Bernard Elman
Abonné·e de Mediapart

119 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2016

Bernard Elman
Abonné·e de Mediapart

Vichy, la parenthèse, les indésirables (15)

Je n'avais plus envie de publier cette histoire ici par peur de l'incompréhension, par pudeur aussi et parce qu'il m'aurait fallu poursuivre cette histoire de mes parents au-delà de l'année 1940, travail difficile et douloureux. Ces derniers temps je crois que cela peut contribuer au débat sur la déchéance de nationalité...

Bernard Elman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque mon père est revenu à Bourganeuf à la fin du mois de juillet 1940 il a repris ses activités de médecin. Au début du mois de septembre deux lettres sont arrivées à la maison, des lettres annonciatrices de difficultés.


 Préfecture de la Creuse

1ère Division

République Française

Guéret, le 2 septembre 1940

Monsieur le Docteur,

J’ai l’honneur de vous faire connaître qu’une loi du 16 août 1940 prévoit que nul ne peut exercer la médecine en France s’il ne possède la nationalité française à titre originaire comme étant né d’un père français.

 L’article deux de cette loi prévoit que sur la proposition du secrétaire général à la santé publique, un décret de Monsieur le Ministre, Secrétaire d’État à la Famille et à la Jeunesse peut autoriser ceux qui ne remplissent pas la condition prévue ci-dessus à exercer la médecine en France s’ils ont scientifiquement honoré leur patrie d’adoption ou s’ils ont servi dans une unités combattante de l’armée française au cours des Guerres de 1914 ou de 1939.

 En conséquence, j’ai l’honneur de vous prier, si vous le jugez utile de présenter une requête à Monsieur le Ministre, Secrétaire d’État à la Famille et à la Jeunesse et m’en adresser copie.

 Veuillez agréer, Monsieur le Docteur, l’expression de mes sentiments très distingués.

 Le Préfet,

Pour le Préfet et par délégation,

Le Secrétaire Général.

Signé illisible

Monsieur le Docteur Elman, médecin à Bourganeuf.


Cette première lettre, malgré la référence à la loi du 16 août 1940 qui prévoyait « que nul ne peut exercer la médecine en France s’il ne possède la nationalité française à titre originaire comme étant né d’un père français » laissait entrevoir un espoir. Mon père pouvait être autorisé à exercer la médecine puisqu’il avait servi dans une unité combattante de l’armée française au cours de la Guerre de 1939.

La lettre suivante a eu l’effet d’une douche froide. Mon père devait cesser immédiatement de travailler tant qu’il n’aurait pas reçu de dérogation.


Préfecture de la Creuse

1ère Division

République Française

Guéret, le 4 septembre 1940

Monsieur le Docteur,

Comme suite à ma lettre du 2 septembre courant, j’ai l’honneur de vous faire connaître que par télégramme de ce jour, Monsieur le Secrétaire Général à la Santé Publique me demande de faire appliquer strictement les dispositions du décret du 16 août 1940 relatif à l’exercice de la médecine.

En conséquence, j’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir suspendre l’exercice de votre profession en attendant que la demande de dérogation que vous avez dû adresser à Monsieur le Ministre de la Famille et de la Jeunesse ait reçu une réponse favorable.

Veuillez agréer, Monsieur le Docteur, l’expression de mes sentiments très distingués.

Le Préfet,

Pour le Préfet et par délégation,

Le Secrétaire Général.

Signé illisible

Monsieur le Docteur Elman, médecin à Bourganeuf.


Au tout début du mois de novembre mon père recevait, enfin, ses états de service dans l’armée française. Il y avait deux mentions à l’encre rouge :

-        « Était inscrit (sur sa demande en date du 29-12-39) sur le Tour de Départ aux Armées comme Volontaire ».

-        (du 16 au 25 juin 1940 – Zone des Armées – Note BSC – Dépôt 171 à Toulouse du 30 octobre 1940)

Quand la guerre avait éclaté mon père comptait bien se rendre sur les zones de combat mais on l’avait envoyé à Saint-Gaudens, loin du front.

Néanmoins le Capitaine qui avait rempli « l’état signalétique et des services » n’avait pas oublié de mentionner la courte période pendant laquelle mon père s’était retrouvé dans la zone des armées.

 Il fallait attendre que l’Administration indique la marche à suivre qui permette de tenter d’obtenir l’autorisation de travailler. Pour se faire une idée du climat qui dans le pays tout entier et par voie de conséquence celui qui régnait à la maison, il faut se souvenir qu’après les lois du 22 juillet et du 16 août hostiles aux étrangers l’Etat promulguait le 3 octobre une loi portant statuts des juifs suivie le lendemain d’une loi sur les ressortissants étrangers de race juive. Je cite l’article 1 de cette dernière loi : « Les ressortissants étrangers de race juive pourront, à dater de la promulgation de la présente loi, être internés dans des camps spéciaux par décision du préfet du département de leur résidence. » C’est au cours de ce même mois d’octobre que l’Ordre des Médecins a été créé, que les syndicats ont été dissous et qu’il a été mis fin à la convention qui liait mon père à la société de secours mutuel.

(à suivre ici :  [16] )

[ 1] - [ 2][ 3][ 4][ 5][ 6][ 7][ 8][ 9][10][11][12][13 ][14][15][16][17][18][19][20]

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
La Fnac cède à l’extrême droite et retire un jeu de société « Antifa »
Des tweets énervés et mensongers émanant de l’extrême droite et d’un syndicat de commissaires de police ont convaincu l’enseigne de retirer un jeu de société édité par Libertalia. L’éditeur-libraire croule depuis sous les commandes.
par Christophe Gueugneau
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan