La restauration de la tombe est achevée le 24 août 1969. Elle est située à Белгород-Днестровский ou Belgorod-Dniestrovski (Akkerman). Abraham Karolik vivait à Kharkov (URSS) depuis le début de l'offensive allemande (Barbarossa) ce que je n'ai appris que récemment.

Kharkov, c'est Kharkiv en Ukraine maintenant.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez