Bernard Elman
Abonné·e de Mediapart

119 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2016

Bernard Elman
Abonné·e de Mediapart

Vichy, la parenthèse, les indésirables (14)

Où je tente de donner des éclaircissements sur le contenu des deux lettres que ma mère a écrite à mon père lorsqu'il était à Saint Gaudens.

Bernard Elman
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour le reste de la lettre, il y a des éclaircissements que je peux fournir. Olga est la femme de Jascha, frère de mon père. Odette est une amie intime de ma mère connue à Montpellier. Germaine était la « bonne » de mes parents à Pontarion et elle les a suivis à Bourganeuf. Mon frère Daniel a bien connu Françoise Gorovit, sans aucun doute la fille de Madame Gorovit. Monsieur Tarnaud, on disait Maître Tarnaud, était avocat à Bourganeuf. Mes parents étaient très liés à la famille Tarnaud, malgré de grandes divergences d’opinions politiques. Pour faire court, Maître Tarnaud était de droite, mais même lorsque cela pouvait paraître dangereux, il manifestait son amitié à mes parents. Je me souviens bien des quatre enfants Tarnaud qui étaient plus âgés que moi, on les voit sur les photos avec mon frère ou ma sœur.

Je n’ai jamais entendu parler des Clédière.

La « Cooper », c’était l’entreprise qui s’appelait aussi la Coopération Pharmaceutique Française en abrégé COOPER, qui permettait de passer des annonces et qui surtout fabriquait des médicaments, ce qui est encore le cas.

Comme on peut le constater ma mère faisait tout son possible pour travailler. Finalement, elle a pris la gérance de la pharmacie Cluzaud à Bellac jusqu’à la démobilisation de mon père.

À la mi-juillet alors qu’elle travaillait encore dans cette pharmacie elle a reçu une Fiche de la Croix Rouge

Liouba, sa plus jeune sœur cherchait à avoir de ses nouvelles. Cela signifiait que Liouba elle, elle était vivante… Elle habitait 25 boulevard Raina à Riga, elle s’appelait Tarantof.

Voici une partie de ce que mon frère Daniel m’a raconté :

À la déclaration de guerre papa a été mobilisé et maman a remplacé un pharmacien, mobilisé lui aussi, à Bellac en Haute-Vienne. Nous occupions une grande maison à Bellac. Nous avons rendu visite plusieurs fois à papa qui était militaire à Saint-Gaudens. Pendant l’exode des Belges ont afflué à Bellac et toute notre famille de Normandie est venue dans notre nouvelle maison. Il y avait Jascha et Olga, leurs enfants Ariel et Annie, Rahia et Gricha, leurs enfants Jacques et Roger. Ils se disputaient beaucoup. Georges et Fanny Melamed se sont réfugiés à Limoges et ma nounou Germaine est partie travailler chez eux. Ils avaient deux filles, Assia et Jeannine (née le 3 février 1940), toute petite.

 Après la démobilisation, papa est redevenu médecin à Bourganeuf et nous habitions à nouveau dans la même maison à la Voie Dieu. Je suis allé à l’école maternelle à Bourganeuf. Mon institutrice, c’était Madame Aubreton. Au début j’étais beaucoup dans ses jupes, et pendant les récréations elle me tenait par la main.

 Rahia qui vivait en Normandie était une sœur de mon père que je n’ai jamais rencontrée ou alors j’étais trop petit pour en avoir des souvenirs. Jascha leur plus jeune frère qui vivait en Normandie lui aussi, venait régulièrement à Bourganeuf. Il était ingénieur chimiste, il travaillait dans une sucrerie et il jouait de la contrebasse dans les bals du samedi soir. Il venait avec sa guitare et lorsque mon père sortait son violon pour jouer avec lui, c’était la fête. J’ai joué du piano et de l’harmonica avec lui alors qu’il m’accompagnait à la guitare. Jascha était très patient avec moi et il m’apprenait à jouer en mesure ce qui était difficile pour moi, ce qui l’est encore… Mon grand succès à l’harmonica, j’étais déjà grand, c’était « Le bleu de l’été », « Le temps d’une larme, le temps d’un soupir…». Cette chanson était tirée de la musique du film « Alamo » composée par Dimitri Tiomkin. En réalité les paroles disaient « un sourire », pas « un soupir ».

Annie, la fille de Jascha, m’a dit que lorsqu’ils étaient à Montpellier son père et le mien faisaient la manche de temps en temps, je ne sais pas si je dois le croire.

 Georges Melamed et mon père affirmaient avoir un lien de parenté mais ils ne pouvaient ni l’un ni l’autre préciser lequel. Georges et Fanny, sa femme, étaient comme mon père originaires d’Akkerman. Il paraît que Georges et Fanny se connaissaient depuis l’enfance. Je n’ai vraiment fait la connaissance de leurs filles Assia et Jeannine que beaucoup plus tard. J’ai accompagné Assia, dans la faible mesure de mes moyens, lorsqu’elle a entrepris de faire reconnaître Germaine comme Juste et c’est après que j’ai commencé à fréquenter sa sœur Jeannine. Les années 2000 commençaient !

 La suite ici : [15]

[ 1] - [ 2][ 3][ 4][ 5][ 6][ 7][ 8][ 9][10][11][12][13 ][14][15][16][17][18][19][20]

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez